Le Maroc dans la tempête néo-libérale, le Rif en ébullition

, par  DMigneau , popularité : 32%

Le Maroc dans la tempête néo-libérale, le Rif en ébullition

« On ne règle pas un problème en utilisant le système qui l’a engendré. Ce n’est pas avec ceux qui ont créé les problèmes qu’il faut les résoudre. »

A .Einstein

Une décision judiciaire révoltante et un drame

Le 30 octobre 2016, M. Fikri, voulant récupérer sa marchandise, une tonne de poissons confisquée par la police et jetée dans une benne à ordure sur ordre des autorités judiciaires, fut broyé ainsi que le poisson par la benne à ordures. Le poisson, en l’occurrence l’espadon dont la pêche est interdite à cette période, fut achetée au port d’El Hoceima et donc pêché au large d’ El Hoceima.

Sans risque de se tromper, on peut émettre l’hypothèse que ce drame est la conséquence d’un processus de corruption. Un processus que le marchand a voulu interrompre en refusant d’obéir à l’injonction des policiers. Il s’en suivi l’interpellation avec pour conclusion, une décision judiciaire irrationnelle : jeter une tonne de poisson dans un camion à ordures.

Irrationnelle et révoltante car la pauvreté est une plaie au Maroc. En un mot, une décision judiciaire qui défie le sens de la mesure. Et pour couronner le tout, le marchand resta libre dans ses mouvements. Ce qui laisse perplexe tout être doué de raison. Si ce n’était un réel drame, la scène serait digne d’une pièce de comédie tragi-comique.

Toujours est-il, depuis ce drame, des manifestations quasi-quotidiennes secouent la ville d’El Hoceima. Les revendications exprimées par les manifestants sont légitimes et partagées par une large majorité de la population marocaine.

Chômage, pauvreté, Education et Santé publiques en sont les principaux sujets du mécontentement. Inutile de préciser que ces revendications font consensus dans la population marocaine.

En effet, pour ne retenir que l’Education et la Santé, elles sont dans un état de ruine avancé.

Sur leurs décombres fleurissent des écoles, des instituts, des cliniques privées. Et pour le pauvre, il faut se saigner pour y inscrire son enfant ou s’y soigner.

A ce stade de la description, une question se pose : cet état, est-il la conséquence d’une mauvaise gestion des dépenses publiques ou est-il le fruit de l’idéologie néo-libérale appliquée sans entrave ?

En tout cas, dans la santé où le privé a supplanté le public, elle se traduit par un trafic des médicaments avec une connivence entre pharmaciens et médecins.

Une connivence où le malade est un client, voire une marchandise.

Nulle exagération si j’affirme que, pour le médecin, le sermon d’Hippocrate est une baliverne pour naïf. Ledit sermon est-il remplacé par ’’ le tapis sous le bras et une prière ’’ ? Car face à un tel cynisme, il faut bien ’’ se laver ’’ de toute mauvaise action tout en se donnant bonne conscience. C’est dire que le contenu et la valeur de l’enseignement délivré tout le long du cursus scolaire et universitaire laisse à désirer.

J’y reviendrai.

Mais nul besoin " d’experts " pour énoncer une vérité simple : dans une société où la pauvreté - voire la misère - est le lot du plus grand nombre, l’argent et son corollaire la marchandise sont devenus, l’horizon indépassable.

Un horizon où la religion, telle qu’elle est interprétée, sert de brouillard. Un brouillard qui empêche, pour le moment, d’apercevoir que cet horizon mène vers une impasse. Comme l’écrivait dans les années 90, feu Mehdi Menjra, « les problèmes graves et urgents qui se posent à la société marocaine exigent une vision à long terme. » (1)

Il est évident que la bourgeoisie marocaine et la classe dirigeante n’avaient et n’ont cure de tels conseils.

Des manifestations et des interrogations

Les manifestations presque quotidiennes depuis le drame qui a ébranlé la population marocaine sont organisées par des jeunes dont un fut emprisonné suite à un acte qui mérite de s’y attarder un instant.

En effet, le leader, en l’occurrence Nasser Zafzafi, eu comme idée d’interrompre une prière dans une mosquée pour haranguer les présents alors que tout un chacun sait qu’un lieu sacré est inviolable, quelle que soit, par ailleurs, la croyance ou la religion.

Rien n’empêchait ledit leader d’attendre la sortie des prieurs pour les mobiliser. Aussi, on ne peut s’empêcher de penser qu’il a " forcé " la main des autorités en profanant un lieu sacré. En effet, pour la police, soupçonnant, à tort à raison, qu’une main étrangère inspire et finance le mouvement, il est plus judicieux de laisser Nasser Zafzafi libre de ses mouvements pour suivre le fil des " supposés commanditaires ".

A ce sujet, il faut souligner que l’une des accusations portées contre le mouvement est l’autonomie du Rif.

En effet, le portrait de Abdelkrim Khattabi ainsi que le drapeau berbère sont devenus célèbres depuis la naissance de ce mouvement.

A contrario, le drapeau marocain est absent.

Dans une interview, Nasser Zafsafi affirme que la province d’El Hoceima est « démocratique, elle ne tolère ni corruption, ni injustice. Voilà pourquoi l’Etat déploie ces forces incroyables pour réprimer la province d’El Hoceima. »

Affirmation sans fondement et laisse perplexe quand on y ajoute l’exigence de « la levée de la démilitarisation du Rif » (2) dans une région où le trafic de drogue est monnaie courante.

Est-il nécessaire de citer des noms de " notables ", originaires du Rif, appartenant à la classe dirigeante mouillés ou ayant mouillés dans le trafic de drogue. A titre d’exemple, Saïd Chaou, élu député en 2007, trafiquant de drogue, réfugié en Hollande, extradé récemment, est devenu l’un des champions de l’Autonomie du Rif. Poussant le ridicule jusqu’à écrire une lettre au secrétaire général de l’ONU pour inscrire l’indépendance du Rif dans l’agenda onusien. (2)

Il n’est pas inutile non plus de souligner que la " militarisation ’’ du Rif est dictée par deux impératifs :

- la lutte contre le terrorisme, comme dans le reste du Maroc,

et

- la lutte contre le trafic drogue, sous la pression constante de l’Union européenne.

C’est ce qui m’amène au vif du sujet de cet article.

L’imposture idéologique, reflet du vide politique...

L’instrumentalisation de la figure historique de Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi, né à Ajdir, près d’El Hoceima vers 1882 en " tribalisant ’’ son combat contre le colonialisme français et espagnol (1920) est un détournement idéologique et politique.

Si la lutte de libération menée par « le précurseur de la guerre populaire », comme le qualifia Hô Chi Minh, pris racine dans le Rif, elle n’avait nullement comme frontière les chaînes montagneuses rifaines. Et cela, le colonialisme français avait bien compris que la lutte de libération du Maghreb avait commencé et qu’il fallait la briser sans état d’âme. C’est ce qui fut fait en alliance avec l’Espagne, en n’hésitant pas à utiliser le gaz ypérite pour soumettre la rébellion.

En 1926, A. Khattabi est arrêté et exilé à la Réunion puis en France. Il finit par s’échapper en 1947 et se réfugia au Caire où il présida le Comité de libération du Maghreb arabe où siégea, entre autres, le marocain Allal El Fassi, l’algérien Messalli El Hadj et le tunisien Bourguiba.

Il quitta la présidence pour divergence stratégique. Chacun voulant son petit drapeau.

Abdelkrim El Khattabi mourut en 1963 au Caire où des funérailles grandioses furent organisées par le Président égyptien Gamal Abdel Nasser.

Pour terminer, on ne peut omettre de souligner que la lutte d’indépendance du Maroc fut menée par deux armées populaires : celle du Sud venant du Sahara et celle du Nord, c’est à dire le Rif.

Une lutte de libération qui ne se limitait pas aux frontières marocaines. Mais pour mieux isoler le front algérien, le colonialisme français finit par se retirer du front marocain en accordant l’indépendance au Maroc.

C’est en ce sens qu’une imposture idéologique anime les leaders du mouvement social d’El Hoceima. Une imposture amplifiée en Europe. A n’en pas douter, la mondialisation de l’idéologie néo-libérale porte en elle deux désirs.

- Celui, qui unit les " citoyens consommateurs ’’, au-delà des frontières : l’adoration de l’argent et de la marchandise.

- L’autre plus sournois, celui de l’individualisme et de son corollaire, la " tribalisation ’’ des mentalités.

Ce point m’amène, enfin à la classe dirigeante marocaine, tous les partis politiques confondus.

Des partis, animateurs du vide politique

Cette imposture idéologique tient lieu d’opposition aux appareils politiques dont le vide politique est la caractéristique. Un vide alimenté par la langue néo-libérale et " enrichie ’’ - si j’ose l’écrire - par le religieux.

Mais pour échoir dans ce désert politique, il fallait déconstruire le passé, par l’effacement. A commencer par effacer de la mémoire collective, des figures historiques, avocats incorruptibles du bien commun tels A. El Khattabi, Mehdi Ben Barka, Omar Benjelloun et j’en passe.

Mais « l’histoire n’est pas le seul terrain où se joue l’effacement. Il y a aussi l’usage des mots. » (4)

En effet, pour que le vide politique soit perçu comme " du plein ", deux conditions sont à remplir :

- formater les mentalités

et

- avoir à disposition une armée de « toutologues », comme les surnomme R. Debray. Et en détruisant l’Ecole public, la classe dirigeante et la bourgeoisie ont fait d’une pierre deux coups : formater et disposer. Comme l’écrit Mohammed Ennaji, « en assassinant l’Ecole, nos gouvernants ont réussi ce pari : bâillonner ferme sans recourir au bâillon....Ils ont adopté la politique de la matière grise brûlée. » (5)

L’armée d’économistes, de sociologues et de politologues, les « toutologues », appuyée par le religieux, sert à donner corps au vide politique.

Mais pour conclure, il faut bien le signifier, ce vide politique : il n’est rien d’autre que l’absence de souveraineté politique et économique du Maroc.

Cest pour cela qu’en dénonçant les leaders du mouvement comme " anti-nationaux ", les dirigeants des partis politiques se placent - eux aussi - dans une imposture politique.

Et pour cause, ils n’ont aucun projet politique, économique et culturel, cohérent, si ce n’est celui de ’’ s’enrichir aujourd’hui et après moi, le déluge ’’. C’est le seul désir partagé à grande échelle, masqué par ’’ le tapis sous le bras et une prière ’’.

Il faut se rendre à l’évidence, le Maroc est au bout du tunnel mais celui-ci est cloisonné.

Et il est temps de se rendre compte que, pour répondre avec responsabilité à ces problèmes graves et urgents, il est nécessaire de détruire le mur de l’argent qui empêche d’aller de l’avant et voir plus loin.

Qu’est-ce à dire ?

Reconquérir la souveraineté de l’action politique, à commencer par abandonner les directives néo-libérales dictées par le FMI et la Banque Mondiale, c’est à dire des puissances occidentales. Il n’est pas trop tard pour réaliser que le Maître à penser occidental joue un double rôle depuis 1990.

Au nom des Droits de l’homme et de la Responsabilité de protéger, il joue le rôle du pyromane pour détruire afin d’endosser l’uniforme du pompier pour soumettre.

Voir ce que sont devenus le Moyen-Orient, la Libye...

Un exemple de cette soumission au FMI au rythme des " ajustements structurels " ; entendre " privatisations ’’ du bien public.

A une question posée par un journaliste marocain « sur les différentes réformes attendues par le FMI dans notre pays », Mme Lagarde, Secrétaire générale du FMI répond avec tact : « c’est au gouvernement marocain qu’il faut s’adresser. » (6)

Sous-entendre : on a dicté les réformes, à lui de les appliquer.

Certes, une souveraineté politique, pleinement assumée, exige de lourdes responsabilités parce que les forces réactionnaires internes et externes ne manqueront pas d’agir de concert.

Question de conscience de classe, d’impérialisme et de sionisme !

Mohamed El Bachir

Le Grand Soir

Notes :

(1) Mehdi Elmandja : " Première guerre civilisationnelle ". Babelio.

(2) https://www.yabiladi.com/articles/details/54358/instance-parrainee-said-chaou-demande.html

(3) http://www.mo.be/fr/interview/nasser-zafzafi-etat-marocain-nous-etouffe

(4) Eric Hazan:LQR la propagande du quotidien. Raison d’agir.

(5) Mohammed Ennaji : Le Maroc en mouvement. Chroniques sans concessions. Actuel.

(6) https://lnt.ma/le-fmi-nest-pas-le-gendarme-economique-que-lon-croit/