Kenya : Le chef de file de l’opposition rejette les résultats provisoires

, par  DMigneau , popularité : 0%

Kenya : Le chef de file de l’opposition rejette les résultats provisoires

(Crédits : Thomas Mukoya)

NAIROBI (Reuters) - Le chef de file de l’opposition au Kenya, Raila Odinga, a rejeté les résultats provisoires de l’élection publiés mercredi par la commission électorale, qui attribuent au président sortant Uhuru Kenyatta une avance confortable.

" Ils sont fictifs, ils sont faux ", a-t-il dit lors d’une conférence de presse, ajoutant que la commission électorale n’avait pas respecté l’obligation de fournir les formulaires de certification des résultats, signés par des observateurs des partis dans chaque bureau de vote.

La commission électorale a publié mercredi un décompte partiel portant sur 85 % des bureaux de vote, qui crédite d’une avance de près d’1,4 million de voix le président sortant Uhuru Kenyatta, avec 54,8 % des voix, contre 44,3 % pour Raila Odinga.

L’opposant a rejeté ce décompte, jugeant suspect le maintien du score du Kenyatta à un niveau constant à mesure que le dépouillement se poursuivait et a estimé les chiffres contraires aux projections de son propre parti.

" Nous avons des projections de nos agents qui montrent que nous sommes loin devant ", a-t-il déclaré.

La loi kenyane précise que les résultats de chaque bureau doivent être enregistrés sur un formulaire signé par les observateurs de chaque parti, puis publiés en ligne par la commission. La mesure est destinée à éviter les fraudes et à permettre aux partis des contre-vérifications.

Raila Odinga a évoqué, en outre, le meurtre la semaine dernière d’un haut responsable électoral, Chris Msando, dont le corps mutilé a été retrouvé dans une morgue de Nairobi, qui a soulevé des questions sur la transparence du système de vote.

" Nous redoutons que ce ne soit exactement pour cette raison qu’il ait été assassiné ", a-t-il dit.

Odinga, en lice aux deux précédentes élections du pays, est sorti perdant des deux scrutins, des défaites qu’il a attribuées à des fraudes électorales.

En 2007, Raila Odinga avait contesté le résultat - la victoire de Mwai Kibaki - et appelé à des manifestations. Plus de 1 200 personnes avaient trouvé la mort dans les affrontements ethniques qui s’étaient ensuivis.

En 2013, la contestation est restée pacifique, l’opposant choisissant la voie des tribunaux.

Duncan Miriri, Rajiv Golla et Julie Carriat pour le service français

Source : Reuters.com

La Tribune