Les pourparlers d’Helsinki - Trump tente un rééquilibrage géopolitique

, par  DMigneau , popularité : 0%

Les pourparlers d’Helsinki - Trump tente un rééquilibrage géopolitique

Les réactions des " politiquement corrects " étasuniens à la conférence de presse d’hier du président Trump et du président Poutine sont très divertissantes.

Les médias sont en train de perdre la tête. A les entendre, c’était Pearl Harbor, le golfe du Tonkin et le " 11 septembre " dans la même journée.

La guerre va commencer demain. Mais contre qui ?

Derrière la panique, on perçoit des points de vue divergents sur la " Grande Stratégie ".

J’ai trouvé la lecture de la transcription de la conférence de presse (vidéo) de 45 minutes plutôt ennuyeuse. Trump n’a rien dit de nouveau. Il y avait peu d’indications sur ce que les deux présidents s’étaient réellement dit ni sur quoi ils s’étaient mis d’accord.

Plus tard, Poutine a dit que la réunion avait été plus " consistante " qu’il ne s’y attendait. Comme les deux hommes ont échangé " seul à seul ", il n’y aura que peu ou pas de fuites. Pour comprendre ce qui s’est passé, il faudra regarder comment la situation évolue dans les différentes zones de conflit, en Syrie, en Ukraine et ailleurs.

Le camp " libéral " des États-Unis a fait de son mieux pour empêcher le sommet. Le " timing " de la publication de l’acte d’accusation de Mueller avait pour but de saboter les pourparlers.

Avant la réunion d’Helsinki, le " New York Times " a " retweetté " sa vieille vidéo comique homophobe d’il y a trois semaines où on voit Trump et Poutine en amants. C’est vraiment une honte pour " la Dame Grise " * de publier une telle cochonnerie, mais ça a donné le ton et d’autres vont lui emboîter le pas.

Après la conférence de presse, les agents " anti-Trump " habituels sont devenus fous furieux :

John O. Brennan @JohnBrennan - 15:52 UTC - 16 juil 2018

« La performance de Donald Trump à la conférence de presse à Helsinki peut rentrer dans la catégorie des " crimes et délits majeurs ". Ça n’a été rien de moins qu’une trahison. Non seulement ce que Trump a dit était idiot, mais il est entièrement sous la coupe de Poutine. Patriotes républicains : Où êtes-vous ? »

Le sénateur John McCain a fait une déclaration cinglante :

... « Aucun ancien président ne s’est jamais autant abaissé devant un tyran. Non seulement le président Trump n’a pas réussi à dire la vérité sur un adversaire, mais en parlant au monde entier au nom de l’Amérique, notre président n’a pas défendu tout ce qui fait de nous ce que nous sommes : une république de gens libres dédiés à la cause de la liberté au pays et à l’étranger. ... »

Ces imbéciles ne comprennent pas le réalisme de la grande politique de Trump.

Trump connaît " la théorie du Heartland " de Halford John Mackinder. Il a compris que la Russie est le cœur de la masse continentale eurasienne. Cette masse continentale, lorsqu’elle est politiquement unie, peut dominer le monde.

Une puissance navale, les États-Unis aujourd’hui et le Royaume-Uni avant eux, ne pourra jamais la vaincre. Les opposants de Trump ne comprennent pas ce que Zbigniew Brzezinski, le conseiller à la sécurité nationale du président Carter, a dit dans son livre " Le grand échiquier " à propos d’une alliance « sino-russe ».

Ils ne comprennent pas pourquoi Henry Kissinger a conseillé à Trump d’oublier la Crimée.

Trump lui-même a donné sa vision de la situation dans son ensemble et des relations avec la Russie lors d’une conférence de presse en 2015 :

« ... Poutine n’a aucun respect pour le président Obama. Gros problème, gros problème. Et vous savez que la Russie a été poussée… vous savez, j’ai toujours entendu, ça fait des années que j’entends dire qu’une des pires choses qui peuvent arriver à notre pays, c’est que la Russie soit poussée vers la Chine.

Nous les avons poussés à faire alliance, voyez les grandes transactions pétrolières qu’ils sont en train de conclure. Nous les avons réunis. C’est une catastrophe pour notre pays.

Nous avons fait d’eux des amis à cause de l’incompétence de nos gouvernants. Je crois que je m’entendrais très bien avec Poutine, d’accord ? Et je veux dire dans les domaines où nous sommes puissants.

Je ne pense pas que nous ayons besoin de sanctions. Je pense que nous pourrions très, très bien nous entendre. Je le crois vraiment. Je pense que nous pourrions bien nous entendre avec beaucoup de pays avec lesquels nous ne nous entendons pas aujourd’hui. Et que cela nous rendrait beaucoup plus riches que nous ne le sommes aujourd’hui. »

Il y a trois grands centres de pouvoir géographiques dans le monde. " L’anglo-américain/transatlantique " qui est souvent appelé " l’occident ". Le " Heartland " de Mackinder, qui est essentiellement la Russie, le noyau de la masse continentale eurasienne, et la Chine, qui domine historiquement l’Asie.

N’importe quelle alliance entre deux de ces centres de pouvoir peut déterminer le sort du monde.

Le plus grand succès politique de Kissinger et de Nixon fut de séparer la Chine de l’Union soviétique. Cela n’a pas fait de la Chine une alliée des États-Unis, mais ça a brisé l’alliance « sino-soviétique ». Ça a placé les États-Unis dans une position de premier parmi les pairs. Mais Kissinger pressentait déjà qu’il faudrait un jour s’appuyer sur la Russie pour rétablir l’équilibre :

« Le 14 février 1972, le président Richard Nixon et son conseiller à la sécurité nationale Henry Kissinger se sont rencontrés pour discuter du prochain voyage de Nixon en Chine.

Kissinger, qui avait déjà effectué son voyage secret en Chine pour poser les premières pierres de l’ouverture historique de Nixon à Pékin, a exprimé l’opinion que les Chinois étaient " tout aussi dangereux " que les russes. En fait, " ils sont même plus dangereux sur le long terme."

Kissinger a ensuite dit : " dans 20 ans, votre successeur, s’il est aussi sage que vous, s’appuiera sur les Russes contre les Chinois ". Il a fait valoir que les États-Unis, qui cherchaient à profiter de l’inimitié entre Moscou et Pékin, devaient " jouer ce jeu d’équilibre du pouvoir sans aucune état d’âme ". " Pour l’instant, nous avons besoin des Chinois pour aiguiller les Russes et les discipliner. " Mais à l’avenir, ce sera l’inverse. »

Il a fallu 45 ans, et non 20 comme l’avait prévu Kissinger, pour rééquilibrer la position américaine.

Après « la guerre froide », les États-Unis pensaient avoir remporté la grande compétition idéologique du XXe siècle. Dans l’exaltation de la " période hégémonique ", ils ont tout fait pour mettre la Russie " hors d’elle ".

Violant leurs promesses, ils ont étendu l’OTAN jusqu’à la frontière russe. Ils voulaient être la puissance suprême du monde.

En même temps, ils ont invité la Chine à adhérer à « l’Organisation mondiale du commerce », ce qui a permis la croissance économique explosive de la Chine.

Cette politique déséquilibrée a fait des ravages. Les États-Unis ont perdu leur capacité industrielle au profit de la Chine et, en même temps, la Russie est tombée aux mains de la Chine.

Jouer " l’hégémon mondial " s’est avéré très coûteux. Cela a provoqué le crash économique de 2006, et les Étasuniens n’en ont tiré que peu ou pas de profit. Trump veut renverser cette situation en se rééquilibrant vers la Russie tout en s’opposant à la puissance croissante de la Chine.

Tout le monde ne partage pas cette vision.

En tant que conseiller en sécurité de Jimmy Carter, Brzezinski a poursuivi la politique Nixon / Kissinger à l’égard de la Chine. Il a mené une politique en " seule direction de la Chine ", en ignorant Taiwan pour avoir de meilleures relations avec Pékin.

Il pense toujours que les États-Unis doivent s’allier à la Chine contre la Russie :

« Il n’est pas dans notre intérêt de contrarier Pékin. Il vaut beaucoup mieux pour les intérêts américains que les Chinois travaillent en étroite collaboration avec nous, forçant ainsi les Russes à suivre leur exemple s’ils ne veulent pas être laissés pour compte. Cette constellation donne aux États-Unis la capacité unique d’exercer une influence politique collective sur le monde entier ».

Mais pourquoi la Chine participerait-elle à ce projet ?

Qu’est-ce qui " forcerait " la Russie à suivre l’exemple des Chinois ?

Quel serait le coût pour les États-Unis de la poursuite d’une telle voie ?

Brzezinski a toujours fait preuve d’aveuglement en ce qui concerne la Russie. Il est issu d’une famille de la petite noblesse originaire de Galice, aujourd’hui dans l’ouest de l’Ukraine. Ils ont été chassés de Pologne lorsque les Soviétiques ont étendu leur domination jusqu’au milieu du continent européen. Pour lui, la Russie sera toujours l’ennemi.

Le point de vue de Kissinger est plus réaliste. Il voit que les États-Unis ne peuvent pas gouverner seuls et doivent avoir des relations plus équilibrées :

« Dans l’ordre multipolaire naissant, la Russie doit être perçue comme un élément essentiel de tout nouvel équilibre mondial, et non pas d’abord comme une menace pour les États-Unis. »

Kissinger s’emploie à nouveau à diviser la Russie et la Chine. Mais cette fois, c’est la Russie qu’il faut privilégier et avec qui il faut « lier amitié ».

Trump est d’accord avec Kissinger. Il veut de bonnes relations avec la Russie pour séparer la Russie de la Chine. Il voit - à juste titre - la Chine comme le plus grand danger (économique) à long terme pour les États-Unis.

C’est la raison pour laquelle, immédiatement après son élection, il a commencé à renforcer les relations avec Taïwan et continue à le faire. Écoutez Peter Lee pour plus de détails.

C’est la raison pour laquelle il essaie d’arracher la Corée du Nord à la Chine.

C’est la raison pour laquelle il est aimable avec Poutine.

Il est peu probable que Trump parvienne à arracher la Russie à son alliance bienfaisante avec la Chine. Il est vrai que les activités de la Chine, en particulier en Asie centrale, représentent un danger à long terme pour la Russie.

La puissance démographique et économique de la Chine est beaucoup plus grande que celle de la Russie. Mais les États-Unis n’ont jamais été fidèles dans leurs relations avec la Russie. Il leur faudrait des décennies pour regagner sa confiance.

La Chine, par contre, respecte ses engagements.

La Chine n’a pas envie de conquérir le " Heartland ". Elle a mieux à faire en Asie du Sud-Est, en Afrique et ailleurs. Il n’est pas dans son intérêt de s’opposer à une Russie militairement supérieure.

Au mieux, Trump parviendra à neutraliser la Russie pendant qu’il s’attaque à la puissance économique croissante de la Chine avec des tarifs douaniers et des sanctions, et le soutien de Taïwan, du Japon et d’autres pays séduits par son agenda " anti-chinois ".

Les États-Unis n’ont pas su tirer profit de leur " période hégémonique ". Au lieu de se faire une alliée de la Russie, ils l’ont poussée dans les bras de la Chine. La globalisation hégémonique et les guerres unilatérales se sont révélées trop coûteuses. Le peuple étasunien n’en a tiré aucun profit. C’est pourquoi ils ont élu Trump.

Trump fait de son mieux pour corriger la situation. Dans un avenir prévisible, le monde se retrouvera avec trois centres de pouvoir : Anglo-Amérique, Russie et Chine.

L’Europe vieillissante et désunie sera à la dérive.

Ces centres de pouvoir ne se déclareront jamais une guerre ouverte mais ils se disputeront les périphéries. La Corée, l’Iran et l’Ukraine seront au centre de ces conflits. Des intérêts en Asie centrale, en Amérique du Sud et en Afrique joueront également un rôle.

Trump comprend la situation dans son ensemble. Pour " Redonner sa grandeur à l‘Amérique ", il doit s’attaquer à la Chine et empêcher l’alliance « sino-russe » de s’affermir.

Ce sont les « néo-conservateurs » et les « néolibéraux » qui ne comprennent rien. Ils restent bloqués dans la vision de « la guerre froide » de Brzezinski sur la Russie.

Ils croient toujours que la globalisation économique, qui a permis à la Chine de retrouver sa puissance historique, est la seule et unique voie à suivre. Ils ne voient pas le mal qu’ils ont fait à 90 % de l’électorat américain.

Pour l’instant, le point de vue de Trump l’emporte. Mais les réactions délirantes à la conférence de presse montrent que les pouvoirs contre lui sont encore forts. Ils vont saboter ce qu’il fait chaque fois que c’est possible.

Ce qu’il y a de plus à craindre pour l’instant, c’est que leur vision du monde parvienne à régner de nouveau.

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

Source : http://www.moonofalabama.org/2018/07/helsinki-talks-how-trump-tries-to...

Le Grand Soir

Note :

* Le NY Times a été surnommé « The Gray Lady » à cause de sa mise en page immuable et du caractère circonspect de sa ligne éditoriale.