Le complot contre les complotistes

, par  DMigneau , popularité : 66%

Le complot contre les complotistes

Le concept de liberté a été corrompu : liberté oui, mais économique

La violence terroriste est malheureusement présente dans beaucoup de pays et régions du monde. La guerre aussi, la promesse de la paix mondiale semble tout aussi utopique que la faculté du capitalisme globalisé au service de l’humanité, du partage des richesses ou du développement et la prospérité des nations.

Le modèle occidental qui, pourtant, s’autoproclame comme le meilleur des mondes possible a ce jour est un échec total pour la majorité des populations mondiales. S’il est vrai que notre histoire contemporaine est pire encore, alors que nous sortons tout juste de siècles d’esclavage intercontinentaux qui se justifiait simplement par le gain et le lucre, par le racisme et la religion, la fin des empires coloniaux sont tout de même un propret.

La Révolution Française de 1789 et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen qui s’en suivait ont bouleversées le cour de l’histoire en imprégnant nos sociétés a venir d’une conscience humaniste et d’éthique morale. Aujourd’hui cela semble évident mais ce ne l’était pas forcément au Moyen Age et auparavant, quand aucune doctrine ne contemplait des droits pour personne, sauf pour les puissants qui régnaient férocement à coups d’épée, meurtres et soumission d’autrui.

Cette révolution malgré ces contradictions - certainement, les peuples africains n’étaient pas encore considérés « citoyens » mais plutôt comme des animaux - peut tout de même enorgueillir tous les français de leurs aïeux qui écrivaient un nouveau destin.

Le monde aujourd’hui a un cap, une boussole, des principes fondamentaux et universels partagés par toute personne sensée du monde. Nos sociétés contemporaines doivent rendre des comptes au peuples et promouvoir la liberté, la fraternité et même l’égalité. En découle les paradigmes sociaux modernes : le droit à l’auto-détermination, le peuple souverain, la démocratie, fondements et piliers qui font qu’aujourd’hui c’est mieux qu’hier et que demain sera mieux qu’aujourd’hui.

Pourtant ces principes sont menacés. L’égalité n’est plus considérée aux États-Unis comme une valeur positive. Elle à été remplacée par la compétence, pièce fondamentale de l’idéologie capitaliste qui prétend être à la foi le moteur et la finalité du développement.

L’injustice sociale, la brèche entre les riches et les pauvres, s’est accentuée considérablement ces dernières décennies. La fraternité synonyme de solidarité est également dépassée. L’accumulation grotesque d’immenses fortunes en peu de mains, plutôt qu’être un délit puisque inévitablement conduit à la souffrance et misère de la majorité, est incroyablement glorifiée même par les exploités.

La misère n’est plus un problème social sinon la juste punition ou châtiment pour les inefficaces, les médiocres, les inadaptés auto-responsables de leurs tracas. C’est leur faute, ils n’ont qu’a devenir millionnaires comme Bill Gate.

Et finalement, le concept de liberté a été lui aussi corrompu ; des libertés, oui, mais principalement économiques.

De nos jours pour notre bien, les gouvernements peuvent nous interdire tout et n’importe quoi. Le code pénal est un véritable fourre-tout où l’on peut trouver des prohibitions de toutes sortes : maintenant, il est interdit de fumer dans le troquet du quartier, faire du bruit trop tard est un délit, la police défoncera la porte de votre domicile si vous arrosez bruyamment votre anniversaire.

Aux États-Unis, vous pouvez être arrêté violemment et électrocuté avec un “ taser ” à 50.000 volts pour traverser la rue en dehors du passage piétons. C’est pas une blague : j’ai vu la vidéo que les victimes ont présentée à leur procès.

Par contre, il faut garantir aux actionnaires des grosses sociétés transnationales toutes les libertés possibles et inimaginables. L’ État doit être garant de leurs investissements et bénéfices, protéger leurs biens souvent mal acquis par des pratiques mafieuses, évasions d’impôts, trafics de toutes sortes et paradis fiscaux etc..

Des traités économiques comme le TAFTA (TTIP) sont élaborés en secret à l’insu des populations et de nos intérêts. Grâce aux exfiltrations de Wikileaks, Snowden et autres, nous savons qu’ils ont l’intention de s’immuniser littéralement contre la politique. Ces traités prétendent établir un « Droit supra-national » au dessus de la Justice Nationale - nos lois ne les concerneront plus - avec leur rentabilité et lucre pour unique objectif.

Des cabinets privés en remplacement des tribunaux nationaux où leurs entreprises opèrent contraignent déjà des gouvernements à se plier a leurs exigences. Par décision d’un cabinet d’arbitrage, le Québec doit indemniser une entreprise pour 100 millions de dollars pour avoir interdit le « fracking » nuisible à l’environnement et aux populations. L’ Égypte a dû renoncer à une loi pour augmenter le salaire minimum (SMIC) des travailleurs surexploités sous peine d’une gigantesque indemnisation.

La privatisation des services publics devient obligatoire et irréversible, peu importe ce qu’en pense les citoyens. La démocratie n’est plus qu’un mot vidé de sens puisque, quel que soit le gouvernement que nous élirons, nos lois ne les affecterons plus. Nous irons voter juste comme amusement.

En Amérique Latine 10 ans déjà, novembre 2005 à Mar del Plata en Argentine, les présidents sud-américains Hugo Chavez, Lula da Silva et Nestor Kirchner disaient « NON » au traité de libre commerce continental ALCA pour le continent américain sous l’hégémonie des États-Unis. Le documentaire « Al Sur de la Frontera » de Oliver Stone témoigne des propos de l’ex-président Bush avec le président argentin. Nestor Kirchner dévoile que Bush lui expliqua le secret des États-Unis pour dominer la planète : ce sont les guerres.

Daesh (ISIS) naît en Irak, pays envahi en deux occasions par Bush père et Bush fils tous deux ex-présidents. Le terrorisme est partout présent là où l’Otan a bombardé et détruit des peuples et renversé leurs gouvernements. Au service des corporations transnationales qui saccagent les peuples enflammés par la destruction et la souffrance, le chaos est une stratégie géopolitique qui sert des intérêts de particuliers, mais en aucune manière le peuple nord-américain qui - lui - est appauvrit par les crises économiques.

Il m’est difficile de ne pas envisager une connivence secrète, la corruption entre certains gouvernements et les actionnaires milliardaires qui amassent des fortunes et pouvoir sur la souffrance des peuples.

Cela s’appelle-t-il un complot ?

Là est le problème. Le débat public en France est régulé, la liberté d’expression menacée, dénoncer un complot comme l’a fait Chavez en maintes opportunités et Fidel Castro qui a survécu à plus de 600 tentatives d’attentats de la CIA et du Mossad, est tacitement interdit. Si tu dénonces l’impérialisme et le sionisme, tu seras immédiatement disqualifié et expulsé des grands médias. Tu ne pourras t’exprimer que sur Internet qui lui aussi est fréquemment menacé de censures.

Ernesto Bustos

Le Grand Soir

SOURCE : http://agencias.socialismo21.org/2015/11/22/le-complot-contre-les-complotistes/