Michel tabassé par la police : une vidéo qui ouvre une brèche contre la loi « Sécurité globale »

, par  DMigneau , popularité : 0%

Michel tabassé par la police : une vidéo qui ouvre une brèche contre la loi « Sécurité globale »

Crédits photo : Aurore MESENGE/AFP

La dernière affaire de violences policières, révélée par " Loopsider ", a rencontré un énorme écho médiatique, dans un contexte où « l’exécutif » cherche à faire adopter sa loi de « Sécurité Globale ». A tel point que Darmanin s’est exprimé à 20h00 ce jeudi sur cette nouvelle vidéo de violences policières qui génère un " buzz " inédit.

" Loopsider " a dévoilé ce jeudi de terribles images de violences policières à l’encontre de Michel, producteur poursuivi par les « forces de répression » jusqu’à son studio de musique et cette nouvelle affaire a suscité un immense " buzz ".

Cette vidéo et l’écho qu’elle rencontre réunissent tous les ingrédients redoutés par le gouvernement à l’heure où il cherche à faire passer sa loi de « Sécurité globale » qui vise notamment à interdire de filmer et diffuser des images de policiers en exercice.

Une nouvelle affaire qui pourrait mettre " le feu aux poudres " dans un contexte où la loi de « Sécurité globale » a déjà déclenché une vague de colère à travers tout le pays, qui s’est traduite par des manifestations importantes et des prises de position contre l’offensive sécuritaire menée par le gouvernement.

La vidéo de 9 minutes, qui compile témoignages de la victime de violences, de témoins, et scènes filmées par les « caméra-surveillances » et des voisins, est édifiante.

La soirée du 21 novembre, Michel, producteur de musique pour " Black Gold Studios ", ainsi que neuf artistes présents au moment des faits, ont été la cible d’un déferlement de violence et de haine raciste terrible.

Les trois policiers qui se sont acharnés sur Michel et l’ont suivi dans son studio d’enregistrement au motif qu’il ne portait pas son masque se pensaient initialement à l’abri des caméras. Raison pour laquelle ils ont monté de toute pièce une version incriminant la victime qui aurait cherché " à dérober leurs armes de poing " et " les auraient frappés ".

Mais les vidéos réunies par " Loopsider " viennent totalement contredire le récit « policier ».

Sans même un mot, les agents le suivent totalement illégalement dans les locaux du studio et le tabassent : coups de matraque et de genoux au niveau de la tête, clés d’étranglement...

La violence inouïe qui s’abat sur Michel s’accompagne d’insultes racistes.

" Sale nègre ", " On va te défoncer "...

Les jeunes artistes en train d’enregistrer un morceau au même moment, dont le plus jeune a 16 ans, entendent ses appels au secours et viennent l’aider, faisant fuir les policiers.

Mais ces deniers tentent de rentrer à nouveau en essayant de défoncer la porte, en lançant une grenade lacrymogène dans le studio, dégainent leurs armes et appellent des renforts. Ils traînent Michel dehors, puis les jeunes en les braquant avec leurs armes à feu et " les passent à tabac ".

« Un policier a crié " Caméra ! Caméra ! " » témoigne l’une des jeunes victimes.

" C’est là qu’ils ont arrêté de nous frapper. "

Le récit de Michel, des artistes présents et des voisins est sans appel.

Si les policiers n’avaient pas été filmés, leur faux témoignages aurait très certainement conduit Michel en prison pour " outrage et rébellion ".

Le producteur a passé 48 heures en « garde à vue » après les faits, avant de pouvoir faire constater ses blessures par les médecins et bénéficier de 6 jours d’ITT.

Cette affaire a été révélée " au grand jour " quelques jours seulement après que des vidéos aient montré l’atroce brutalité avec lesquels les « forces de répression » s’en sont pris à des centaines de migrants et à leurs soutiens, place de la République.

La vidéo de " Loopsider " a suscité un " buzz " impressionnant – plus de 10 millions de vues à l’heure où nous écrivons ces lignes – entrant en résonance avec la colère d’un nombre toujours croissant de personnes révoltées contre les violences policières, le racisme d’État et l’offensive sécuritaire actuelle.

D’autant plus dans un contexte de gestion répressive de la crise sanitaire et alors que les images du meurtre de George Floyd par des policiers " outre-atlantique " ont rencontré un écho très important en France il y a quelques mois.

Cette nouvelle affaire a également porté les hashtags " #Michel " et " #ViolencesPolicieres " en tendance sur " Twitter " durant toute la journée.

Tandis que les témoignages et les preuves de violences policières se multiplient, le gouvernement est mis en difficulté quant à son projet de masquer la dimension structurelle de la violence et du racisme au sein de l’institution policière.

A tel point que l’article 24 de la loi « Sécurité globale », qui vise à empêcher la diffusion d’images de violences policières, est décrié au sein même du parti présidentiel et du gouvernement.

Un article des " Echos " révèle que " plusieurs parlementaires de la majorité ont annoncé qu’ils voteraient contre la proposition de loi ".

Castex s’est vu contraint d’annoncer qu’il allait saisir le « Conseil constitutionnel » concernant l’article 24 après le passage de la loi et Darmanin ne parvient pas à convaincre autour de son projet sécuritaire visant à renforcer l’impunité des « forces de répression », au sein même de sa propre majorité.

Pour la première fois depuis le début de la séquence réactionnaire ouverte par les attentats récents – contre Samuel Paty puis à Nice – que « l’exécutif » cherche à instrumentaliser pour justifier son offensive sécuritaire et raciste, le gouvernement est mis " à la défensive ".

La multiplication des images montrant la dimension structurelle des violences et de l’impunité policières viennent mettre à mal les objectifs de Macron et Darmanin.

A tel point que ce dernier a du s’exprimer en public ce jeudi soir, concernant l’évacuation du camp de migrants à République et la vidéo de " Loopsider ".

Sur le plateau de " France 2 ", le ministre de l’Intérieur a tenté " d’éteindre l’incendie " en reprenant une nouvelle fois à son compte la rhétorique de la " brebis galeuse " au sein des « forces de répression », réaffirmant son " soutien inconditionnel aux forces de l’ordre " et réitérant sa " confiance dans la Justice ".

Malgré " la perche " tendue par Anne-Sophie Lapix, lui demandant si Didier Lallement, préfet de police de Paris, allait être démis de ses fonctions, il a déclaré qu’il ne voulait pas faire " sauter de fusibles " et a réaffirmé qu’il souhaite voir la loi « Sécurité globale » adoptée, avec l’article 24 qui pourra être " modifié mais pas supprimé ".

Le gouvernement persiste et signe dans son offensive sécuritaire et sa volonté d’étendre l’impunité policière.

En ce sens, il est nécessaire d’unir nos forces dans la rue, sans aucune illusion envers « l’État » et ses institutions, pour faire retirer l’ensemble des projets de loi réactionnaires et liberticides qui ne sont ni amendables ni négociables !

En particulier, il faudra être massifs samedi 28 à Paris à République à partir de 14h00 pour porter ces revendications et faire plier le gouvernement.

Anna KY

revolutionpermanente.fr