Le cardinal Pell, argentier du Vatican, inculpé pour pédophilie

, par  DMigneau , popularité : 100%

Le cardinal Pell, argentier du Vatican, inculpé pour pédophilie

Franceschini / Pacific Pr/SIPA

L’un des personnages les plus importants du Vatican, le cardinal australien Pell, ministre de l’Economie du Saint-Siège, a été inculpé ce jeudi 29 juin en Australie pour abus sexuels multiples sur des enfants. Il doit comparaître le 18 juillet devant le tribunal de Melbourne.

L’un des plus hauts responsables du Vatican officiellement poursuivi pour pédophilie. Le cardinal australien Pell, 76 ans, numéro trois du Saint-Siège, a été inculpé ce jeudi 29 juin en Australie pour abus sexuels multiples sur des enfants.

Afin de préserver l’intégrité de l’enquête, la police australienne n’a toutefois donné aucune précision sur les faits qui sont reprochés au religieux, nommé argentier à Rome par le pape François en 2014. Les " crimes sexuels anciens " présumés du prélat remonteraient néanmoins aux années 70 et se seraient poursuivis jusqu’aux années 90. Interrogé par la police australienne en octobre 2016, le cardinal Pell a nié les faits qu’il rejette aujourd’hui encore " vigoureusement ".

Mais selon le commissaire adjoint de la police de l’Etat de Victoria, dans le sud-est de l’Australie, où le cardinal Pell aurait par ailleurs couvert les agissements de plusieurs prêtres pédophiles, " de multiples plaignants " se sont d’ores et déjà fait connaître dans le cadre d’une enquête gouvernementale ouverte en 2012.

L’enquête avait alors pour objectif de déterminer les failles dans la gestion, par les autorités australiennes, des abus sexuels commis sur des enfants au sein de l’Eglise.

Le cardinal Pell avoue avoir " failli "

Entendu à trois reprises dans la procédure, le cardinal Pell a d’ailleurs lui-même reconnu avoir " failli " dans sa mission, face aux actes des prêtres pédophiles en poste dans l’Etat de Victoria, dans les années 1970, actes qu’il n’aurait pas dénoncés. " Pell a fait son travail en protégeant les atouts de l’Église, en protégeant sa réputation, mais je ne crois pas qu’il ait protégé les enfants ", a ainsi déclaré une victime d’abus sexuels citée par l’AFP, devant ladite commission d’enquête.

Menées pendant quatre ans, les investigations ont permis de mettre en lumière 4 444 signalements pour des faits de pédophilie dont auraient eu connaissance les autorités ecclésiastiques. Au total, entre 1950 et 2010, 7 % des prêtres australiens sont soupçonnés d’avoir commis des actes pédophiles.

Pour sa défense, le cardinal Pell, représentant d’une ligne conservatrice sur des sujets tels que l’euthanasie ou le mariage des homosexuels, assure quant à lui avoir été trompé par la hiérarchie catholique qui lui aurait " dissimulé " ce qu’il se passait réellement.

Il doit comparaître devant le tribunal de Melbourne le 18 juillet.

Magazine Marianne