Le Medef veut repenser le " dialogue social " : les organisations syndicales doivent boycotter !

, par  DMigneau , popularité : 0%

Le Medef veut repenser le " dialogue social " : les organisations syndicales doivent boycotter !

Crédits Photo : CHARLES PLATIAU / REUTERS

Mardi 16 février, Geoffroy Roux de Bézieux patron du MEDEF a envoyé à l’ensemble des organisations syndicales un courrier pour repenser le " dialogue social ". Une initiative saluée par les directions syndicales en pleine crise économique et alors que les suppressions d’emploi et PSE sont particulièrement nombreux.

Le nouveau projet du " Medef " pour vendre son " dialogue social "

Geoffroy Roux de Bézieux a envoyé mardi 16 février un courrier à l’ensemble des directions syndicales et patronales pour repenser le " dialogue social " et ouvrir des discussions sur huit sujets principaux parmi lesquels la " justice prud’homale ", la " formation professionnelle " ou encore la " mobilité sociale ".

Derrière de " grandes formules " révélées par l’AFP, " il s’agit de repenser le rôle de la démocratie sociale dans la vie démocratique du pays ". Roux de Bézieux souhaite pousser jusqu’au bout la logique du " dialogue social ", en pleine crise économique et alors que les plans de PSE et de licenciements se multiplient.

Jeudi dernier, devant " l’Association des journalistes économiques et financiers ", Roux de Bézieux s’est attelé à défendre son projet selon " Les Échos " : " C’est en marchant qu’on forgera en quelque sorte ce paritarisme 4.0. " affirmant également réfléchir à ce projet depuis de nombreuses années " quasi depuis [son] élection… en constatant qu’il y a un recul du paritarisme à la fois de gestion et de négociation depuis de nombreuses années qui s’est accéléré depuis 2017 parce que le gouvernement a pris l’initiative sans toujours mettre dans la boucle les partenaires sociaux ".

Pour le MEDEF, il s’agit avant tout de se montrer dans une posture de " dialogue social ", terrain toujours plus favorable pour le « patronat ».

L’initiative a été particulièrement félicitée à la fois par les directions syndicales et par les organisations patronales.

La " Confédération pour les Petites et Moyennes Entreprises " (CPME) ainsi que l’U2P (" Union des entreprises de proximité ") ont manifesté leur soutien au projet.

De la même façon, l’organisation des artisans, " petits commerçants " et " professions libérales ", par la voix de son président Dominique Métayer, a fortement montré son enthousiasme : " On aurait pu cosigner le courrier ".

La réaction des directions syndicales ne s’est pas faite attendre, la CFDT a salué, sans surprise, " une bonne démarche " à travers son secrétaire général Laurent Berger, tandis qu’Yvers Veyrier de " Force ouvrière " a félicité : " le fait qu’ait été réinstallé dans les esprits le fait qu’il y a un espace de négociation au niveau interprofessionnel porteur d’avancées pour les droits des salariés ".

La CFTC s’est elle déclarée " plutôt favorable " au projet.

Seule la CGT a montré un très léger " bémol "en communiquant " vouloir prendre le temps de réfléchir collectivement ".

Selon " les Échos ", aucune réunion n’est encore fixée mais les leaders patronaux et syndicats vont arrêter ensemble la liste des sujets à évoquer et le calendrier.

" L’idée n’est pas de faire les huit thèmes d’un coup, mais [de se mettre d’accord] dans une réunion à venir, sur ceux qui nous paraissent collectivement les plus pertinents ".

Alors que les PSE se multiplient partout en France, refuser le " dialogue social " et construire un plan de bataille

En pleine crise économique et sanitaire le MEDEF et les autres organisations patronales ont donc décidé de jouer à fond la carte du " dialogue social " en remettant au centre du débat le paritarisme : « Le sujet prioritaire, la clef de voûte, c’est de refonder le paritarisme  », explique François Asselin, président de la CPME, au journal " Les Échos " ajoutant : « Il faut construire un nouveau contrat social  ».

Ces " effets d’annonce " ne sont évidement pas anodins, il s’agit à l’heure où la crise économique et ses conséquences se font de plus en plus claires, de prévenir d’éventuelles explosions en enfermant les directions du mouvement ouvrier sur le terrain du " dialogue social ".

Pourtant la réalité est la suivant , sur l’année 2020, c’est plus de 800 PSE qui ont été annoncés, c’est aussi plus de 900 000 emplois qui ont été supprimés, un ensemble d’attaques tellement massifs que l’on a du mal à en suivre l’ampleur, une carte interactive a d’ailleurs été lancé pour les recenser.

La logique du « patronat » que ce soit à Derichebourg, à Grandpuits ou dans des centaines d’autres boîtes est simple : licencier, attaquer les conditions de travail et pousser jusqu’au bout la pression sur les travailleurs.

Depuis le début de l’épidémie, les directions syndicales ont choisi de se placer sur le terrain du " dialogue social ". Cette stratégie a, à nouveau, montré qu’elle était une impasse et qu’elle empêchait la construction d’un rapport de forces sur le terrain de la lutte de classe.

Aujourd’hui, alors que les classes dominantes craignent un " Printemps social ", il est essentiel de refuser d’entrer dans le " dialogue " promu par le « patronat » et de construire un plan de bataille à la hauteur pour faire advenir cette perspective !

La colère ouvrière existe et est capable de s’exprimer pleinement lorsqu’elle s’appuie sur une stratégie combative, comme l’a montré la grève de Grandpuits.

Simon DERREROF

revolutionpermanente.fr

Navigation