L’immense défaite morale du régime de Macron *

, par  DMigneau , popularité : 0%

L’immense défaite morale du régime de Macron *

Si les violences des " black-blocs " sont âprement dénoncées, c’est au prix du silence dont les abus de pouvoir et les violences de la police de Castaner demeurent " couverts " ; dénonciation qui se garde bien de faire la distinction entre le policier sur lequel un pavé est lancé et des " gilets jaunes ", femmes ou hommes, tabassés à 6 contre 1, par centaines depuis le 17 novembre.

Pour ne rien dire ceux qui ont perdu qui un œil, qui une main et tous les autres, victimes de blessures aux séquelles à vie… dans la juste représentation des cellules des milliers de « gardes à vue » préventives d’une complaisante inouïe et dont des procureurs sans honneur se font les complices ; « gardes à vue » destinées à empêcher des manifestants de rejoindre leurs cortèges .

Des maltraitances et des privations des droits sans nombre : refus d’appeler un avocat, confiscation et destruction des portables.

... des centaines d’ordres illégaux de l’aveu même de quelques policiers, trop rares comparés au silence de leurs syndicats à ce sujet, aux martyrs de ce mouvement, primo-manifestants retraités et jeunes adultes tout juste sortis de l’adolescences, traumatisés dès les tous premiers jours.

Qu’en pensez-vous, ô familles de tous ces héros involontaires ?

Ne perdons pas de temps ici à démontrer toutes les manœuvres d’une " communication élyséenne " en soutien à la place Beauvau et au ministre de l’intérieur, " fidèle d’entre les fidèles " du locataire de l’Elysée, nommé Castaner, un " bluffeur " qui n’a manifestement pas oublié ses années de joueur de poker sur la place marseillaise, attablé avec des truands.

Ni non plus à demander à son premier ministre, comment, à son gré, le régime d’une 5è République à bout de souffle, à court d’arguments – d’où sa violence -, peut encore se maintenir sans une répression qui n’a rien à envier au « régime de Vichy » dans sa nature et la personnalité des hommes et des femmes qui l’ont servi hier

- opportunisme de la pire espèce ;

- médiocrité morale et intellectuelle ;

- répression qui se déploie à grand renfort de mercenaires, de voyous du " maintien de l’ordre ", de miliciens aux comportements crapuleux et sadiques

Tout un dispositif répressif dont l’âme boueuse cache difficilement un parti pris assumé pour un maintien de l’ordre sur le mode de la terreur dans une défaite morale accomplie que " le régime de Macron " devra boire jusqu’à la lie.

Ne les entendez-vous donc pas tous, entre deux tirs de " flash-ball " et deux lancés de grenades dites " de désencerclement ", se réjouir en ces termes : « Ces chiens et ces chiennes ne sont pas près de revenir nous emmerder samedi prochain ! »

Didier Lallement, préfet de police de Paris depuis mars 2019

Si la mansuétude est facile à un Président populaire et respecté, en revanche, dans le contexte d’une Présidence qui ne recueille au mieux qu’un petit tiers de soutien, face à une contestation qui ne faiblit pas, sur quoi cette présidence pourrait-elle bien s’appuyer si ce n’est sur l’intimidation, la peur et finalement, la terreur.

Certes, ce même président, ses ministres, ses députés et des médias tout acquis à sa cause, auront beau jeu de rétorquer : « Macron n’a-t-il pas été démocratiquement élu ? N’avez-vous donc pas reconnu votre défaite à tous (la majorité !) ? »

Elu « démocratiquement » ?

Sans doute. Mais tellement mal élu… car ce président est bel et bien condamné à occuper l’Elysée avec son score du premier tour : 18 % des inscrits.

N’en déplaise à tous les chroniqueurs des médias dominants.

***

Qu’à cela ne tienne !

Tournons-nous maintenant vers demain ; car il est déjà grand temps.

De quelle indulgence devrons-nous faire preuve pour tous les coupables, pour toutes ces " petites mains " de la répression et tous les " donneurs d’ordres " ?

Quel procès ?

Quelle sentence - Elysée, Matignon, députés LREM, police, Médias… - quand tous auront été précipités du pinacle ?

Ou bien alors, fatigués, nous laisserons-nous glisser, volontiers, aux solutions de facilité : « le pardon », « l’oubli » ?

Ce serait, pour eux tous, à n’en point douter, la meilleure garantie de pouvoir se retourner.

Ne les entendons-nous pas déjà nous murmurer : « Ne savez-vous pas que nous sommes tous réconciliés ? »

Cette " inclinaison au pardon " sera-t-elle l’expression d’une âme charitable car un fait est certain : pour s’indigner et punir, encore faut-il croire sans vergogne excessive ni fanatisme, à tous nos aïeux de 1793, de 1848, de 1871, de 1936 et de 1968 côté ouvriers.

Que l’on ne s’y trompe pas : si l’on peut légitimement craindre que les conséquences de cette répression qui nous confirme une fois de plus qu’il n’y pas a priori de police républicaine ni de médias honnêtes ni de ministres ni de députés responsables et indépendants moralement de toute fidélité dégradante mais seulement des hommes soucieux de la justice et du droit, et d’autres… de la déontologie d’une profession, ou bien l’absence de ces hommes-là, et si l’on doit fortement douter que de « ces mois de matraque » (avant " des années de plomb " encore à venir ?) et de privation des droits les plus élémentaires de la personne, ces mêmes conséquences ne soient nulle part explicitement tirées...

De cette crise sociale qui a pour origine non pas une « crise du dialogue » tant évoquée par les cancres d’une " sociologie " de piliers des cantines et des plateaux télévisés (car enfin, dans le cadre d’un « il n’y a pas d’alternative » qui est celui de ces trente dernières années, quel dialogue est-il possible et à propos de quoi ?) mais bien plutôt d’une crise de la non-représentation de nos institutions, véritable crise de régime

On peut aussi être assurés qu’il y a encore une poignée d’Hommes assez intelligents pour savoir, dès maintenant, la défaite assurée pour tous ceux qui auront trempés dans cette farce macabre que sont la candidature et l’élection d’un Macron qui n’avait pour lui que " l’effet de surprise " et une " jeunesse " aussi trompeuse que pompeuse sous l’ombre d’une pyramide en verre.

Si pour d’aucuns " la vieillesse est un naufrage ", il semblerait que " la jeunesse " soit devenue non seulement un naufrage mais une noyade et un enterrement.

Aussi, empressons-nous de souhaiter à ce " mal-président " de belles " obsèques politiques " dans l’intimité de sa pseudo-famille électorale qui n’était qu’une bulle spéculative idiote même si, à n’en point douter, une belle carrière professionnelle à " l’international " attend notre candidat à l’échec cuisant et déshonorant : servir, encore et toujours servir, larbin né !

Car, force est de constater, que tout ce beau monde à la vue courte et basse, respire la défaite malgré quelques succès que leur complexe de supériorité est incapable de juger aussi éphémères que cosmétiques : un Edouard Philippe au regard de chien battu, ses ministres, un Castaner protégé, au regard vide, à la voix sans coffre au ton sournois, des députés LREM sans conscience ; et Macron, l’homme qui se suffit à lui-même et qui n’attend rien de personne, ni de sa fonction ni de cette grande nation qu’est la France ; un homme qui n’a besoin de rien sinon de lui-même, encore et toujours.

Une gageure sans précédent pour un Président de la République ; en cela, une erreur gigantesque

" Limiter les dégâts " et la casse sera sans doute la seule ambition de ceux qui comptent bien, en coulisse, succéder aux responsables de ce désastre.

Epargner les uns, ménager les autres - police, médias, ministres, députés - demandera de rendre acceptable a posteriori une présidence qui aura pourtant fait appel aux mêmes ressorts que ceux du « régime de Vichy », - mensonges (" fake-news ", intimidation, médias de propagande, barbouzes en tous genres, culpabilisation et diabolisation des réfractaires, violences et terreur -, contre l’avis de tous ceux qui souhaiteront très tôt se joindre à la demande massive qui ne manquera pas de se faire entendre, d’une enquête au sujet de la gestion de la crise sociale - gestion dans son ensemble - qui aura percuté " de plein fouet " et qui divisera pour longtemps notre pays.

Certes, une présidence, un gouvernement et un groupe de députés vindicatifs et " en dessous de tout ", repoussent toute sympathie ; en revanche, un régime dit " bénin " dans ses excès, ne constituerait-il pas pour " la paix sociale " un intermédiaire rêvé ?

Une paie toute de mollesse, sans vainqueurs ni vaincus  ; une " paix blanche ", celle que les troupes de Macron appelleront très prochainement de leurs vœux et celle dont Macron espère lui-même être " le greffier ".

Précisons ceci : vis-à -vis de ce " programme de réconciliation ", la seule position honorable est la suivante : « Capitulation sans condition ».

A l’idée de la fausse " paix intérieure ", une seule mise en accusation : Macron, Castaner, une « garde des Sceaux » qu’il n’est même pas nécessaire de nommer, « les médias » et les principaux acteurs de la chaîne de commandement des « forces de l’ordre ».

Quant aux députés LREM, les élections, toutes les élections à venir, se chargeront de leur infliger la plus grande des sanctions : sanctions qui ruinent tout espoir de faire carrière " en politique ".

Le jugement des responsables de ce régime de terreur qui bafoue « le Droit » - tous les droits - ne répond pas seulement à un profond et légitime besoin de la conscience populaire, celle des " Gilets Jaunes "en priorité qui auront payé le plus lourd tribut ...

" Gilets Jaunes " qui ne sont pas aussi minoritaires que « les médias » le laissent entendre : la résistance dans laquelle les " Gilets Jaunes " ont très tôt communié, a attisé chez nous tous un esprit de solidarité, un esprit d’amour sans doute aussi ; à ne pas confondre avec de la faiblesse.

Non, cette exigence, on la doit aussi aux familles meurtries, celles des lycéens, celles des hommes et des femmes, tous livrés à une violence qu’aucun préfet n’aura condamnée ; en particulier, tous ces tirs sur des visages pris pour cibles et le tabassage de femmes et d’hommes jetés à terre, un gilet jaune pour seule protection.

Ce jugement sera le seul moyen de venger notre honneur, celui de nos compatriotes et celui de notre République que des voyous ont pris en otage.

Avec mesure et équité, ces jugements devront " tomber " ; et ils tomberont.

Ces jugements nous laveront de la tentation de « l’oubli » et du « pardon », de la tentation d’une complaisance envers des manquements d’une gravité sans précédent depuis les années 60, perpétrés par des misérables qui ont osé présenter devant les plus faibles de nos compatriotes, les plus précaires, les plus exposés à des politiques injustes et cruelles, l’image d’une présidence, d’un gouvernement et d’une " République dite en marche ", agenouillés devant une exigence de sécurité instrumentalisée basée sur le recours à la terreur.

***

Au mois de mai... nous ne sommes aujourd’hui qu’au début du printemps. La vraie saison ; celle qui demandera que " les comptes soient rendus " à la Nation, viendra demain.

Et ce sera celle des jugements aussi justes que sévères.

Serge ULESKI

AgoraVox

* Titre et billet largement inspirés par l’ouvrage de Marc Bloch : « l’Etrange défaite » écrit en 1940 qui, elle, n’était pas souhaitable - face au régime Nazi contrairement à celle de Macron face à la morale - ainsi que « La vraie saison des juges » : " Les cahiers politiques ", novembre 1943 ;

Un Marc Bloch historien, fondateur avec Lucien Febvre de " l’Ecole des Annales ". Après avoir été torturé par " la Gestapo ", il sera condamné à mort et fusillé le 16 juin 1944, pour " faits de résistance ".