Les militantes saoudiennes détenues pourraient être condamnées à la peine de mort.

, par  DMigneau , popularité : 0%

Les militantes saoudiennes détenues pourraient être condamnées à la peine de mort.

Les accusations de " trahison " et de " conspiration contre l’État " pourraient mener à la peine capitale, avertissent les experts juridiques.

Sept militantes saoudiennes détenues, qui ont fait campagne pour « la levée de l’interdiction de conduire des femmes », risquent la peine de mort, a rapporté le journal " Okaz " dimanche.

Selon les avocats et les juges saoudiens, les militants « des droits des femmes », qui ont été arrêtés la semaine dernière et qualifiés de " traîtres " par les médias " pro-gouvernementaux ", pourraient être condamnés à mort si les enquêtes aboutissent à des accusations de " trahison " et de " complot contre l’État ".

Un activiste saoudien, qui souhaitait garder l’anonymat par crainte pour sa propre sécurité, a déclaré à " Middle East Eye " : « Ce que nous voyons, c’est qu’il n’y a aucune tolérance d’aucune sorte pour tout type d’activité [militante]. »

« L’objectif est d’envoyer un message clair au peuple, que personne n’est censé parler des affaires publiques, personne n’est censé s’engager dans la société autre que l’État . »

Selon un communiqué du gouvernement saoudien, ces sept personnes ont été arrêtées pour avoir offert un soutien financier à des ennemis à l’étranger et pour avoir eu des contacts suspects avec des entités étrangères.

La déclaration les accusait également de travailler ensemble, de manière organisée, pour « violer les valeurs religieuses et nationales », sans nommer les détenues.

Les groupes de défense des droits humains ont demandé aux autorités de libérer les détenus. Six d’entre eux ont été identifiés comme étant Eman al-Nafjan, Lujain al-Hathloul, Aziza al-Yousef, Aisha al-Manea, Ibrahim Modeimigh et Mohammed al-Rabea.

Les militants, hommes et femmes, ont fait campagne pour le droit des femmes à conduire, que le royaume conservateur est prêt à accorder à partir du mois prochain après l’avoir interdit pendant des décennies.

Progrès au point mort

La décision de lever l’interdiction a été saluée par beaucoup comme la preuve d’une nouvelle tendance progressiste dans le pays sous la direction du prince héritier Mohammed bin Salman (MBS), qui s’est présenté comme " un réformiste ".

Dans le même temps, MBS a été à la tête d’une répression de la dissidence qui a vu des dizaines de personnes emprisonnées, torturées et dépouillées de leurs biens.

Samah Hadid, directeur des campagnes " d’Amnesty au Moyen-Orient ", a déclaré lundi : « Malgré les protestations internationales et les appels à la libération de ces militants, ils sont toujours détenus pour leur travail pacifique en faveur des droits humains. »

« Il est clair que sous le battage médiatique, les réformes du Prince héritier Mohammed bin Salman excluent l’activisme en faveur des droits humains...

Nous continuons d’appeler à la libération immédiate et inconditionnelle de tous les militants qui sont toujours détenus uniquement pour leur travail en faveur des droits humains . »

Un " hashtag " a commencé à circuler sur les médias sociaux accusant les détenus d’être des « agents d’ambassades », ainsi qu’une image des activistes avec le mot « traîtresses » estampillé au-dessus de leur tête - langage utilisé à maintes reprises dans les médias saoudiens.

« Le genre de reportage que nous voyons dans les médias nationaux en Arabie saoudite a pour but d’étouffer la dissidence à l’intérieur et de terroriser quiconque serait inspiré par ces personnes », a déclaré le militant anonyme.

Les groupes de défense des droits humains ont remis en question le programme de réforme du Prince héritier saoudien Mohammed bin Salman samedi après les arrestations.

« La " campagne de réforme " du Prince héritier Mohammed bin Salman a déclenché une vague de peur chez les véritables réformateurs saoudiens qui osent plaider publiquement en faveur des droits humains ou de l’autonomie des femmes  », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice pour le Moyen-Orient de " Human Rights Watch ".

« Le message est clair : quiconque exprime son scepticisme à l’égard des droits du prince héritier risque la prison. »

Le militant anonyme pense que la période actuelle est particulièrement dangereuse pour les Saoudiens qui s’expriment ouvertement et a déclaré que la répression des autorités révèle que " la volonté réformiste " apparente de MBS n’est que " poudre aux yeux ".

« Pourquoi exclure tous ceux qui veulent participer à ces réformes ? A moins, bien sûr, que ce ne soit pas vraiment réformateur... » , a dit le militant.

La peine de mort

L’Arabie saoudite a procédé à près de 600 exécutions depuis le début de 2014, selon " Human Rights Watch ".

Le groupe a documenté plusieurs cas dans lesquels les tribunaux saoudiens ont prononcé des condamnations à mort à la suite de " procès inéquitables ".

Alors que le royaume a ratifié la « Charte arabe des droits humains » qui exige que la peine de mort ne soit utilisée que pour les " crimes les plus graves " et dans des circonstances exceptionnelles, l’Arabie saoudite applique la peine de mort à un certain nombre d’infractions, dont des infractions " non violentes " liées à la drogue et à la sorcellerie.

« C’est déjà assez grave que l’Arabie saoudite exécute tant de personnes, mais beaucoup d’entre elles n’ont pas commis de crimes violents » , a déclaré Mme Whitson dans un rapport d’avril sur 48 personnes exécutées depuis janvier.

La moitié des personnes exécutées ont été accusées d’infractions " non violentes " liées aux drogues.

L’Arabie saoudite a l’un des taux d’exécution les plus élevés au monde.

Selon le groupe " Reprieve ", le taux d’exécution en Arabie saoudite a doublé depuis que Mohammed bin Salman a été nommé prince héritier en 2017.

Le groupe a déclaré en mars que 133 exécutions ont eu lieu au cours des huit mois qui se sont écoulés depuis sa nomination en juin dernier, contre 67 au cours des huit mois précédents.

Il a déclaré que plusieurs des condamnés à mort en Arabie saoudite ont été condamnés pour des crimes commis alors qu’ils étaient encore des enfants.

Maya Foa, la directrice du groupe, a dit : « Le doublement des exécutions sous le nouveau prince héritier révèle que, sous son image publique lisse, Mohammed bin Salman est l’un des dirigeants les plus brutaux de l’histoire récente du royaume ».

« Des manifestants, y compris des enfants à l’époque, ont vu la peine de mort confirmée malgré les allégations de torture et d’aveux forcés ».

Middel East Eye

Traduction " Hé Macron, ton pote MBS il est vraiment cool " par VD pour " le Grand Soir " avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Source : http://www.middleeasteye.net/news/detained-saudi-womenrs-rights-activi...

Le Grand Soir