Les États-Unis tentent de bloquer l’enquête espagnole sur l’espionnage d’Assange par la CIA

, par  DMigneau , popularité : 0%

Les États-Unis tentent de bloquer l’enquête espagnole sur l’espionnage d’Assange par la CIA

" El País " a révélé jeudi que les autorités américaines refusent de coopérer avec une enquête espagnole sur l’espionnage illégal présumé d’Assange par « l’Agence centrale de renseignement » (CIA), à moins qu’elles ne reçoivent un ensemble d’informations comprenant les détails des témoins dont l’identité a été gardée anonyme pour leur propre protection.

L’article n’est que la dernière confirmation que la tentative américaine d’extrader Assange de « Grande-Bretagne », afin qu’il soit poursuivi en vertu de la loi sur « l’espionnage » pour avoir exposé les crimes de guerre américains, est une machination menée au mépris des normes juridiques fondamentales.

La tentative américaine de bloquer l’enquête espagnole va de pair avec d’autres abus qui ont été exposés au cours de la première semaine de la reprise des audiences d’extradition britanniques, qui ont débuté lundi.

Il s’agissait notamment de remplir un nouvel acte d’accusation remplaçant celui d’Assange, quelques semaines seulement après le début des audiences. Le but était de submerger l’équipe juridique d’Assange et les témoins de la défense avec des milliers de documents après qu’ils aient finalisé leur affaire.

Le juge Vanessa Baraitser, qui préside le « procès-spectacle », a contribué à ces efforts en rejetant une demande de la défense d’exciser de nouveaux éléments de l’acte d’accusation, puis en rejetant les appels à un délai pour que les avocats d’Assange puissent répondre aux allégations qui sont essentiellement basées sur les calomnies de deux informateurs du FBI.

Les tentatives américaines pour empêcher la révélation de l’espionnage de la CIA sont en partie responsables de cette situation. La surveillance est mentionnée dans l’argumentation de la défense pour l’actuelle audience d’extradition britannique, publiée en ligne, où elle est décrite comme suit :

« Tout d’abord, ses avocats ont été visés par des opérations de surveillance et leurs rencontres avec M. Assange ont été enregistrées par des agents de sécurité privés agissant au nom des États-Unis alors qu’il était réfugié à l’ambassade équatorienne.

Pendant ce temps, ses avocats étaient sous la surveillance physique de ces agents et leurs bureaux ont été cambriolés...

Une telle intrusion dans le privilège professionnel légal est universellement reconnue comme le summum de l’abus de pouvoir. »

Après avoir décrit d’autres abus, de nature similaire, l’argumentation de la défense explique :

« Tout cela montre que l’objectif n’est pas seulement de poursuivre de bonne foi. Il indique également un mépris évident pour " l’État de droit ". Elle a violé le caractère sacré des locaux diplomatiques. Et cela a eu lieu dans ce pays, ce qui est pertinent pour la question des abus. »

Il est clair que l’enquête espagnole, que les États-Unis cherchent à contrecarrer, a des implications majeures pour " l’affaire d’extradition " et pour le sort d’Assange.

Les révélations sur l’espionnage de la CIA ont été portées à la connaissance du public pour la première fois par un article d’ " El País " en octobre de l’année dernière. Il détaillait les allégations selon lesquelles " UC Global ", une société de sécurité espagnole engagée par le gouvernement équatorien pour protéger son ambassade à Londres, avait conclu un accord secret avec les autorités américaines pour assurer une surveillance détaillée d’Assange, qui résidait dans le bâtiment en tant que « réfugié politique ».

Le même mois, David Morales, le directeur d’ " UC Global ", a été arrêté par la police espagnole pour une série d’accusations, qui, selon " El País ", comprenaient " la violation de la vie privée d’Assange et du secret professionnel ainsi que le détournement, la corruption, le blanchiment d’argent et la possession illégale d’armes ".

Morales a ensuite été libéré sous caution, tandis que l’enquête s’est poursuivie sous la direction du juge José de la Mata.

David Morales [Credit : El Plural]

La couverture d’ " El País ", et d’autres documents qui ont été rendus publics, allèguent que Morales a rencontré des émissaires des agences de renseignement américaines en 2015 et a conclu un accord pour surveiller secrètement Assange en son nom.

Il aurait dit à ses subordonnés que " UC Global " jouait désormais " en première division ", était passé du " côté obscur " et travaillait pour les " amis américains ", à l’insu des autorités équatoriennes.

L’espionnage aurait persisté jusqu’en mars 2018, date à laquelle " UC Global " n’assurait plus la " sécurité " de l’ambassade de Londres. Le matériel rendu public démontre le caractère omniprésent de l’espionnage, avec des clips vidéo publiés en ligne montrant Assange en train de rencontrer ses avocats, ses amis et ses collègues.

En 2017, " UC Global " aurait " modernisé " ses mécanismes d’espionnage, lui permettant de capturer des enregistrements audio et vidéo dans tout le bâtiment. Ces enregistrements auraient été téléchargés sur un serveur auquel les services de renseignements américains avaient accès. Les informations personnelles des visiteurs d’Assange ont été volées, y compris les détails de leurs téléphones qui permettraient un piratage à distance.

Depuis les premiers rapports d’ " El País ", le caractère sinistre de l’opération est devenu évident.

En 2017, Morales aurait demandé à ses employés de fournir des informations qui pourraient être utilisées pour laisser l’ambassade dans l’insécurité, afin de faciliter l’enlèvement d’Assange. Il y aurait eu des discussions sur la possibilité d’empoisonner le fondateur de " WikiLeaks ".

Un employé a reçu pour instruction d’essayer " de prélever un échantillon de la couche souillée d’un enfant d’Assange " pour confirmer sa paternité.

Selon les documents qui ont été rendus publics, il est évident que Morales travaillait pour le compte de l’État américain. Les courriels qu’il a envoyés en mars 2017 indiquaient une adresse « IP » à Alexandria, en Virginie, une « plaque tournante » des agences de renseignement, quelques semaines à peine après la création d’une escouade de " contre-espionnage " du FBI dont les activités allaient culminer avec l’inculpation d’Assange par l’administration Trump.

Le journaliste d’investigation Max Blumenthal, ainsi que d’autres, ont établi les mécanismes de l’arrangement, montrant que l’ " intermédiaire " était la société de sécurité de Sheldon Adelson, un milliardaire et l’un des principaux donateurs de Trump.

Morales a assuré la liaison avec le personnel de sécurité de haut niveau d’Adelson, qui avait les liens les plus étroits avec l’État américain, ainsi qu’avec les services de renseignement américains et israéliens.

La preuve de l’implication des États-Unis dans l’espionnage est également fournie par le fait que les informations recueillies ont servi de base à ce qu’on appelle les " mesures actives ", c’est-à-dire des attaques politiques et juridiques fondées sur la collecte de renseignements.

L’acteur Stephen Hoo, photographié par " UC Global ", amène le bébé d’Assange à l’ambassade équatorienne [Crédit : El País].

Le 20 décembre 2017, M. Assange a notamment rencontré Rommy Vallejo, le chef des services de renseignement équatoriens, à l’ambassade de Londres. Le briefing secret était la dernière étape des préparatifs pour qu’Assange quitte l’ambassade le jour de Noël, dans des conditions de présence policière britannique réduite.

Assange allait utiliser les protections contenues dans la « Convention de Vienne », en étant nommé diplomate de l’Équateur ou d’un autre gouvernement sympathisant.

Un jour plus tard, le 21 décembre, le ministère américain de la justice a émis un « mandat d’arrêt international » contre Assange, faisant échouer le plan. Il semble incontestable que c’était parce qu’ils avaient regardé toute la réunion avec Vallejo, filmée par les caméras d’espionnage d’ " UC Global ".

Dans leur tentative de bloquer l’enquête espagnole, les autorités américaines cherchent à empêcher toute confirmation judiciaire de ce dossier accablant qui fait passer la poursuite d’Assange par les États-Unis pour une opération de gangsters en violation d’innombrables lois internationales et de la législation nationale dans de multiples juridictions.

Selon " El País ", les procureurs américains ont récemment envoyé une lettre à María de las Heras, juge de liaison pour l’Espagne aux États-Unis, lui demandant d’en transmettre le contenu au juge José de la Mata de la « Haute Cour d’Espagne ».

" El País " a déclaré que de la Mata avait demandé les détails des adresses « IP » aux États-Unis qui s’étaient connectées au serveur où le matériel de surveillance sur Assange était téléchargé, situé dans la ville espagnole de Jerez de la Frontera où " UC Global " avait son siège.

Les États-Unis ont refusé de coopérer et ont envoyé leur réponse, qui, selon " El Pais ", contient une longue liste de questions concernant chaque aspect de son enquête, notamment à qui - selon lui - Morales fournissait des informations ou si le juge pense que Morales travaillait pour un service d’information étranger ou comme agent d’une puissance étrangère - ou s’il s’agissait " simplement " d’un cas de corruption.

Les procureurs américains ont demandé que toutes ces informations soient transmises avant le 16 octobre, sinon " nous supposerons que les autorités espagnoles ne sont pas intéressées " et la demande sera classée.

La réponse américaine est un aveu tacite que tout ce qui a été allégué par les avocats d’Assange et publié par la presse est vrai.

Si ce n’était pas le cas, pourquoi les autorités américaines chercheraient-elles à entraver l’enquête ?

La lettre américaine demandait également " les sources d’information pour la plupart des affirmations faites dans la demande de coopération judiciaire ".

En plus d’être un acte flagrant d’ingérence judiciaire dans une enquête sur laquelle les États-Unis n’ont aucune compétence, il s’agit d’une tentative transparente d’intimidation des témoins, dont l’anonymat a été maintenu pour assurer leur sécurité.

Les anciens employés d’ " UC Global ", qui ont témoigné contre Morales, un ancien « marine » espagnol devenu mercenaire et ses responsables de la CIA, ont toutes les raisons de craindre pour leur sécurité. Lorsque Morales a été arrêté par la police espagnole l’année dernière, un pistolet avec son numéro de série effacé figurait parmi ses possessions.

Enfin, il convient de noter qu’en plus d’établir le caractère « hors la loi » de la campagne britannique et américaine contre Assange, les révélations de la surveillance sont une mise en accusation accablante des « médias d’entreprise ».

Pendant des années, ils ont tourné en dérision les affirmations d’Assange selon lesquelles il aurait été la cible d’opérations d’espionnage et de " coups fourrés " intensifs de la part des États-Unis, considérant qu’il s’agissait d’une " théorie du complot " sans fondement.

Oscar Grenfell

Traduction " la liberté de la presse consiste principalement en la liberté de vous mener en bateau où bon lui semble " par VD pour " Le Grand Soir " avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Source : https://www.wsws.org/en/articles/2020/09/12/assa-s12.html

Le Grand Soir