La guerre " néolibérale " contre la dissidence en « Occident »

, par  DMigneau , popularité : 0%

La guerre " néolibérale " contre la dissidence en « Occident »

La police au Canada s’est déployée pour déloger les derniers camionneurs et manifestants du centre-ville d’Ottawa, dans le but de mettre fin à trois semaines de manifestations contre les règles sanitaires de " Covid-19 ". (Photo de Dave Chan / AFP) (Photo de DAVE CHAN/AFP via Getty Images)

Ceux qui proclament avec le plus de flamboyance qu’ils combattent les fascistes, continuent à embrasser et à manier les armes caractéristiques du despotisme.

Lorsqu’il s’agit de pays lointains et adversaires, on nous apprend à reconnaître la tyrannie par l’utilisation de tactiques de répression révélatrices.

La dissidence par rapport aux orthodoxies est censurée.

Les protestations contre l’État sont interdites.

Les dissidents sont sévèrement punis sans procédure régulière...

... De longues peines de prison sont infligées pour des transgressions politiques plutôt que pour des crimes violents.

Les journalistes sont traités comme des criminels et des espions.

L’opposition aux politiques des dirigeants politiques est considérée comme un crime contre « l’État ».

Lorsqu’un gouvernement opposé à « l’Occident » adopte un tel comportement, il est non seulement facile mais aussi obligatoire de le qualifier de " despotique ".

C’est ainsi que l’on peut trouver, presque quotidiennement, des articles dans la presse occidentale citant l’utilisation de ces tactiques par le gouvernement en Russie, en Chine, en Iran, au Venezuela et dans tout autre pays que « l’Occident » a intérêt à dénigrer.

Les articles sur des tactiques identiques de la part de régimes soutenus par « l’Occident » - de Riyad au Caire - sont beaucoup plus rares.

Que l’utilisation de ces tactiques répressives rende ces pays et leurs populations soumis à des régimes autocratiques est considéré comme indiscutable.

Mais lorsque ces armes sont brandies par des gouvernements occidentaux, c’est le cadre exactement inverse qui s’impose : les qualifier de " despotiques " n’est plus obligatoire mais quasiment interdit.

Le fait que la tyrannie n’existe que chez les adversaires occidentaux, mais jamais en « Occident » même, est traité comme un axiome permanent des affaires internationales, comme si les " démocraties " occidentales étaient divinement protégées des tentations d’une véritable répression.

En effet, suggérer qu’une " démocratie " occidentale est descendue au même niveau de répression autoritaire que les ennemis officiels de « l’Occident » revient à affirmer une proposition jugée intrinsèquement absurde ou même vaguement traîtresse.

Le garant implicite de ce cadre réconfortant est la " démocratie ".

Les pays occidentaux, selon cette mythologie, ne peuvent jamais être aussi répressifs que leurs ennemis parce que les gouvernements occidentaux sont au moins élus démocratiquement.

Cette assurance, aussi séduisante soit-elle en apparence, s’effondre complètement au moindre examen critique. La « Constitution » des États-Unis et d’autres textes similaires partent du principe que le despotisme majoritaire est extrêmement dangereux ; la « Déclaration des droits » n’est guère plus que des limitations imposées aux mesures tyranniques que les majorités pourraient chercher à promulguer " démocratiquement ".

L’expression des idées ne peut être criminalisée même si les majorités le souhaitent ; la liberté de religion ne peut être abolie même si de larges majorités l’exigent ; la vie et la liberté ne peuvent être privées sans procédure " régulière " même si neuf citoyens sur dix y sont favorables, etc.

Plus gênant encore, bon nombre des dirigeants étrangers que l’on nous apprend à considérer comme des despotes sont populaires ou même tout aussi " démocratiquement élus " que nos propres fonctionnaires " défenseurs de la liberté ".

Aussi puissant que soit ce cadre mythologique, renforcé par les grandes entreprises médiatiques depuis tant de décennies, il ne peut résister à l’utilisation de plus en plus flagrante de ces tactiques despotiques en « Occident ».

Regardez Justin Trudeau - le " prince gentil et bien élevé " d’un des pays les plus agréables de « l’Occident », avec un si joli visage même à de nombreuses occasions lorsqu’il est maquillé en noir (" blackface ") - invoquer et ensuite imposer durement des pouvoirs d’urgence douteux, niant les libertés civiles, n’est que le dernier " coup de marteau " qui fait s’écrouler cette " sculpture occidentale ".

En somme, la propagande occidentale vous oblige à traiter les deux images ci-dessous comme fondamentalement différentes ; en effet, un grand nombre de personnes en « Occident » dénoncent avec véhémence celle de gauche tout en applaudissant avec enthousiasme celle de droite.

Une mythologie aussi fragile ne peut être soutenue qu’aussi longtemps :

La répression de Julian Assange et de " WikiLeaks " qui dure depuis dix ans, démontre à elle seule la gravité des attaques néolibérales contre la dissidence.

Nombreux sont ceux qui connaissent les éléments clés de cette répression - en particulier la détention effective d’Assange pendant dix ans - mais ils ont oublié ou, en raison de la malfaisance des médias, n’ont jamais connu plusieurs des aspects les plus extrêmes.

Alors que le DOJ (" Departement Of Justice ") d’Obama, sous la direction du procureur général Eric Holder, n’a pas réussi à trouver de preuves de criminalité après avoir convoqué un " grand jury " pendant des années, le sénateur Joseph Lieberman (I-CT), alors président de la " commission de la sécurité intérieure " du Sénat, a réussi à faire pression sur des sociétés de services financiers comme " MasterCard ", " Visa ", " PayPal " et " Bank of America " pour qu’elles résilient les comptes de " WikiLeaks " et les bannissent ainsi du système financier, les empêchant de recevoir des fonds de leurs partisans ou de payer leurs factures.

Lieberman et ses alliés « néo-conservateurs » ont également fait pression sur " Amazon " pour supprimer " WikiLeaks " de ses services d’hébergement, ce qui a mis le groupe de lanceurs d’alerte temporairement " hors ligne ".

Tout cela a permis de paralyser la capacité de " WikiLeaks " à fonctionner, bien qu’elle ne soit accusée d’aucun crime : en effet, comme le DOJ l’a admis, il n’a pas pu prouver que le groupe avait commis des crimes, mais cette punition " extra-légale " a tout de même été infligée.

Les tactiques utilisées pour la première fois contre " WikiLeaks " - exclure les dissidents du système financier et contraindre les entreprises technologiques à leur refuser l’accès à « l’Internet » sans la moindre procédure équitable - sont désormais des armes courantes.

Le gouvernement de M. Trudeau saisit et " gèle " des comptes bancaires sans aucune procédure judiciaire.

Le site de collecte de fonds " caritatif " " GoFundMe " a d’abord bloqué les millions de dollars collectés pour les camionneurs et a annoncé qu’il redirigerait ces fonds vers d’autres organismes de bienfaisance, puis a remboursé les dons lorsque les gens ont fait remarquer, à juste titre, que leur plan initial équivalait à une forme de vol.

Lorsqu’un autre site de collecte de fonds, " GiveSendGo ", a recueilli des millions de dollars supplémentaires pour les camionneurs, les tribunaux canadiens ont bloqué sa distribution.

Et il y a un peu plus d’un an, des politiciens " Démocrates " comme la représentante Alexandra Ocasio-Cortez (D-NY) ont réussi à faire pression sur les monopoles technologiques " Google " et " Apple " pour qu’ils retirent " Parler " de leurs magasins, puis sur " Amazon " pour qu’il retire le site de médias sociaux de ses serveurs, exactement au moment où l’alternative aux médias sociaux est devenue l’application la plus téléchargée en Amérique.

Ce matin, nous avons publié un nouveau reportage vidéo qui retrace l’émergence de cette nouvelle tactique " anti-dissidence " d’abord inaugurée sur " WikiLeaks " et maintenant largement utilisée contre la dissidence en général : " Bannissement du système financier : la guerre contre la dissidence ".

Le fait que les gouvernements américain et britannique aient gardé Assange lui-même - l’un des dissidents les plus efficaces en « Occident » depuis des décennies - dans une cage pendant des années sans qu’aucune fin ne soit en vue souligne en soi leur caractère répressif.

Mais la cause qui a précipité l’appréhension d’Assange à l’ambassade d’Équateur a été oubliée par beaucoup et elle illustre - elle aussi - la même tendance inquiétante.

En 2017, des manifestations de masse ont éclaté à Barcelone dans le cadre d’un mouvement en Catalogne pour plus d’autonomie par rapport au gouvernement espagnol basé à Madrid et ont abouti à un référendum pour l’autonomie le 1er octobre.

En 2019, des protestations encore plus importantes et plus intenses se sont matérialisées. Les méthodes utilisées pour écraser les protestations ont choqué beaucoup de monde, car une telle agression intérieure avait rarement été vue depuis des années en " Europe occidentale ".

L’Espagne a traité les militants non pas comme des manifestants nationaux exerçant leurs droits civiques, mais comme des terroristes, des séditieux et des insurrectionnels.

La violence a été utilisée pour procéder à des arrestations massives de Catalans et leurs dirigeants ont été accusés de « terrorisme » et de « sédition » et condamnés à de longues peines de prison.

À propos de la répression, une vidéo de protestation proclamait que l’Espagne venait d’assister à " un degré de force jamais vu auparavant dans un État membre européen ".

Si une vérification des faits par la " BBC " n’a pas permis de confirmer cette affirmation " maximaliste ", elle a permis de documenter de multiples attaques graves de la police contre des manifestants en Catalogne.

Dans le même temps, " la police espagnole a fait preuve d’une force excessive lorsqu’elle a affronté les manifestants en Catalogne pendant le référendum contesté, utilisant des matraques pour frapper des manifestants non menaçants et causant de multiples blessures "a conclu " Human Rights Watched ", ajoutant que, bien que les manifestants aient été " largement pacifiques ", des " centaines de personnes ont été blessées, certaines gravement ".

Le ministère de la Santé de Catalogne a estimé le 2 octobre que 893 personnes avaient signalé des blessures aux autorités.

Depuis l’ambassade d’Équateur, Assange, tant en 2017 qu’ensuite en 2019, a utilisé les plateformes de " WikiLeaks " pour faire connaître et dénoncer vocalement les actions du gouvernement espagnol ; non pas pour exprimer son soutien à l’indépendance de la Catalogne, mais pour dénoncer les assauts contre les libertés civiles utilisés pour écraser le mouvement de protestation.

Assange a fait de multiples apparitions dans les médias pour s’opposer à l’usage de la violence par la police d’État et le compte " Twitter " de " WikiLeaks " publiait, pratiquement tous les jours, des vidéos et autres témoignages de la répression.

(1) Lien vidéo : https://video.twimg.com/ext_tw_video/914433555031298049/pu/vid/318x180/jVNQLZEcgVdLsPjB.mp4

Ce sont les reportages d’Assange et sa dénonciation de la violence du gouvernement espagnol contre ses propres citoyens qui ont été la cause finale de la décision de l’Équateur de lui retirer l’asile.

Le gouvernement espagnol a clairement fait savoir à l’Équateur à quel point il était indigné qu’Assange rende publiques ses exactions.

Quelques mois seulement après le premier mouvement de protestation, l’Équateur a annoncé qu’il coupait l’accès à « Internet » d’Assange, au motif que le fondateur de " WikiLeaks " " interférait avec d’autres États ", c’est-à-dire qu’il dénonçait les violations des libertés civiles commises par Madrid.

Et c’est l’année suivante que l’Équateur, sous la pression des États-Unis, du « Royaume-Uni » et de l’Espagne, a retiré sa protection en matière " d’asile " et a permis à la police londonienne d’ entrer dans son ambassade, d’arrêter Assange, puis de le placer dans la prison de " Haute sécurité " de Belmarsh, où il est resté depuis lors, bien qu’il n’ait été condamné pour aucun autre crime qu’un " délit de fuite ".

Tout cela reflète et découle d’une intolérance occidentale claire et croissante à l’égard de la dissidence.

* * *

Cette dernière décennie de l’Histoire est cruciale pour comprendre le cadre d’élimination de la dissidence qui a été construit et mis en œuvre en « Occident ». Ce cadre a culminé, jusqu’à présent, avec les stupéfiantes attaques à plusieurs volets du gouvernement Trudeau contre les camionneurs canadiens. Mais il a été élaboré depuis longtemps et il est inévitable qu’il trouve des expressions encore plus extrêmes.

Après tout, ce cadre repose sur la reconnaissance centrale de l’existence d’une colère massive, généralisée et même d’une haine envers la classe dirigeante « néolibérale » dans tout « l’Occident ».

Trump, le " Brexit " et la montée des partis « d’extrême droite » dans des endroits où leur autonomisation était auparavant impensable - y compris en Allemagne et en France - en sont la preuve indubitable.

Plutôt que de sacrifier certains des avantages de l’inégalité qui ont généré une grande partie de cette rage ou de l’apaiser par des concessions symboliques, les élites « néo-libérales » occidentales ont plutôt opté pour la force, un système qui écrase toutes les formes de dissidence dès qu’elles émergent sous une forme qui ressemble à une forme efficace, significative ou puissante.

Beaucoup de controverses de la dernière décennie, souvent analysées isolément, ont été consacrées à cet objectif. Les systèmes de surveillance omniprésents construits par « l’Occident » - révélés lors du reportage de Snowden mais qui n’ont été que " partiellement maîtrisés " depuis - sont des outils cruciaux, comme le sont toujours les pouvoirs de surveillance, pour contrôler et donc étouffer la dissidence.

Nous sommes maintenant arrivés au point où le gouvernement américain et son " État de sécurité " indiquent officiellement et explicitement qu’ils considèrent que la plus grande menace pour la " sécurité nationale " n’est pas une puissance étrangère comme la Chine ou la Russie, ni des acteurs " non étatiques " comme " Al-Qaïda " ou " ISIS ", mais plutôt des " extrémistes intérieurs ".

Depuis des années, c’est le message inflexible du DHS, du FBI, de la CIA, de la NSA et du DOJ : nos principaux ennemis ne sont pas étrangers mais sont nos concitoyens qui ont adopté des idéologies que nous considérons comme " extrémistes ".

Cette nouvelle escalade de la répression repose sur une trame narrative. Ceux qui abritent des idéologies dissidentes - et en particulier ceux qui n’adoptent pas passivement cette dissidence mais agissent pour la défendre, la promouvoir et la diffuser - ne sont pas simplement des dissidents.

Le terme " dissident ", dans les " démocraties " occidentales, évoque la légitimité et cette étiquette doit donc leur être refusée. Ils sont plutôt des extrémistes nationaux, des terroristes nationaux, des séditieux, des traîtres, des insurgés.

L’application des termes de " criminalité " rend justifiables tous les actes de répression ultérieurs : nous sommes formés à accepter que les libertés fondamentales soient perdues lors de la commission de crimes.

Le plus remarquable, cependant, est que cette " criminalité " présumée n’est pas jugée dans le cadre d’une procédure judiciaire - avec toutes les protections qui l’accompagnent, à savoir les juges, les jurys, les règles de preuve et les exigences d’une procédure régulière - mais simplement par décret.

Lorsque les sociétés de services financiers ont " étouffé " " WikiLeaks " en 2010, elles l’ont justifié en invoquant l’affirmation du gouvernement selon laquelle le groupe était engagé dans des activités criminelles et violait donc les règles des plateformes.

« Les règles de " MasterCard " interdisent aux clients de s’engager directement ou indirectement dans ou facilitant toute action illégale  », a déclaré le porte-parole Chris Monteiro pour expliquer la fermeture du compte de " WikiLeaks ".

La même chose a été faite aux manifestants du " 1/6 " qui ont été punis d’innombrables façons avant d’être condamnés. Et maintenant, les camionneurs canadiens ont été " magiquement " transformés en criminels sans les inconvénients d’un procès ;

" Nous avons maintenant des preuves de la part des forces de l’ordre que la manifestation auparavant pacifique est devenue une occupation, avec des rapports de police faisant état de violence et d’autres activités illégales. ", a déclaré " GoFundMe " pour expliquer la fermeture des comptes de collecte de fonds.

En juin dernier, " PayPal " a annoncé un nouveau partenariat avec " l’Anti-Defamation League " (ADL), en vertu duquel le groupe d’activistes « libéraux » identifierait les personnes et les groupes dont l’idéologie est, aux yeux de l’ADL, " extrémiste ".

Cela permettrait non seulement à " PayPal ", mais aussi aux sociétés de services financiers du monde entier, de résilier leurs comptes et de les exclure du système financier. Il est clair qu’une fois que l’ADL aura déclaré qu’une personne ou un groupe est " extrémiste " et que " PayPal " l’aura banni, aucune autre entreprise traditionnelle ne voudra être accusée de l’héberger.

Comme l’a prévenu le directeur d’exploitation fondateur de " PayPal ", David Sacks, au moment de l’annonce du partenariat, l’objectif de ce programme est de :

" Faire taire les personnes et les organisations qui expriment des opinions tout à fait légales, même si elles sont impopulaires dans la Silicon Valley ".

Comparant cela à la vague de censure unifiée de la Silicon Valley qui a éclaté au cours des dernières années, Sacks a expliqué pourquoi ce pouvoir est si alarmant :

« Quant à l’idée de construire son propre " PayPal " ou " Facebook " : en raison de leurs gigantesques " effets de réseau " et économies d’échelle, il n’y a pas d’alternative viable lorsque l’ensemble de l’industrie travaille de concert pour vous refuser l’accès.

En expulsant les gens des médias sociaux, on les prive du droit de s’exprimer dans notre monde de plus en plus " en ligne ".

Les exclure de l’économie financière est encore pire : cela les prive du droit de gagner leur vie. Nous avons vu comment la culture de l’annulation peut anéantir la capacité d’une personne à gagner un revenu, mais maintenant les personnes annulées peuvent se retrouver sans moyen de payer les biens et les services.

Auparavant, les employés licenciés qui n’auraient plus jamais l’occasion de travailler pour une entreprise " Fortune 500 " avaient au moins la possibilité de se mettre à leur compte.

Mais s’ils ne peuvent pas acheter d’équipement, payer leurs employés ou recevoir des paiements de la part de leurs clients, la porte se referme sur eux aussi. »

C’est pourquoi il est si impératif pour le " Parti démocrate " et ses alliés médiatiques de décrire l’émeute de quatre heures au Capitole le 6 janvier comme une insurrection et une tentative de " coup d’État ".

S’il s’agit de " simples " manifestants ou même de simples émeutiers, alors toutes les protections standard et les garanties juridiques s’appliquent à eux, comme les « libéraux » ont exigé qu’elles soient appliquées pour protéger les manifestants de BLM et d’ " Antifa ", même ceux qui ont utilisé la violence.

Si, toutefois, ils font partie d’un mouvement insurrectionnel plus large - une tentative en cours de renverser le gouvernement américain - alors ils sont élevés du rang d’adversaires politiques " ordinaires " à celui de faction de la criminalité soutenue, et tout et n’importe quoi, de la censure et de la détention aux moyens extra-légaux de bannissement tels que les listes d’interdiction de vol et l’exclusion du système financier, devient justifié, voire nécessaire.

Glenn GREENWALD

Notez que ces tactiques répressives, applaudies par les « libéraux » et même par de nombreux membres de " la gauche ", ont souvent balayé les voix " anti-establishment " de la Gauche, comme lorsque " PayPal " a banni les individus liés à " Antifa " en même temps que les membres des " Proud Boys ", et lorsque les militants des " droits des animaux " sont ciblés pour être persécutés par le FBI en même temps que les " Oath Keepers ", mais tel est le résultat inévitable de la censure et des schémas répressifs dissidents.

Article d’origine : https://greenwald.substack.com/p/the-neoliberal-war-on-dissent-in

Traduction : " Unity4JFrance "

(1) Lien d’origine de la vidéo : https://rumble.com/vvgyol-banishment-from-the-financial-system-the-war...

Liens soulignés non-traduits (anglais)

Source : https://vk.com/@toutelafranceavecassange-la-guerre-nolibrale-contre-la...

Le Grand Soir.fr