Le super logiciel de Bercy (hum, hum...)

, par  DMigneau , popularité : 0%

Le super logiciel de Bercy (hum, hum...)

Grâce à un " super-logiciel " qui croise des données issues de multiples fichiers, le gouvernement, l’an dernier, aurait réussi à faire rentrer 9 milliards d’impôts supplémentaires dans les caisses de l’État.

Et citoyens et contribuables priés d’applaudir. Sauf que...

1 . Sauf que... l’impôt direct sur le revenu des personnes physiques, présenté implicitement – et donc de manière spécieuse et malhonnête – comme " l’impôt par excellence ", " l’impôt en soi ", ne représente en fait qu’une part minime des recettes de l’État (dans les 17 %).

En effet, l’impôt qui rapporte le plus est la TVA, impôt indirect, donc injuste, puisqu’il pèse essentiellement sur les classes " moyennes " et " populaires ", qui consacrent l’essentiel de leur revenu à consommer, donc à payer cet impôt.

En outre, avec cet impôt, on trouve la " taxe sur les produits pétroliers ", également injuste car tout aussi indirect. N’oublions pas que c’est cet impôt qui, en 2018, a déclenché l’insurrection des " Gilets jaunes ". Ces deux impôts représentent la moitié des recettes de l’État.

2 . Sauf que... avant même l’impôt sur le revenu, l’impôt sur la personne qui rapporte davantage est la CSG, dont le produit est supérieur à l’impôt sur le revenu et qui est aussi un impôt injuste, mais pour une autre raison, c’est qu’il est proportionnel (comme l’est la " flat tax ") et non progressif...

3 . Sauf que... depuis des années, le « taux marginal » d’impôt (c’est-à-dire maximum) sur le revenu n’a cessé de baisser, c’est-à-dire d’être favorable aux classes aisées, car ce sont elles qui sont concernées par cet impôt.

Et que les gouvernements dits " de gauche " n’ont rien fait pour inverser cette tendance.

4 . Sauf... qu’une des toutes premières mesures du gouvernement Macron a été de supprimer l’ISF (qui était pourtant d’un taux tout à fait modique), qui ne profitait qu’aux « très riches ».

Ce qui fait perdre dans les 3 milliards par an à la collectivité.

5 . Sauf que... non seulement aucun effort sérieux n’est fait pour éradiquer la fraude fiscale, qui coûte à la collectivité dans les 80 milliards d’euros par an, mais qu’en outre, depuis des années, les effectifs des inspecteurs et « contrôleurs des impôts » ne cessent de diminuer...

Philippe ARNAUD

Le Grand Soir