La France à l’heure du " véganisme " et du " pinkwashing " : un asile à ciel ouvert

, par  DMigneau , popularité : 0%

La France à l’heure du " véganisme " et du " pinkwashing " : un asile à ciel ouvert

Nous vivons une époque formidable, où la réalité dépasse largement la fiction. Un asile à ciel ouvert. Pour preuve, je vous ai concocté un petit " medley ".

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pot-pourri_(musique)

Nous vivons une époque formidable, où la réalité dépasse largement la fiction. Un asile à ciel ouvert. Pour preuve, je vous ai concoté un petit medley.

La France (carnivore) a peur

« Les bouchers-charcutiers demandent la protection de la police face aux " violences " de militants vegan » (France Info, 25 juin 2018) ; qui aurait pu imaginer lire un tel titre dans la presse (non satirique) il y a encore dix ou vingt ans ?

C’est chose faite, désormais.

Les " végétalistes intégraux " passent à l’attaque ! Dans les Hauts-de-France, ce sont pas moins de 7 boucheries qui ont été aspergées de « faux sang » en avril par des mangeurs de salade verte et de quinoa.

Une boucherie et une poissonnerie ont également été vandalisées, leurs vitrines brisées et les façades taguées de l’inscription " stop au spécisme ".

Selon la « Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs » (CFBCT), des précédents " ont été signalés en région Occitanie ".

Mais que fait la police ?

En rogne, les bouchers-charcutiers demandent justement, dans un courrier adressé au ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, la protection de la police, face aux attaques qu’ils subissent.

" Nous comptons sur vos services et sur le soutien de l’ensemble du gouvernement pour que cessent, le plus rapidement possible, les violences physiques, verbales, morales " dont sont victimes les artisans bouchers-charcutiers, peut-on lire dans une lettre datée du 22 juin (de l’an de grâce 2018), signée du président de la CFBCT, Jean-François Guihard.

" Les 18 000 artisans bouchers-charcutiers " en France " s’inquiètent des conséquences de la surmédiatisation du mode de vie vegan ", indique le responsable se déclarant " choqué " qu’une partie de la population " veuille imposer à l’immense majorité son mode de vie pour ne pas dire son idéologie ".

Il déplore les " intimidations " récentes dont ont fait l’objet des boucheries-charcuteries, une " violence " qui s’exerce " tant à visage découvert que masqué " selon la lettre.

Quoi de surprenant dans tout ça ?

Quiconque a regardé " Goldorak " lorsqu’il était petit sait que les " Végans " sont des méchants...

Plus sérieusement, les " végans " se revendiquent " anti-viande ", " anti-élevage " et s’opposent à toute hiérarchie entre espèces, notamment entre l’être humain et les animaux (y compris les rats, les puces, les tiques, les poux et les cafards, faut le savoir...).

En toute logique, ils ne consomment ni viande, ni poisson, ni œufs, ni miel, ni produits laitiers ; de quoi réjouir le bon professeur Henri Joyeux, à la radiation (provisoirement ?) annulée.

Et, manifestement, certains de ces joyeux drilles ne supportent plus de voir les autres - l’humanité encore non " végane " - continuer de s’en régaler.

Bienvenue dans le " New Vegan Order "

Depuis la parution de La Libération animale, du philosophe australien Peter Singer, où celui-ci conclut que le fait d’utiliser des animaux pour se nourrir est injustifié, la question du rapport entre les êtres humains et les animaux a pris une dimension idéologique.

Gérald Bronner

Comme l’a expliqué dans " Le Point " le sociologue Gérald Bronner, spécialiste des pensées extrêmes, les " anti-spécistes " actuels voient « dans la dénonciation des inégalités entre les espèces le prolongement de combats politiques tels que la lutte contre l’esclavage ou contre les discriminations sexuelles ».

Selon lui, « cette base philosophique bancale qu’est " l’anti-spécisme " devient aisément une forme d’anthropophobie : une haine de l’homme ».

Un premier signe annonciateur de la radicalisation que l’on constate aujourd’hui chez certains " végans " avait pu être observé en mars dernier, lorsqu’une productrice de fromages " végans " avait été mise « en garde à vue » pour s’être réjouie du meurtre du boucher du " Super U " de Trèbes.

« Ben quoi, ça vous choque un assassin qui se fait tuer par un terroriste ? Pas moi, j’ai zéro compassion pour lui, il y a quand même une justice ! », avait posté la douce dame sur " Facebook ". La CFBCT avait alors déjà porté plainte pour " apologie de crime ou délit " et une enquête pour " apologie du terrorisme " avait été ouverte.

En guise de résistance au " Nouvel Ordre Vegan " (NOV) qui se met sournoisement en place, le journaliste sportif Fred Hermel, grand fan de l’Espagne et du " Real Madrid ", et un brin timbré lorsqu’il commente, a posté sur " Twitter " cette photo provocante, à la limite de la pornographie (on y voit une indécente côte de bœuf et du pinard infesté de pesticides) :

https://twitter.com/fredhermel/status/1010513155817201664/photo/1

Un cliché insupportable pour nombre de " végans ", qui se sont déchaînés durant plusieurs jours contre son auteur, lui souhaitant de choper dans les plus brefs délais un cancer du côlon (voire une cyrrhose, en supplément)...

https://twitter.com/fredhermel/status/1010513155817201664

Face aux hordes de méchants " végans ", à l’esprit de sérieux terrorisant, un grand mouvement de solidarité est spontanément né sur la Toile, avec l’envoi massif de photos de barbecue, de grosses côtes de bœufs charnues et bien saignantes, de poulets à la broche...

https://twitter.com/FrancoYbs/status/1010555079752110080/photo/1

https://twitter.com/footpassion6_/status/1010549808795389955

https://twitter.com/Serfi_83/status/1010553567466479616

C’est tout le paradoxe de cette histoire : un mouvement d’empathie envers tous les êtres vivants qui finit par se retourner en haine contre le seul être vivant capable de cette empathie universelle, à savoir l’Homme.

Et pendant que les hommes s’entre-déchirent pour savoir s’ils peuvent encore manger de la viande, les animaux s’entre-dévorent à chaque instant sans se poser autant de questions, et ce grand massacre permanent est la condition même d’existence de la nature dans sa grande harmonie.

Que les autres espèces deviennent aussi " intelligentes " que nous et optent pour le " véganisme " et c’en serait fini, à court terme, de toute vie animale sur Terre : sans la régulation des prédateurs, les herbivores détruiraient leurs ressources à grande vitesse et disparaîtraient.

Le " respect " entre espèces signifierait la mort de toutes.

Le mouvement LGBT éclaté... façon puzzle

Même paradoxe dans certains milieux « antiracistes », qui finissent par devenir, en allant au bout de leur logique, porteurs d’un nouveau discours raciste parfaitement décomplexé.

C’est ainsi qu’en prévision de « la Marche des fiertés » qui aura lieu le 30 juin à Paris, différents collectifs (" Qitoko ", " Fières ", " CLAQ ", " CQFD ", " L’intersection ", " Garces Collectif Féministe ", " Collectif Irrécupérables ", " Guarichas Cósmikas : batucada lesbo trans féministe ") appellent à former un cortège en tête de la marche, « un cortège mené par des personnes " queer " et " trans racisées " et en " non-mixité " ».

Autrement dit, ces collectifs invitent « les personnes blanches à respecter cette non-mixité en se plaçant derrière elles/eux ». Les gays et lesbiennes se trouvent ainsi compartimentés en catégories infinies et « les Blancs », incarnant la figure éternelle de l’oppresseur, sont priés d’accepter la dernière place.

Ainsi, comme le déplorent certains militants de la cause LGBT, il faudra désormais, à chaque manifestation, organiser deux marches distinctes : l’une, identitaire, décoloniale, racisée, intersectionnelle, l’autre, universaliste.

https://twitter.com/YannBarte/status/1012003729476898817/photo/1

https://twitter.com/fredgers32/status/1011692327499386881/photo/1?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1011692327499386881&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.agoravox.fr%2Factualites%2Fsociete%2Farticle%2Fla-france-a-l-heure-du-veganisme-205591

Mais pourquoi une telle initiative de la part de ces collectifs radicaux ? Ils disent refuser le " pinkwashing ", tant de la Ville de Paris, du gouvernement, de la police que des entreprises commerciales.

Le " pinkwashing " (« mot-valise » anglais qui combine le mot « rose » à l’idée de blanchiment, au sens moral du terme, " to wash " signifiant " laver ") est une technique de communication fondée sur la promotion de l’homosexualité par une entreprise ou par une entité politique pour essayer de modifier son image et sa réputation dans un sens progressiste, tolérant et ouvert.

N’est-ce pas justement ce qu’a fait Macron à l’Élysée le soir de la Fête de la musique ? Cette stratégie de « relations publiques » s’inscrit dans l’arsenal des méthodes d’influence, de management des perceptions et de marketing des idées ou des marques.

Ces collectifs s’en prennent notamment :

- à la Ville de Paris, qui voudrait « renforcer les mesures " anti-sdf " dans l’espace public ainsi que le harcèlement policier à l’égard des exilé-e-s »,

- au gouvernement, qui a initié « la loi Asile/Immigration, une loi raciste et criminelle, qui met particulièrement en danger les exlié-e-s LGBT », mais aussi « qui flirte avec l’Église réactionnaire »,

- à la police, « qui chasse et tue des membres de nos communautés tous les jours », « qui tue les personnes racisé-e-s des quartiers populaires », « qui traque les migrant-e-s, qui agresse, blesse, viole et tue »,

- aux multinationales, « qui piétinent nos droits pour leur profit tout en pratiquant le management de la diversité et le discours de l’inclusion ».

Selon eux, la France, sous le règne d’Emmanuel Macron (un authentique « facho »...), serait donc un pays où la police tue « tous les jours » des gays et des lesbiennes, mais aussi des « racisés » dans les quartiers populaires...

BFM TV aurait-elle oublié de nous en informer ?

Sans doute la récente décision " pro-LGBT " de la mairie de Paris, qui fera pourtant enrager les homophobes, ne suffira pas à leur faire changer d’avis.

Le 27 juin, en effet, Anne Hidalgo a décidé de rendre permanents les passages piétons aux couleurs du drapeau arc-en-ciel du mouvement LGBT situés dans le quartier du Marais.

Mais ne serait-ce pas là, pour d’aucuns, une énième entreprise de " pinkwashing " ?

https://twitter.com/Anne_Hidalgo/status/1012016081068855296/photo/1

« Ce monde est " tofu " »

Ainsi, en 2018, en France, des artisans-bouchers se font intimider par des adorateurs de " Dame Nature ", parce qu’ils n’ont pas renoncé à établir une distinction entre l’homme (que l’on ne mange pas) et les autres animaux (que l’on peut manger) ; des collectifs LGBT organisent une ségrégation raciale au sein même de leurs marches, au nom de l’antiracisme... et l’on pourrait allonger longtemps la liste des incongruités de notre époque.

Par exemple, le président d’une République laïque qui vient dire devant le pape que « nous avons anthropologiquement, ontologiquement, métaphysiquement besoin de la religion ».

https://twitter.com/TroncheBiais

Faudrait-il d’ailleurs conclure de ce principe, censé justifier les migrations actuelles vers l’Europe, que la colonisation européenne de l’Afrique ou de l’Amérique était elle-même justifiée aux yeux de notre auguste penseur ?

Les Européens aussi " migraient ", à leur façon...

Puisque l’on parle de colonisation, NDA, l’éternel " Young Leader " aux yeux de ses détracteurs « hillarants », a consterné samedi dernier la bande à Ruquier, sans doute acquise aux belles idées du philosophe précité, lorsqu’il a affirmé que la France était colonisée ; de quoi nous valoir cette magnifique toile :

https://twitter.com/emmoVEVO/status/1011381058179354626/photo/1

Autre splendide image : celle de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, dans " Paris-Match " du 28 juin, pieds nus, sur une jambe, les bras en croix... qui a donné lieu à d’innombrables détournements.

On se demande en effet ce qui peut bien se passer dans sa tête...

Drôle d’époque. N’est-ce pas, Edgar ?

https://twitter.com/Daniel_Drnd/status/1012244499186307073/photo/1

https://twitter.com/Leouiche/status/1012272413193768960/photo/1

Shawn

AgoraVox