La dernière du pape ? Comparer le recours à l’IVG… à " un tueur à gages "

, par  DMigneau , popularité : 0%

La dernière du pape ? Comparer le recours à l’IVG… à " un tueur à gages "

Alberto PIZZOLI / AFP

Définitivement RIP, le " progressisme " attribué au pape François à ses débuts…

Au cours de son homélie prononcée lors de sa traditionnelle audience sur la place Saint-Pierre, ce mercredi 10 octobre, le pontifiant souverain de l’Église catholique s’est livré à une nouvelle attaque contre « l’interruption volontaire de grossesse » (IVG), qu’il a cette fois comparée au recours à " un tueur à gages ".

" Se débarrasser d’un être humain, c’est comme avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème ", a-t-il ainsi professé devant la foule, dans un discours consacré au commandement biblique de " ne pas tuer ".

" Est-il juste d’avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème ? ", a-t-il encore martelé, en sortant de son texte prévu.

Fustigeant " la dépréciation de la vie humaine ", le pape en a égrené les manifestations : les guerres, l’exploitation de l’homme, l’exclusion et… l’avortement, " au nom de la sauvegarde d’autres droits ".

Et d’enfoncer le clou, pour ceux qui n’auraient pas compris : " Comment un acte qui supprime la vie innocente peut-il être thérapeutique, civil ou tout simplement humain ? ".

Une nouvelle sortie dans la lignée des précédentes, comme quand le pape avait comparé, en juin dernier, l’avortement pratiqué lorsqu’un handicap lourd est décelé chez un fœtus à un eugénisme " en gants blancs ", similaire aux pratiques des " nazis " : " Au siècle dernier, tout le monde était scandalisé par ce que faisaient les nazis pour veiller à la pureté de la race. Aujourd’hui, nous faisons la même chose en gants blancs "…

En août, l’octogénaire avait encore défrayé la chronique, en recommandant un recours à " la psychiatrie " aux parents dont les enfants manifestent des " penchants " homosexuels.

Magazine Marianne