Mort de Christophe Dominici, aillier légendaire du rugby français

, par  DMigneau , popularité : 0%

Mort de Christophe Dominici, aillier légendaire du rugby français

ODD ANDERSEN / AFP

L’international Français, quintuple champion de France et quadruple vainqueur du « Tournoi des VI Nations », a été retrouvé mort ce mardi 24 novembre dans le parc de Saint-Cloud, près de Paris.

" Christophe Dominici est parti… "

Ces mots du commentateur Christian Jean-Pierre accompagnaient la folle chevauchée de l’ailier de légende du « XV de France » vers l’en-but néo-zélandais lors de la demi-finale mythique de la « Coupe du monde » en 1999.

Ce mardi 24 novembre, à 48 ans seulement, Christophe Dominici est parti vers un autre paradis, laissant le rugby français orphelin de l’un de ses plus beaux " feux follets ".

Le rugbyman a été retrouvé mort dans le parc de Saint-Cloud, près de Paris. Selon une source policière, il s’est jeté du haut d’un bâtiment désaffecté du parc en début d’après-midi. Une enquête pour recherche des causes de la mort a été ouverte par le « Parquet » de Nanterre.

67 sélections en bleu

Incarnation du " french flair ", Christophe Dominici était de cette génération à la frontière du rugby amateur et du rugby professionnel, parmi les derniers représentants d’un sport où un gabarit " banal " - 1,72m pour 82kg – était encore compatible avec le niveau international.

Sous le maillot du « XV de France », avec lequel il a disputé 67 rencontres, Christophe Dominici a remporté à quatre reprises le « Tournoi des VI Nations » (1998, 2004, 2006 et 2007), dont deux « Grands Chelems ».

En vingt ans de carrière, Christophe Dominici n’a joué que pour trois équipes : après deux saisons du côté de " La Valette ", tout près de chez lui, le Toulonnais d’origine a rejoint le RCT en 1993, avant de signer au " Stade Français " de Max Guazzini en 1997, avec lequel il remporte cinq titres de champion de France (1998, 2000, 2003, 2004 et 2007), avant de mettre un terme à sa carrière un an après ce dernier « Bouclier de Brennus ».

Louis NADAU

Marianne