Les Indiens et le boeuf : le feuilleton continue

, par  DMigneau , popularité : 64%

Les Indiens et le bœuf : le feuilleton continue

La Cour de justice de Bombay vient de ré-autoriser les habitants du Maharashtra à manger du bifteck mais l’abattage des bovins reste interdit. Allô, quoi ?!

Est-ce, comme l’affirme le site d’information The Wire , “ le triomphe du respect de la vie privée sur le radicalisme hindou ” ?

En assouplissant l’usage de la viande de bœuf dans l’Etat du Maharashtra, la Cour de justice de Bombay a en tout cas porté un coup sérieux au gouvernement régional du jeune Devendra Fadnavis. Issu des rangs du " Parti du Peuple Indien " (BJP) au pouvoir à Delhi, ce dernier avait réussi en mars 2015 ce que d’autres avant lui - y compris de gauche - n’avaient pas obtenu malgré vingt ans de combat : l’interdiction totale d’abattre le bœuf, de le commercialiser, de le stocker et de le manger.

Enfreindre cette règle était jusqu’ici passible de 5 ans de prison et d’une amende de 10 000 roupies (132 euros).

Vendredi 6 mai, les magistrats ont estimé que ceci allait à l’encontre des libertés fondamentales protégées par la Constitution. Ils ont rappelé que la puissance publique ne pouvait pas se mêler de ce qui ne la regarde pas, surtout lorsque les citoyens sont chez eux, en particulier dans leur cuisine. “ L’Etat ne peut pas être intrusif au point d’empêcher les gens de se nourrir comme ils l’entendent ”, ont-ils expliqué en substance.

Les amateurs de bifteck saignant peuvent dire merci aux militants des droits de l’homme, aux cinéastes et aux journalistes qui avaient saisi la justice pour obtenir une telle décision. Ceux que cela dégoûtent, qu’ils aient ou non des arrières-pensées politiques, peuvent se rassurer : Fadnavis a décidé de faire appel et a menacé de s’adresser à la Cour Suprême si nécessaire, pour rétablir l’interdiction de consommation.

La justice ne sort pas grandie de cette affaire.

Laisser les gens choisir ce qu’ils mettent dans leur assiette est louable mais si, pour manger un filet de bœuf, il leur faut aller faire les courses dans l’Etat de Goa ou dans celui du Tamil Nadu où l’abattage des bovins est autorisé, cela devient on ne peut plus hypocrite.

Certes, la Cour de justice de Bombay a décidé que les habitants du Maharashtra avaient tout à fait le droit de transporter de la viande de bœuf, d’en faire commerce et de la manger, mais ils ont confirmé au gouvernement Fadnavis son droit d’interdire de tuer les bœufs. Au nom, paraît-il, du respect de la vie des animaux. On se demande bien ce qu’en pensent les buffles, dont la chair peut être mangée par les Indiens sans que cela ne pose de problème à personne.

Hindous contre Musulmans.

En septembre 2015, un ouvrier agricole musulman du nom de Mohammad Akhlaq a été assassiné dans sa maison. Il était soupçonné d’avoir tué une vache et de cacher la viande dans son réfrigérateur, mais l’enquête prouvera que cela était faux.

Ce drame s’est déroulé dans l’Etat d’Uttar Pradesh mais il y en a eu d’autres ailleurs. Au Maharashtra, ce sont essentiellement des transporteurs de viande qui ont été arrêtés depuis l’interdiction de tuer et de manger du bœuf, instaurée le 4 mars 2015. Dans la plupart des cas, indique The Indian Express, c’est un militant hindou qui alerte la police en prétendant détenir des informations confidentielles sur un transport de carcasses de bœufs.

Le chauffeur est presque toujours de confession musulmane.

Guillaume Delacroix

MediaPart