"J’ai mal à ma France", les sportifs français dénoncent le passage à tabac d’un producteur à Paris

, par  DMigneau , popularité : 0%

" J’ai mal à ma France ", les sportifs français dénoncent le passage à tabac d’un producteur à Paris

FRANCK FIFE / AFP

RÉACTIONS - Sur les « réseaux sociaux », la vidéo du " passage à tabac " d’un homme par des policiers a fait réagir les " stars " du ballon rond en France. Antoine Griezmann, Kylian Mbappé ou encore Samuel Umtiti ont dénoncé ouvertement l’interpellation violente sur leur compte " Twitter ".

La vidéo du " passage à tabac " d’un homme " noir " par quatre policiers a choqué bien au-delà de la " sphère politique ". Sur les « réseaux sociaux », les " hashtag " de dénonciation fleurissent suite à la diffusion par le média d’informations en vidéo " Loopsider " des images de l’interpellation violente d’un producteur de musique dans son studio.

Parmi les personnalités révoltées : les joueurs de football français. Souvent réservés dès qu’il s’agit de prendre la parole dans le débat public, les sportifs ont décidé de " sortir du bois ".

Les mots d’Antoine Griezmann sont sans équivoque : " J’ai mal à ma France. " Publié jeudi soir, son " tweet " est accompagné de la vidéo de " Loopsider ". L’attaquant-star des " Bleus " mentionne le compte du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, lequel a annoncé la « suspension » des agents après le tollé suscité par la séquence, retweetée plus de 125 000 fois.

https://twitter.com/AntoGriezmann/status/1332000472153133056?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1332000472153133056%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.lci.fr%2Fjustice-faits-divers%2Fj-ai-mal-a-ma-france-les-joueurs-de-football-giezmann-mbappe-s-insurgent-contre-le-passage-a-tabac-michel-d-un-producteur-a-paris-racisme-2171212.html

Le joueur du « FC Barcelone » n’est pas le seul footballeur à s’indigner.

L’attaquant du " Paris-Saint-Germain ", Kylian Mbappé, a aussi fait part de sa colère en déclarant que la vidéo était " insoutenable ". À côté de son commentaire, le champion du monde a publié une capture d’écran de la vidéo avec, à côté, un extrait de la chanson de la rappeuse " Diam’s ", intitulée " Ma France à moi ", sortie en 2006, véritable hymne contre le racisme.

Parmi les phrases choisies : " Ma France à moi, elle a des valeurs, des principes et des codes ".

Par le passé, il avait souvent été reproché à Kylian Mbappé, originaire de Bondy, en Seine-Saint-Denis, de ne pas assez dénoncer les violences policières.

https://twitter.com/KMbappe/status/1332039299089494019?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1332039299089494019%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.lci.fr%2Fjustice-faits-divers%2Fj-ai-mal-a-ma-france-les-joueurs-de-football-giezmann-mbappe-s-insurgent-contre-le-passage-a-tabac-michel-d-un-producteur-a-paris-racisme-2171212.html

Le défenseur de " Manchester City ", Benjamin Mendy en a aussi profité pour rappeler l’importance de filmer les violences policières.

" Sans les vidéos, il se serait passé quoi pour Michel ? On aurait préféré croire la version des policiers sous serment ? #commedhab ". Le " tweet " du champion du monde est accompagné d’une photo du slogan " Qui nous protège de la police ? " collé sur un mur.

Le joueur de l’équipe de France, Samuel Umtiti a lui aussi dénoncé les violences infligées au producteur de musique en écrivant : " L’être humain... est capable de faire des choses inhumaines ".

Toujours sur " Twitter ", le footballeur français, Jules Koundé, défenseur au " FC Séville ", a lui aussi pris position contre les violences infligées au producteur de musique : " Contre cette frange de policiers qui outrepasse grandement ses droits en tabassant, en tuant même parfois. Nos caméras sont nos meilleures armes ! "

Une prise de parole rare chez les sportifs

Cette prise de position intervient alors que la France est plongée dans un débat houleux sur les violences policières et la proposition controversée de loi " Sécurité globale ", qui prévoit entre autres de pénaliser la diffusion " malveillante " d’images de policiers et est vivement combattue par des ONG et syndicats de journalistes.

Leurs réactions vives sont d’autant plus fortes qu’elles sont rares en France, où les sportifs engagés comme Dominique Rocheteau, Lilian Thuram ou Vikash Dhorasoo ont toujours été très minoritaires. Un mouvement qui semble suivre la tendance aux États-Unis, où se positionner sur les " sujets de société " n’est plus tabou pour les sportifs.

La rédaction de LCI