Interpol : l’Émirati accusé de “ torture ” élu président

, par  DMigneau , popularité : 0%

Interpol : l’Émirati accusé de “ torture ” élu président

Ahmed Nasser Al-Raisi, lors de " l’assemblée générale " d’Interpol à Istanbul, le 23 novembre 2021. AFP

Ahmed Al-Raisi, " inspecteur général " controversé du ministère de l’Intérieur aux « Émirats arabes unis », a été élu président d’Interpol. Les membres de l’organisation mondiale de lutte contre la criminalité se sont prononcés en faveur de l’Émirati à l’issue d’une " assemblée générale " qui a pris fin ce jeudi.

Favori dans la course à la présidence d’Interpol, le général émirati Ahmed Nasser Al-Raisi, visé par plusieurs plaintes pour " torture " dans plusieurs pays, a été élu ce jeudi à Istanbul président d’Interpol, a annoncé l’agence de coopération policière.

" M. Ahmed Nasser Al-Raisi (...) a été élu au poste de président ", a indiqué Interpol sur " Twitter ". La fonction de président est essentiellement honorifique - le vrai patron de l’organisation étant son « Secrétaire général » -, mais des organisations de défense des « droits de l’Homme » et des élus européens s’étaient opposés à l’élection de M. Al-Raisi, estimant qu’elle porterait atteinte à la mission d’Interpol.

Plusieurs plaintes à son encontre

En tant que chef de la police, il est notamment accusé de mener une répression féroce contre les opposants politiques et les militants des droits humains.

Pour quelques " posts " critiques sur « Internet », le blogueur Ahmed Mansour est enfermé depuis cinq ans dans une cellule de 4 m2 et subit les pires sévices, selon William Bourdon, l’avocat français qui a déposé plainte en France contre Ahmed al-Raisi, au nom de l’ONG " Gulf Center For Human Rights ".

Mais le dignitaire émirien est aussi soupçonné d’être à l’origine de tortures infligées à deux citoyens britanniques de passage aux Émirats.

Le premier est un jeune universitaire qui a été accusé " d’espionnage " aux Émirats, arrêté, torturé, condamné à la prison à vie et finalement gracié et expulsé.

Le second est un jeune homme de 26 ans qui était en vacances à Abu Dhabi et qui a eu la mauvaise idée de porter le maillot de l’équipe de foot du Qatar. Or, faire la promotion du Qatar aux Émirats est un délit.

Le jeune Anglais a été emprisonné, battu, électrocuté et brûlé avant d’être relâché un mois plus tard.

Les deux Britanniques ont porté plainte contre Ahmed Al-Raisi en Angleterre, persuadés qu’il est à l’origine de leurs supplices. Ils sont - par ailleurs - venus témoigner devant la presse mardi 16 novembre à « l’Assemblée nationale », à l’invitation du député Hubert Julien-Laferrière qui s’était fermement opposé dans " Marianne " à l’élection de l’Émirati.

Magazine " Marianne "