Indécence : le plan " anti-pauvreté " de Macron reporté à septembre… en raison de la Coupe du monde de foot

, par  DMigneau , popularité : 0%

Indécence : le plan " anti-pauvreté " de Macron reporté à septembre… en raison de la Coupe du monde de foot

Emmanuel Macron ira en Russie si les Bleus vont presque au bout du Mondial. - Geoffroy Van Der Hasselt / DPPI

Emmanuel Macron devait annoncer des mesures " anti-pauvreté " ce mardi 10 juillet, mais c’est le jour de la demi-finale du la Coupe du monde lors duquel la France peut éventuellement jouer. Le plan a donc été reporté à septembre. Tout simplement.

« Je peux pas, j’ai Coupe du monde ». C’est en substance le message passé par Emmanuel Macron aux moins aisés, ce mercredi 4 juillet. Selon " France Inter ", le président de la République a en effet décidé de reporter à septembre son plan " anti-pauvreté ", qui devait être annoncé lundi et mardi prochains, et ce en raison… de l’actualité footballistique.

Ce n’est plus du pain et des jeux, mais des jeux, donc on verra plus tard pour le pain.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a confirmé à demi-mots cette hypothèse en expliquant ce mercredi sur " LCI " que la présentation du plan allait " peut-être " dépendre de résultats des Bleus à la coupe du monde. " Nous verrons si l’équipe de France est en demi-finale ou pas ", a-t-elle ajouté, évoquant une question de " disponibilité ".

C’est qu’Emmanuel Macron a bien imprudemment fait savoir qu’il se rendrait en Russie pour assister au match si l’équipe de France se qualifie pour la demi-finale de la compétition organisée par la « Fifa ».

Et il se trouve que la rencontre est prévue ce mardi, au moment où le Président avait prévu un déplacement en région parisienne, pour illustrer la nouvelle stratégie gouvernementale d’accompagnement des bénéficiaires du RSA.

Ballot…

" Parler à un moment où l’opinion comprendra "

Confronté à ces deux engagements, le chef de l’Etat aurait donc décidé de passer à la trappe... les annonces pour « les nécessiteux ». Avec vraisemblablement une arrière-pensée politique. Ce plan étant important dans la stratégie présidentielle, son entourage lui aurait conseillé de l’annoncer " en un temps où les Français seraient plus réceptifs ", selon " France Inter ".

" Il faut parler à un moment où l’opinion comprendra les enjeux du problème et l’action que compte déployer le président de la République ", explique un conseiller élyséen à la radio publique.

Le " story telling " avant tout.

Les décisions prises par le président de la République n’étaient a priori pas vouées à s’appliquer immédiatement. De quoi relativiser un peu la gravité des atermoiements présidentiels, sans mettre forcément beaucoup de baume au cœur des fauchés...

" Le Parisien " croit savoir qu’Emmanuel Macron souhaitait annoncer la mise en place, au 1er janvier 2020, du " versement social unique ", c’est-à-dire le paiement de toutes les prestations sociales le même jour du mois. Le chef de l’État réfléchirait également à allonger la période obligatoire de formation jusqu’à 18 ans et annoncer sa stratégie d’ " accompagnement vers l’emploi " des bénéficiaires du RSA.

En attendant, l’homme pauvre pourra se repasser les matchs des Bleus, tout l’été.

Étienne Girard

Marianne