« Les églises évangéliques agissent comme des partis politiques en Amérique latine » – Entretien avec Amauri Chamorro

, par  DMigneau , popularité : 0%

« Les églises évangéliques agissent comme des partis politiques en Amérique latine » – Entretien avec Amauri Chamorro

© Isac Nóbrega/PR

Les élections municipales brésiliennes ont signé un net recul du parti de Jair Bolsnaro. Elles ont été marquées par la montée en puissance du PSOL (" Parti socialisme et liberté "), mouvement anti-libéral critique de l’héritage de Lula.

Amauri Chamorro, professeur à l’Université de Sorocaba (Brésil) et conseiller de plusieurs mouvements politiques, revient sur les circonstances dans lesquelles se sont déroulées ces élections.

Il analyse les réseaux de pouvoir qui s’y sont affrontés – marqués par une prégnance des églises évangéliques – ainsi que les perspectives pour l’opposition.

Entretien réalisé par Denis Rogatyuk, traduit par Nubia Rodríguez, Maïlys Baron, Lauréana Thévenet et Marie M-B.

LVSL : Nous constatons un échec sans appel pour Jair Bolsonaro suite à ces élections municipales. Selon vous, quelles en sont les raisons principales ?

Amauri Chamorro : La chute de popularité de Bolsonaro est incontestable. Il bénéficie - certes - d’un certain soutien populaire depuis le commencement de la pandémie, parce qu’il a mis en place un processus important de redistribution des aides économiques pour la majeure partie de la population touchée par le « COVID-19 ».

Cependant, cela ne s’est pas reflété aux élections municipales.

Bolsonaro a pratiquement perdu dans toutes les principales villes du pays. Il a obtenu de très mauvais résultats. Aucun candidat important du camp " pro-Bolsonaro " n’est parvenu au second tour.

Sa plus grande défaite s’est produite à Sao Paulo.

À deux semaines des élections, son candidat a chuté de manière catastrophique et Guilherme Boulos, du PSOL [" Parti socialisme et liberté ", un parti critique aussi bien du néolibéralisme que de l’héritage de Lula ndlr] est apparu au second tour.

Il a été candidat à la présidentielle et a fait un résultat extraordinaire.

Au sud, à Porto Alegre, nous avons assisté à l’autre grande victoire du premier tour : je veux parler de la qualification de Manuela d’Ávila.

Elle a été la candidate à la vice-présidence de la République aux cotés de Fernando Haddad et est membre du « Parti communiste ».

Le fait d’avoir eu une candidate du « Parti communiste » du Brésil en compétition, avec de sérieuses chances de gagner l’élection, dans une ville aussi importante que Porto Alegre, représente une grande nouveauté.

C’est un changement important dans une zone très conservatrice. Rappelons-nous que le sud du Brésil, et plus particulièrement les régions qui ont une forte « agro-industrie », comme l’État de Rio Grande del Sur – où se trouve Porto Alegre -, représentent des secteurs très conservateurs, " pro-Bolsonaro ".

[Manuela d’Ávila a finalement recueilli 48 % des suffrages et perdu l’élection ndlr]

Plus qu’une " marée rouge ", je parlerais donc d’un " mur de soutènement ". Je crois qu’en ce moment, ces victoires vont permettre à la gauche de tendre vers un certain consensus.

LVSL : L’une des raisons de l’échec retentissant de Bolsonaro aux élections est aussi dû aux nombreuses ruptures qu’il a créées, y compris avec le parti qui l’a soutenu…

Amauri Chamorro : C’est une question complexe. En tant que président de la République, Bolsonaro a été expulsé du parti qu’il a - en fait - fondé et dirigé.

À présent, il n’est affilié à aucun parti politique. Mais la structure du parti classique telle que nous la connaissons ne lui a pas bien réussi. Cependant, il a une puissante " machine " derrière lui : ce sont les églises évangéliques.

Nous ne pouvons laisser de côté l’importance électorale des églises évangéliques, du moins au Brésil, et dans une grande partie de l’Amérique latine :

- au Chili, avec l’élection de Sebastian Piñera ;

- en Colombie, avec la victoire du " non " contre l’accord de paix.

Les églises évangéliques agissent comme des partis et ont des objectifs politiques. Elles publient des livres et discutent de leurs projets politiques, car elles veulent arriver à la « présidence de la République », afin de fonder un " califat " similaire à celui de « l’État islamique ».

J’effectue cette analogie à dessein car ces églises sont extrêmement radicales, violentes et corrompues au Brésil. Elles sont fortement liées aux groupes paramilitaires de Rio de Janeiro, qui sont responsables du décès de nombreux opposants.

Bolsonaro est issu de ce milieu.

La famille Bolsonaro est connue pour son lien avec les églises évangéliques et elle commande un groupe armé très puissant à Rio de Janeiro.

Le fils de Bolsonaro a été le commanditaire de l’assassinat de Marielle Franco, la conseillère municipale de Rio de Janeiro – une femme admirable.

Ces églises évangéliques ont du pouvoir ; mais on attendait cependant un bien meilleur résultat à ces élections. Elles ont conservé quelques " secteurs de niche ", comme Rio de Janeiro.

Il faut aussi prendre en compte la montée du PSOL [" Parti socialisme et liberté " ndlr] comme mouvement alternatif de gauche, critique du " Parti des travailleurs " (PT).

Le PSOL naît d’une division : quelques sénateurs et députés se sont séparés du président Lula lors de son premier mandat, car ils souhaitaient un projet plus radical que celui qu’il défendait alors.

[Pour une analyse du consensus que Lula a cherché à créer entre les aspirations radicales de sa base et les intérêts élitaires, lire sur LVSL l’article de Pablo Rotelli, Nicolas Netto Souza et Vincent Ortiz : " Les leçons à tirer de l’affaire Lula "]

Il a obtenu assez de victoires dans tout le pays et peut désormais sortir de l’enclave dans laquelle ce petit parti se maintenait. Il n’a qu’une présence marginale au « Congrès national », mais il est à présent stratégiquement incontournable, étant physiquement présent dans presque toutes les municipalités du territoire.

Le " Parti des travailleurs " semble en état de " mort cérébrale " : ses victoires dans les municipalités importantes sont faibles, peu de candidats ont réussi à se qualifier ne serait-ce qu’au second tour.

Il est en période de transition, subit une crise interne du fait de la montée du PSOL et d’autres mouvements de la gauche " progressiste " brésilienne.

LVSL : Dans de nombreuses villes, nous avons assisté à la résurgence de partis de droite traditionnelle, non " bolsonariste ".

Quel impact pensez-vous que cela pourrait avoir sur de futures élections générales ?

Amauri Chamorro : Il y a un avantage à cela, car ce n’est pas une droite violente. Elle est violente au sens " économique " : le néolibéralisme a généré des millions de morts, de la pauvreté, de la misère, de la faim, des inégalités, etc. Mais c’est une violence qui ne s’exprime pas au travers des armes, contrairement à la droite de Bolsonaro qui est similaire à la droite colombienne.

[Pour une mise en perspective de la montée en puissance des groupes paramilitaires en Colombie, lire sur LVSL l’article de Nubia Rodríguez : " Dans la Sierre Nevada, des assassinats ciblés d’indigènes pour défendre des projets touristiques ", et de Gillian M. : " En Colombie, le réarmement des FARC et la revanche de l’extrême droite paramilitaire "]

Il y a donc une possibilité de reconstruction du pays si ce parti de " centre-droit " se consolide. Néanmoins, il convient de rappeler que le parti le plus important de ce " centre-droit " néolibéral est le PSDB (" Parti social-démocrate brésilien "). Il a détruit le pays sous l’ère néolibérale et travaillé en association avec Bolsonaro dans plusieurs États.

Que veut dire tout cela ?

Au Brésil, il existe un phénomène qui est difficile à comprendre.

C’est un pays fédéral, nous avons d’un côté le gouvernement fédéral, puis les États et les villes. Chaque parti dans chaque ville, dans chaque État, peut prendre des décisions et s’allier à des partis qui peuvent être dans l’opposition au gouvernement fédéral.

Par exemple, le PDT peut ne pas être allié au PT au sein du « Congrès national », l’être dans « l’Etat » de Sao Paolo et être en concurrence avec ce même parti dans la ville de Sao Paolo.

C’est très complexe : " l’échiquier politique " au Brésil peut changer d’une échelle à l’autre et d’une ville à l’autre.

Le PSDB, qui dirige ce " centre-droit " moins agressif que le camp de Bolsonaro, travaille " main dans la main " avec lui dans plusieurs villes. On observe une certaine " prise de distance " en termes d’image : le PDSB souhaite ne pas faire les frais de l’impopularité de Bolsonaro révélée par ce scrutin.

Le lien avec les églises évangéliques fait la force électorale de ces secteurs de la droite brésilienne.

Au Brésil, on estime que 25 % de la population est membre d’une église évangélique, qui sont extrêmement violentes – au sens physique comme verbal – contre « la gauche ».

Ils sont bien sûr très " pro-américains ".

LVSL – Quel est l’élément qui pourrait unifier les luttes sociales au Brésil ?

Amauri Chamorro : Il faut prendre en compte deux déterminants importants pour les luttes sociales : premièrement la capitale - Brasilia - est au centre du pays ; c’est une ville qui a été construite dans les années 60 avec pour objectif de ne pas permettre que les organisations sociales ou la " société civile " puissent faire pression sur les « pouvoirs publics », le « Congrès », « la Justice », ou le pouvoir exécutif.

Qu’est-ce que cela veut dire ?

Brasilia est à deux mille kilomètres, au minimum, de n’importe quelle autre ville. Il est très difficile pour les mobilisations sociales, que l’on voit généralement à Sao Paolo ou Rio de Janeiro, de réussir à exercer une pression significative sur le pouvoir gouvernemental, comme on peut le voir - par exemple - au Chili, où les manifestations récentes ont paralysé le pays.

[Lire sur LVSL l’article de Jim Delémont : " Vers l’effondrement du système de Pinochet ? "]

Deuxièmement, les grandes organisations sociales du pays ont vécu ces trente dernières années sous le régime d’une cooptation systématique chapeautée par le PT.

La CUT (" Confédération Unique des Travailleurs "), la plus grande organisation syndicale de la planète, ou le MST (" Mouvement des sans-terre "), la grande organisation paysanne qui lutte en faveur de réformes agricoles contre le système des " latifundiaires ", entretiennent des liens très forts avec le PT.

Lula s’est imposé comme le grand représentant de ces secteurs sociaux.

Il faut prendre en compte le fait qu’au Chili, en Bolivie, en Équateur, en Colombie, lors de ces grandes mobilisations qui ont mis une pression considérable sur les gouvernements, les mouvements sont apparus de manière inorganique et spontanée ; ils n’ont pas été dirigés par un parti ou par des organisations sociales consolidées, ni même par des porte-paroles.

On ne connaît pas de porte-parole du « mouvement constituant » au Chili, des « marches contre le chômage » en Colombie, ou des « révoltes citoyennes » contre le FMI en Équateur.

Dans le cas du Brésil, il n’y a pas de mobilisation spontanée ; elles sont toutes liées à la coordination générale d’une grande organisation comme la CUT, le MST, qui sont eux-mêmes liés au PT.

[Pour une synthèse des révoltes qui ont marqué la fin de l’année 2019 en Amérique latine, lire sur LVSL l’article de Vincent Arpoulet, Pablo Rotelli et Nicolas Netto Souza : " Le bloc néolibéral vacille sous le coup des révoltes "]

Il y a ainsi une difficulté à créer un agenda unique, vu qu’il existe un monopole de la part du PT, qui coopte les leaders des organisations sociales les plus importantes.

Le " lawfare " a oeuvré à détruire la réputation de Lula et du PT ; les résultats sont .

Bien que le PT ait fait d’excellents scores malgré toutes les attaques qu’il a subies, ce n’est plus la grande force qui était attendue lors des élections locales.

Le PT demeure cependant puissant dans les organisations de base et les secteurs populaires.

Ces variables doivent être prises en compte pour comprendre pourquoi le Brésil ne connaît pas d’explosion sociale similaire à celle du Chili.

Au Brésil, c’est en l’état quasiment impossible.

LVSL : Quid de l’avenir du PT ?

Amauri Chamorro : Les résultats aux élections municipales ont constitué une bonne nouvelle pour le Brésil davantage que pour le PT.

Le fait que le volume de conseillers municipaux ait diminué représente peu de choses. Il faut garder à l’esprit que l’intégralité des moyens d’information et de communication du pays se sont tournés contre Lula, comme il y a 20 ou 30 ans, pour le frapper avec une grande violence.

Il a à présent écopé d’une détention et d’un séjour illégal en prison. Tout a été fait pour empêcher le PT d’atteindre un score conséquent.

Néanmoins, le PT est arrivé au second tour de l’élection présidentielle avec un candidat totalement inconnu au Brésil qui était Fernando Haddad, qui a remplacé Lula à la dernière minute après qu’il ait été arrêté.

Lula aurait très probablement gagné ; certaines études indiquaient même qu’il pourrait gagner dès le premier tour, et toutes les projections le donnaient vainqueur au second tour.

L’issue du scrutin fut toute autre et en ce moment, le PT est criblé d’attaques, sans budget et persécuté ; dans ce contexte, son résultat est fantastique.

Néanmoins, « la gauche » ne se résume pas au PT, qui demeure la principale force " progressiste ", mais non la seule. Les élections sont donc une bonne nouvelle pour les secteurs " progressistes " au sens large.

Un élément important est à prendre en compte : si le PT appuie des secteurs " progressistes " qui sont plus " centristes " ou au contraire plus radicaux que lui (comme le PSOL), il est traversé de tensions internes qui génèrent des tensions avec les mouvements externes.

Jim Tato, qui est le candidat du PT à Sao Paulo a eu un vote inexpressif, ce fut une des pires victoires des candidats du PT dans toute son histoire, et qu’un inconnu comme Boulos – membre du PSOL – arrive au second tour avec plus de 40 points, était impensable à Sao Paulo.

Le président Lula lui-même avait indiqué qu’il serait important que le PT ne lance pas soudainement son propre candidat, mais plutôt qu’il épaule Boulos. C’est une personne réellement brillante, très appréciée et charismatique.

C’est un meneur, tout comme Lula.

L’absence de soutien de la machine du PT au candidat de gauche qui avait une chance de passer au second tour est un phénomène de division qui touche toute la gauche latino-américaine.

Tel est le défi à laquelle est confrontée « la gauche » ; il ne s’agit pas simplement pour elle de gagner les élections, mais de remporter des victoires politiques. Par exemple, lorsque Dilma Rousseff a été réélue, son gouvernement était affaibli en raison du manque de soutien populaire et de la division de « la gauche » elle-même.

Cela a permis, d’une certaine manière, au coup d’État parlementaire d’advenir.

LVSL : Presque tous les dirigeants des partis " progressistes " ont rendu public leur soutien à Boulos, pensez-vous que c’est un premier pas dans l’union de l’opposition de gauche à Bolsonaro ?

Amauri Chamorro : Bolsonaro conserve un niveau de soutien élevé. Je pense que cela se maintiendra jusqu’aux prochaines élections présidentielles. Bolsonaro sera certainement candidat, à moins qu’il n’ait des problèmes de santé importants.

Malgré le " COVID-19 " et les problèmes économiques qui traversent les États-Unis en ce moment, Trump s’est retrouvé presque à égalité face à Joe Biden. Certes, il a eu une défaite électorale, mais politiquement, « l’extrême droite » des États-Unis représente la moitié de la population qui a voté pour Trump.

Par ailleurs, la lutte contre Bolsonaro oblige les dirigeants « de gauche » qui étaient très en désaccord - comme c’est le cas de Ciro Gomes et Lula - à se rasseoir côte à côte pour parvenir à un accord et rendre possible une victoire du " progressisme ".

Si la droite " bolsonariste " remporte à nouveau les élections, la situation sera invivable pour le Brésil.

Rédaction

LeVentseLève.fr