Lettre ouverte au ministre australien des affaires étrangères Marise Payne

, par  DMigneau , popularité : 0%

Lettre ouverte au ministre australien des affaires étrangères, Marise Payne

Madame le Ministre des affaires étrangères,

Je vous écris une fois de plus au sujet de Julian Assange. Je ne répéterai pas ce que j’ai déjà écrit, mais j’examinerai le cas d’Assange sous l’angle d’autres procédures judiciaires.

M. Ben Roberts Smith, lauréat de la « Croix de Victoria » et le soldat le plus décoré d’Australie, a été accusé d’avoir commis un crime de guerre.

Sur la base des preuves présentées par la police fédérale australienne au directeur des poursuites publiques du Commonwealth, une décision sera prise quant à savoir si Ben Roberts-Smith sera jugé ou non.

Chris Masters, le journaliste qui a fait les allégations initiales concernant Roberts-Smith, étayées par des preuves convaincantes, subira un préjudice de réputation et perdra peut-être dans une affaire de diffamation si Roberts-Smith est déclaré « innocent ».

Quelle que soit l’issue juridique, la procédure régulière aura été suivie.

En 2010, le site " Wikileaks " de Julian Assange a publié des informations et une cassette vidéo, intitulée " Collateral Murder ", qui constituaient des preuves convaincantes que l’armée américaine était coupable d’un crime de guerre - à savoir tirer sur un groupe de civils irakiens non armés, dont deux journalistes, et les tuer.

Et de la blessure de deux enfants, dont le père a également été abattu alors qu’il tentait d’aider une victime blessée de cette attaque non provoquée.

Si le soldat que Masters accuse de « crimes de guerre » était un citoyen américain, s’il avait obtenu des preuves de ces crimes d’un dénonciateur au sein du Pentagone, comme l’a fait Assange de Chelsea Manning, et si l’administration Trump demandait au gouvernement australien d’extrader Chris Masters vers les États-Unis, donneriez-vous suite à cette demande ?

Le gouvernement australien, allié des États-Unis, nos soldats combattant en Irak aux côtés de ceux des États-Unis, a-t-il demandé aux administrations Obama ou Trump de mener une enquête sur ce crime de guerre présumé " Collateral Murder " ?

Comme vous le savez, j’ai été accusé d’espionnage et j’ai passé 15 mois dans une prison cambodgienne à la suite de cela. Il n’y a pas plus de preuves que j’étais coupable d’espionnage qu’il n’y en a qu’Assange qui est coupable de tout autre crime que de recevoir des preuves de crimes de guerre de la part de Manning.

Pourquoi le gouvernement australien intervient-il dans des affaires comme la mienne et celle d’un jeune couple qui a piloté un drone en Iran - Jolie King et Mark Firkin - mais pas dans le cas d’Assange ?

Vous avez dit au moment de la libération de King et Firkin : " Le gouvernement a travaillé très dur par la voie diplomatique... pour obtenir leur libération... ".

Il en va de même pour votre soutien public au Dr Kylie Moore Gilbert, reconnue coupable d’espionnage en Iran en 2018.

En tant que ministre des affaires étrangères, vous avez à plusieurs reprises évoqué le cas de Moore-Gilbert avec votre homologue iranien Javad Zarif et déclaré : " Nous n’acceptons pas les charges sur lesquelles le Dr Moore-Gilbert a été condamnée et nous poursuivons tous les efforts pour qu’elle soit renvoyée en Australie dès que possible ".

Acceptez-vous comme valables les accusations portées contre Julian Assange qui pourraient le conduire à mourir dans une prison américaine s’il est extradé ?

Après dix ans de " détention virtuelle " (à l’ambassade d’Équateur) et maintenant de détention réelle dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, sous la menace de contracter le " Coronavirus ", n’est-il pas temps pour le gouvernement australien de " travailler dur par la voie diplomatique " pour obtenir la libération sous caution de Julian Assange lorsque sa demande de libération sous caution sera entendue à Londres le 1er juin ?

S’il vous plaît, Madame le Ministre, exprimez-vous publiquement comme vous l’avez fait pour Jolie King, Mark Firkin et le Dr Moore Gilbert.

Soulevez le cas de Julian Assange auprès du ministre britannique des affaires étrangères, Dominic Raab, comme vous l’avez fait pour l’Iranien Javad Zarif.

Dites à M. Raab que le gouvernement australien demande respectueusement que Julian Assange soit libéré sous caution afin qu’il puisse être avec sa partenaire, Stella Moris, et ses jeunes fils, Max et Gabriel, alors qu’il travaille avec ses avocats à la préparation de sa défense dans le cadre des procédures d’extradition qui auront lieu dans le courant de l’année.

Malheureusement, votre bureau n’a pas accusé réception de mes lettres précédentes. Je vous serais reconnaissant de bien vouloir veiller à ce que je reçoive cet accusé de réception.

Je vous prie d’agréer, Madame le Ministre, l’expression de mes sentiments distingués,

James Ricketson,

Le 20 mai 2020

James Ricketson, @SAWCSydney sur #Twitter, est un réalisateur australien qui, en juin 2017, a été arrêté alors qu’il pilotait un drone lors d’un rassemblement au " Cambodge National Rescue Party " à Phnom Penh, au Cambodge, et accusé d’espionnage, une accusation qu’il nie.

Version originale : https://medium.com/@info.sawcsydney/an-open-letter-to-foreign-minister...

Traduction par " Assange Ultime Combat "

Source : https://www.facebook.com/groups/Assange.Ultime.Combat/permalink/113983...

Le Grand Soir