Le réalisateur Jean-Pierre Mocky est mort

, par  DMigneau , popularité : 0%

Le réalisateur Jean-Pierre Mocky est mort

Jean-Pierre Mocky est mort chez lui à 86 ans. - MAXPPP

Le cinéaste Jean-Pierre Mocky est mort ce jeudi 8 août, a annoncé sa famille. Il avait réalisé 66 longs métrages entre 1959 et 2017.

Le cinéaste Jean-Pierre Mocky, le plus inclassable des réalisateurs français, est mort jeudi à l’âge de 86 ans, a annoncé sa famille à l’AFP.

" Jean-Pierre Mocky est mort chez lui cet après-midi à 15 heures ", a indiqué son gendre Jérôme Pierrat. Le décès du cinéaste a été confirmé par son fils, le comédien et metteur en scène Stanislas Nordey.

" Un drôle de paroissien ", " A mort l’arbitre ", " Le Miraculé "...

A la tête de quelque 66 longs métrages entre 1959 et 2017, Jean-Pierre Mocky, franc-tireur du cinéma français, était un maître de la dérision, auteur prolifique d’une œuvre inégale, entre comédies grinçantes, satires des mœurs contemporaines, et polars.

Né le 6 juillet 1929 à Nice, Jean-Pierre Mokiejewski, de son vrai nom, tenait une place à part dans le cinéma français. Il a notamment réalisé " Un drôle de paroissien ", " A mort l’arbitre " ou encore " Le Miraculé ".

Il œuvra également à la télévision en réalisant des téléfilms, dont deux séries de 2007 à 2013.

Également acteur, scénariste et producteur (il a toujours voulu contrôler l’ensemble du processus de production d’un film), il a réalisé plus de 60 longs-métrages, souvent avec des moyens très modestes et en quelques jours seulement, ainsi qu’une quarantaine de téléfilms.

Scénariste de ses films, il avait des acteurs fétiches, tels Jean Poiret, Michel Serrault ou Michael Lonsdale, dirigeant aussi des stars comme Bourvil, Philippe Noiret, Catherine Deneuve ou Jeanne Moreau.

Il avait commencé comme comédien en 1942 et poursuivit sa carrière d’acteur régulièrement jusqu’en 2017.

" Fauteur de troubles "

Le réalisateur était également célèbre pour ses sorties tonitruantes sur les plateaux de télévision et son tempérament éruptif lors de ses tournages.

Les colères homériques de Jean-Pierre Mocky ont notamment été immortalisées dans un épisode mythique de l’émission documentaire " Strip Tease ", " Le Parapluie de Cherbourg ".

Tourné en 2000, il suit le réalisateur sur le tournage de " La candide madame Duff ", filmé à Cherbourg avec Dick Rivers.

Lunettes de soleil sur le nez, cigarillos à la bouche, on le voit déambuler en bord de mer, hurler " moteeuuuurr " et " Où est-ce qu’il est ce con de perchman !? " à ses techniciens, s’enguirlander avec son chef opérateur ou encore négocier le prix d’un couscous pour son équipe.

https://youtu.be/rrbXkUvOTVg

Marié trois fois, Jean-Pierre Mocky a renoncé à compter sa progéniture. " J’ai 17 enfants connus. Voire davantage, les femmes que j’ai croisées le temps d’un fugace corps-à-corps se comptant par centaines ", a-t-il écrit dans un livre amer de souvenirs, " Mocky soit qui mal y pense " (2016).

En dépit de sa marginalité, il avait reçu depuis 2010 plusieurs hommages et distinctions de la profession. " Leur effet sur moi est à peu près aussi durable qu’un pet sur une toile cirée ", pestait ce " fauteur de troubles pour les uns, fouteur de merde pour les autres ".

Magazine Marianne