Le bien, le mal, l’éternité et l’histoire humaine.

, par  DMigneau , popularité : 61%

Le bien, le mal, l’éternité et l’histoire humaine.

« Tout ceci est nécessaire car le mal triomphera si les hommes bons restent cois ».

Que l’on mesure la présomption de ceux qui, du sein de la vieille société de classes, prétendent, au cours de bouleversements sociaux inouïs, imposer à la société sans classes de l’avenir une morale éternelle, indépendante du temps et des transformations du réel ! A supposer même, - ce que nous ignorons jusqu’à présent, - qu’ils comprennent tout au moins dans ses lignes fondamentales la structure de cette société future. [M.D. d’après F.E.)

... Le bien et le mal. Cette opposition se meut exclusivement sur le terrain moral, donc dans un domaine qui appartient à l’histoire des hommes, et c’est ici que les vérités définitives en dernière analyse sont le plus clairsemées.

De peuple à peuple, de période à période, les idées de " bien " et de " mal " ont tant changé que souvent elles se sont carrément contredites.

- Mais, objectera-t-on, le bien n’est pourtant pas le mal, le mal pas le bien ; si le bien et le mal sont mis dans le même sac, c’est la fin de toute moralité et chacun peut agir à sa guise.

- Mais la chose ne se règle tout de même pas si simplement. Si c’était aussi simple, on ne disputerait pas du bien et du mal, chacun saurait ce qui est bien et ce qui est mal. Mais qu’en est-il à présent ?

Quelle morale nous prêche-t-on aujourd’hui [1878] ?

C’est d’abord la morale féodale chrétienne, héritage de la foi des siècles passés, qui se divise essentiellement à son tour en une morale catholique et une morale protestante, ce qui n’empêche pas derechef des subdivisions allant de la morale catholique-jésuite et de la morale protestante orthodoxe jusqu’à la morale latitudinaire.

A côté de cela figure la morale bourgeoise moderne, puis derechef à côté de celle-ci la morale de l’avenir, celle du prolétariat, de sorte que rien que dans les pays les plus avancés d’Europe, le passé, le présent et l’avenir fournissent trois grands groupes de théories morales qui sont valables simultanément et à côté l’une de l’autre.

Quelle est donc la vraie ? Aucune, au sens d’un absolu définitif ; mais la morale qui possède le plus d’éléments prometteurs de durée est sûrement celle qui, dans le présent, représente le bouleversement du présent, l’avenir, c’est donc la morale prolétarienne.

Dès lors que nous voyons les trois classes de la société moderne [en 1878, mutatis mutandis], l’aristocratie féodale, la bourgeoisie et le prolétariat, avoir chacune sa morale particulière, nous ne pouvons qu’en tirer la conclusion que, consciemment ou inconsciemment, les hommes puisent en dernière analyse leurs conceptions morales dans les rapports pratiques sur lesquels se fonde leur situation de classe, - dans les rapports économiques dans lesquels ils produisent et échangent.

Cependant, dans les trois théories morales citées ci-dessus, il y a maintes choses communes à toutes les trois : ne serait-ce pas là un fragment de la morale fixée une fois pour toutes ?

Ces théories morales représentent trois stades différents de la même évolution historique, elles ont donc un arrière-plan historique commun et par suite, nécessairement, beaucoup d’éléments communs.

Plus encore. A des stades de développement économique semblables, ou à peu près semblables, les théories morales doivent nécessairement concorder plus ou moins. Dès l’instant où la propriété privée des objets mobiliers s’était développée, il fallait bien que toutes les sociétés où cette propriété privée prévalait eussent en commun le commandement moral : tu ne voleras point.

Est-ce que par là ce commandement devient un commandement moral éternel ? Nullement.

Dans une société où les motifs de vol sont éliminés, où par conséquent, à la longue, les vols ne peuvent être commis que par des aliénés, comme on rirait du prédicateur de morale qui voudrait proclamer solennellement la vérité éternelle : Tu ne voleras point !

C’est pourquoi nous repoussons toute prétention de nous imposer quelque dogmatisme moral que ce soit comme loi éthique éternelle, définitive, désormais immuable, sous le prétexte que le monde moral a lui aussi ses principes permanents qui sont au-dessus de l’histoire et des différences nationales.

Nous affirmons, au contraire, que toute théorie morale du passé est, en dernière analyse, le produit de la situation économique de la société de son temps.

Et de même que la société a évolué jusqu’ici dans des oppositions de classes, la morale a été constamment une morale de classe ; ou bien elle justifiait la domination et les intérêts de la classe dominante, ou bien elle représentait, dès que la classe opprimée devenait assez puissante, la révolte contre cette domination et les intérêts d’avenir des opprimés.

Qu’avec cela, il se soit en gros effectué un progrès, pour la morale comme pour toutes les autres branches de la connaissance humaine, on n’en doute pas. Mais nous n’avons pas encore dépassé la morale de classe. Une morale réellement humaine, placée au-dessus des oppositions de classe et de leur souvenir, ne devient possible qu’à un niveau de la société où on a non seulement vaincu, mais oublié pour la pratique de la vie, l’opposition des classes.

Que l’on mesure maintenant la présomption de M. Dühring qui, du sein de la vieille société de classes, prétend, à la veille d’une révolution sociale [1878], imposer à la société sans classes de l’avenir une morale éternelle, indépendante du temps et des transformations du réel ! A supposer même, - ce que nous ignorons jusqu’à présent, - qu’il comprenne tout au moins dans ses lignes fondamentales la structure de cette société future.

Friedrich Engels

Le Grand Soir

SOURCE :http://https://www.marxists.org/francais/engels/works/1878/06/fe18780611k.htm