L’INTROUVABLE PEUPLE EUROPÉEN

, par  DMigneau , popularité : 0%

L’INTROUVABLE PEUPLE EUROPÉEN

Le continent européen ©European Space Agency

Depuis plusieurs années déjà, la construction européenne a du plomb dans l’aile. Désamour des peuples, recrudescence des États, difficultés structurelles à gérer les crises du continent, divorce britannique : « l’Union européenne » fait face aujourd’hui aux plus grandes difficultés. Un spectacle de divisions et de mésententes chroniques assez déroutantes pour le reste du monde, qui croit parfois voir l’Histoire bégayer : serions nous définitivement incapables de nous entendre ? A cela sans doute existe-t-il une explication plus terre-à-terre : et si, nous, Européens, nous ne nous connaissions pas ?

C’est désormais un consensus de plus en plus large. L’Europe politique s’est peu et mal faîte.

La réalisation du « marché commun », la monnaie unique, les libertés de circulation n’ont pas suffit à faire l’union du continent. Et la perspective des prochaines élections européennes laisse prévoir l’habituel mélange de tensions inter-étatiques et d’indifférence citoyenne qui marque d’ordinaire les enjeux politiques européens.

Les turbulentes exigences de l’Italie, les incertaines modalités du " Brexit ", les intransigeances migratoires de la Hongrie et de la Pologne sauront-elles ramener l’électeur européen vers les urnes ?

Rien n’est moins sûr.

Se voulant pourtant " la gardienne " de l’héritage démocratique européen, « l’Union européenne » s’est montrée incapable d’intégrer dans son fonctionnement la vie démocratique de ses États membres.

Depuis une vingtaine d’années le taux de participation aux élections européennes n’a fait que baisser, pour se stabiliser, lors des deux dernières échéances, autour de 43 % [1], soit une minorité du corps électoral européen.

Les institutions européennes risquent fort de canaliser une fois de plus frustration et abstention.

UN ESPACE POLITIQUE EUROPÉEN HAUTEMENT FRAGMENTÉ

Mais, au-delà du périmètre très large des griefs que « l’Union européenne » a réussi à accumuler, ce qui frappe c’est l’apathie et la faiblesse du débat proprement européen.

À la construction d’un ordre institutionnel européen ne correspond, en effet, aucun espace autonome de vie politique européenne. Près de quarante ans après la première élection du « Parlement européen » au suffrage universel (1979), ce sont toujours les différentes vies politiques nationales qui prennent en charge la quasi-totalité du débat européen.

Et à l’heure où les États organisent des débats télévisés pour toute élection nationale d’importance, il n’existe pas de média européen d’envergure qui puisse accueillir une confrontation internationale et plurilingue entre différents élus ou candidats européens.

Le principe des listes transnationales cher à M. Macron serait-il adopté un jour que celles-ci ne trouveraient pour l’instant aucun canal médiatique européen pour débattre.

La démocratisation progressive de la " gouvernance européenne " – encore toute relative à ce jour – n’ayant su susciter une transformation d’ampleur des cultures politiques nationales, le dialogue international entre les électorats, les personnels politiques, les journalistes, les syndicats – et tous les acteurs traditionnels d’une vie politique – est resté relativement marginal.

Certes, la construction d’une conscience politique entre différents peuples ayant chacun une histoire, une langue, une culture propre doit nécessairement prendre du temps.

Un temps d’autant plus indispensable qu’une telle entreprise procède au moins partiellement de forces historiques relativement incontrôlables et qu’en la matière, il n’est pas de base historique sérieuse sur laquelle s’appuyer.

La culture et la civilisation dites « européennes » n’ont jamais suffit à faire l’unité du continent. À cet égard, il n’est peut-être pas inutile de rappeler que même " aux glorieux temps des cathédrales ", où le latin unissait les élites culturelles, où la foi catholique fédérait les masses, l’Europe n’en était pas moins divisée politiquement et en proie à toutes sortes de conflits militaires.

Par la suite, outre la dislocation de l’unité religieuse du continent, les choses ne se sont pas arrangées sur le plan politique. Pire, les phénomènes d’unifications territoriales et linguistiques les plus marquants ont été la naissance des nations dont les contextes et les moyens de constitution diffèrent profondément de " l’idéal européen " historique.

Ainsi, nombre de nations européennes – parmi lesquelles des acteurs majeurs du " jeu européen " comme l’Allemagne, ou l’Italie – se sont constituées sur la base d’une volonté d’unification linguistique et contre un ennemi extérieur. Or, si l’histoire semble laisser penser que la guerre à l’extérieur et l’uniformisation linguistique à l’intérieur peuvent constituer des moyens d’unifier politiquement un territoire, le " projet européen ", de par sa nature et sa vocation, est forcé d’inventer pour cela des moyens différents.

LE GRAND BRASSAGE N’A PAS EU LIEU

Ces moyens, s’ils se veulent conformes aux principes démocratiques et pacifiques que nous a légué le siècle précédent, ne peuvent dès lors que résider dans la fréquentation assidue des peuples européens entre eux d’où, par la connaissance mutuelle, peut peut-être émerger une culture politique commune.

Qu’en est-il cependant à ce jour ?

Les Français connaissent-ils les Allemands ?

Les Polonais côtoient-ils les Italiens ?

Dans une récente note de synthèse, la base de données « Eurostat » [2] a étudié du point de vue statistique la mobilité " intra-européenne " des citoyens européens « en âge de travailler », c’est-à-dire âgés de 20 à 64 ans.

Il en ressort que sur une population active européenne d’environ 333 millions, un peu plus de 12 millions et demi d’Européens résidaient pour l’année 2017 dans un État membre de nationalité différente de la leur.

Une situation résultant d’une dynamique assez timide puisque la part des européens « mobiles » dans la population active européenne est passée de 2,5 % en 2007 à 3,8 % en 2017.

Outre les incomplétudes d’une telle étude – qui ne nous dit pas si ces européens « mobiles » s’installent durablement dans leur pays d’accueil – elle nous permet cependant de prendre la mesure de la lenteur du processus. Par exemple, pour atteindre une mobilité de 25 % de la population active européenne – soit un brassage conséquent des peuples européens – il nous faudrait attendre… environ 170 ans !

Par ailleurs, en plus de sa lenteur, la mobilité européenne souffre de déséquilibres et d’asymétries qui laissent présager des difficultés supplémentaires.

Entre " une périphérie " qui affichait en 2017 d’importants taux de mobilité [3] et un noyau historique beaucoup moins mobile [4], on retrouve en effet le reflet migratoire des rapports de forces économiques du continent.

Les travailleurs européens se déplacent vers les économies les plus attractives. Dès lors, les principaux " poids lourds " de l’économie européenne – qui sont aussi les principaux " poids lourds " démographiques – restent marginalement investis dans " le jeu " de la mobilité européenne.

Les Français, les Allemands, les Italiens, les Espagnols fréquentent ainsi majoritairement les autres citoyens européens sur leur propre territoire national, ce qui restreint assez largement le contact avec la culture d’origine de l’européen " mobile ".

D’autre part, des taux de mobilité aussi bas laissent également supposer que les " peuples fondateurs " du projet européen ne se fréquentent pas même entre eux. Si les 1,3 % des français de 20 à 64 ans à quitter leur territoire national (soit environ 470 000) sont répartis dans toute l’Europe, combien vivent en Allemagne ?

L’ambassade de France à Berlin en compte un peu plus de 100 000.

Et si l’on applique le même raisonnement aux 1 % d’Allemands qui vivent hors d’Allemagne en Europe, combien en retrouve-t-on en France ?

L’OCDE en dénombrait environ 200 000 en 2015. Avec un calcul d’ordre de grandeur généreux (tous les expatriés ne se déclarent pas forcément au registre consulaire) on peut estimer que le contact durable entre Français et Allemands concerne moins de 0,4 % de chacune des deux populations.

S’ajoutent à cela, bien sûr, le tourisme, les cours de langues, l’Alsace, la Lorraine et le travail frontalier, mais on doute que cela suffise au développement d’une culture politique commune.

ERASMUS, AVENIR DE L’EUROPE ?

Doit-on alors se tourner vers l’avenir ?

Le salut viendra-t-il de la jeunesse ?

Il y a quelques années, la « Commission européenne » avait fait sensation en annonçant les " succès conjugaux " du programme " Erasmus " qui, par les rencontres qu’il a permis, aurait donné naissance à un million de « bébés européens ».

Si l’estimation relevait plutôt – comme l’a montré " Libération " – du « calcul d’apothicaire », l’ordre de grandeur proposé est toutefois révélateur de la modestie du phénomène. En admettant que, comme avancé, le programme " Erasmus " ait pu contribuer, depuis sa création en 1987, à la conception d’un million de rejetons " européens ", ceux-ci ne représenteraient toujours que 0,6 % du total des naissances vivantes européennes des trente dernières années qui approchent les 156 millions.

Pas de quoi fonder un " peuple européen ".

La mobilité estudiantine européenne semble pourtant connaître un certain dynamisme. Selon une note de " Campus-France " [5], elle aurait ainsi progressé de 35 % sur la décennie 2005-2015.

Une croissance non négligeable, mais qui part néanmoins de loin, puisqu’en 2015, pour tout type de programmes confondus, les étudiants européens en mobilité vers un autre État membre représentaient autour de 3,5 % du total des étudiants européens [6]. Le décompte comprenant de surcroît les départs vers le Royaume-Uni, première destination incontestée des étudiants européens – devant l’Allemagne et les États Unis – et qui n’appartiendra bientôt plus à « l’Union européenne ».

De manière générale, outre leur attirance pour la sphère anglo-saxonne, les étudiants européens en mobilité semblent opter majoritairement pour des « visites de voisinages », souvent motivées par des proximités culturelles, voire linguistiques. Ainsi les Allemands se rendent-ils en priorité en Autriche, les Français et les Néerlandais en Belgique, les Roumains en Italie, les Polonais en Allemagne, les Irlandais au Royaume-Uni, et les Anglais… aux États Unis.

Il devient donc à ce stade assez difficile de déterminer si ces mobilités contribuent à la découverte du continent européen, ou si elles s’inscrivent plus humblement dans le traditionnel entretien des relations transfrontalières. Tout au plus sauraient-elles donner à leurs bénéficiaires " le goût du voyage ", qui les poussera peut-être à tenter l’aventure un peu plus loin.

AUGMENTER LA SURFACE DE CONTACT DES PEUPLES EUROPÉENS

À la lumière de ces conclusions statistiques, le vide vertigineux qui nous tient aujourd’hui de « vie politique européenne » tient sans doute son explication.

L’absence de culture politique européenne concrète (identification claire d’intérêts transnationaux, récits politiques d’envergure continentale, figures de légitimités supranationales, etc.) repose sur l’absence de « communauté politique européenne ».

L’étroitesse de la " surface de contact " existante entre les peuples européens se révèle ici comme la faiblesse principale, comme le premier vice de construction du " projet européen ", quelque soit le contenu politique qu’on souhaite lui donner.

Il est d’ailleurs intéressant de noter que les niveaux de contacts directs et prolongés entre peuples européens, de part leurs insuffisances, sont très loin de recouper les clivages entre " européistes " et " souverainistes " qui structurent désormais la plupart des vies politiques nationales sur la question européenne.

En matière de " fréquentations européennes ", nous sommes (presque) tous logés à la même enseigne.

Un tel constat appelle aussi à une certaine modestie. Devant l’ampleur de la tâche d’abord. Au-delà de la forme diplomatique ou politique qu’on lui destine, le " peuple européen " reste à faire.

Devant sa difficulté ensuite. Car il est fort à parier que la simple « liberté des personnes » ne suffise à faire « communauté politique » – elle aurait même tendance à produire l’effet inverse ces derniers temps.

Sur un territoire qui ne peut raisonnablement, à moyen terme, espérer d’unité linguistique, la rencontre des peuples européens ne peut advenir que si elle est instituée par des politiques de mobilité ambitieuses et inventives, qui nécessiteraient une multiplication des programmes d’échanges et de coopérations culturelles.

Autant dire un interventionnisme assumé de la puissance publique dans de nombreux secteurs (logements, transports, formations linguistiques, etc.) et une réorganisation concertée des systèmes scolaires, voire même des fonctions publiques européennes ; à quand les échanges de sous-préfet et d’inspecteurs de l’autre côté des Alpes ou du Rhin ?

Tout cela à travers de gros investissements et surtout une bonne dose de patience. Le processus prendrait sans doute le temps d’une génération – voire plus – mais saurait seul donner une base démocratique sensible et une direction historique aux améliorations ou « refontes » à venir des institutions actuelles.

Dès lors, l’avenir de « l’Europe » ne se trouve pas dans la poursuite d’une architecture institutionnelle toujours plus complexe ou dans les grandes déclarations de principes, mais dans l’approfondissement de tous les types d’échanges culturels qui puissent augmenter la surface de contact entre les différents peuples européens.

" Exit " les transferts de compétences, les " correctifs budgétaires " et les incantations à " l’Esprit Européen ". C’est par le voyage, la correspondance, la réalisation de travaux collectifs que pourra se construire quelque chose.

Et en attendant le jour – sans doute encore lointain – où les " pouvoirs européens " s’engageront franchement dans l’aventure, charge à tous les européens convaincus, à tous ceux que l’idéal d’un continent unis par une civilisation commune ne laisse pas indifférents, de développer à leur échelle les contacts les plus riches possibles avec leurs homologues européens.

Dans son immortel discours pour les États-Unis d’Europe, Victor Hugo [7] n’enjoignait-il pas les peuples à s’aimer pour faire l’Europe ?

Et pour s’aimer, il faut bien commencer par se connaître.

Gustave Carpène

LeVentseLève.fr

Notes :

[1] 43 % en 2009 et 42,6 % en 2014 :

http://www.europarl.europa.eu/elections2014-results/fr/turnout.html

[2] Note de synthèse d’eurostat sur la mobilité européenne :

https://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/8926081/3-28052018-AP-FR.pdf/82925403-a813-4419-abf8-7c783b4aedae

[3] 19 % pour la Roumanie, 15 % pour la Lituanie, 14 % pour la Croatie ou le Portugal …

[4] France 1,3 %, Allemagne 1 %, Espagne 1,6 %, Italie 3,1 %, Pays Bas 3,2 %, Belgique 2,7 %

[5] Note de campus france sur la mobilité des étudiants européens :

https://ressources.campusfrance.org/publi_institu/etude_prospect/mobilite_continent/fr/note_hs17_fr.pdf

[6] Soit environ 650 000 pour près de 20 millions d’étudiants européens.

[7] « Et Français, Anglais, Belges, Allemands, Russes, Slaves, Européens, Américains, qu’avons-nous à faire pour arriver le plus tôt possible à ce grand jour ? Nous aimer. » Discours au Congrès de la Paix, 1849, Victor Hugo :

https://www.taurillon.org/Victor-Hugo-au-Congres-de-la-Paix-de-1849-son-discours,02448

Navigation