Julian Assange est-il un journaliste ? (Merci de poser la question)

, par  DMigneau , popularité : 0%

Julian Assange est-il un journaliste ? (Merci de poser la question)

" Julian Assange est-il un journaliste ? ".

Question souvent posée et souvent suivie par une réponse négative ou pour le moins dubitative, par les " journalistes " eux-mêmes.

Intéressante réaction car, si on y réfléchit, combien de " journalistes " sont réellement des journalistes selon la définition couramment comprise par vous et moi ?

Alors, selon cette définition, est-ce que Christophe Barbier qui, à ma connaissance, n’a jamais effectué la moindre enquête, le moindre reportage, qui passe son temps à " commenter " du haut de son tabouret, est vraiment un journaliste ?

Est-ce que les présentateurs des journaux télévisés, dont l’activité principale consiste à lire sur un prompteur un texte préparé par d’autres, sont des journalistes ?

A part interviewer des gens, que fait d’autre Jean-Jacques Bourdin ?

Il y a probablement aujourd’hui plus de journalistes dans les « médias alternatifs » - ou " électrons libres " ou sans emploi - que dans les médias dits " dominants ".

Et c’est normal.

Un vrai journaliste n’a tout simplement pas sa place dans une entreprise commerciale à but strictement lucratif (pour ses actionnaires) ou propagandiste (pour ses propriétaires).

En réalité, la plupart des " journalistes " les plus connus, tous médias confondus, ne sont pas des journalistes.

Ils sont peut-être diplômés d’une école de journalisme, ils ont peut-être effectué dans leur passé professionnel un travail de journaliste, mais aujourd’hui ?

Ce sont des commentateurs, des interviewers, des présentateurs, que l’on appelle des " journalistes ". Et si on rajoute la plupart des journalistes moins connus qui se contentent - en réalité - de " mettre en forme " les dépêches des agences de presse, combien reste-t-il dans « le métier » qui peuvent prétendre être plus " journaliste " que Julian Assange ?

En d’autres termes, c’est quoi exactement leur légitimité à ces gens-là ?

Car à part de s’identifier abusivement à un métier, de s’auto-qualifier de ce qu’ils ne sont pas, de posséder une carte de presse qui s’apparente - dans leur cas - plus à une carte de membre d’un club qu’à une certification quelconque, quel est le pourcentage de journalisme réel en eux ?

Zéro.

Commentateurs, intervieweurs, rédacteurs, lecteurs de prompteurs.

Merde.

Si ces « branquignoles » ont le droit de se faire appeler « journaliste » et d’avoir la protection qui va avec, alors Julian Assange n’est pas un journaliste - ne mélangeons pas les serviettes et les torchons - mais un super-journaliste, un méga-journaliste, que dis-je, un « uber-journaliste »...

Et ce n’est probablement pas pour rien que les plus grands journalistes du moment sont - ce n’est pas un hasard !! - aux côtés de Julian Assange... et pas EUX.

CQFD, finalement.

Viktor DEDAJ

Le Grand Soir