Guyane : Manifestation historique à Cayenne, en pleine grève générale

, par  DMigneau , popularité : 69%

Guyane : Manifestation historique à Cayenne, en pleine grève générale

Au moins 10 000 manifestants se sont réunis à Cayenne le 28 mars. - NICOLAS QUENDEZ/SIPA

Plus de 10 000 personnes ont défilé à Cayenne, dans le calme, le 28 mars pour réclamer de meilleures conditions de vie, dans une ambiance " bon enfant " faite de chants créoles et du slogan " nou bon ké sa " - " ça suffit ".

Mobilisation " historique ".

Plus de 10 000 manifestants se sont réunis, ce mardi 28 mars, à Cayenne, en Guyane au deuxième jour de la " grève générale illimitée " votée ce week-end à l’appel des syndicats de l’Union des travailleurs guyanais (UTG) afin d’obtenir de meilleures conditions de vie.

" Je n’ai jamais vu autant de monde sortir dans la rue ", a ainsi confié l’un des participants à l’AFP. " Je n’ai jamais vu une mobilisation d’un tel niveau ", ajoutait un autre. Selon les chiffres de la préfecture, 8 000 et 3 500 personnes se sont en effet mobilisées dans les deux plus grosses villes du territoire, Cayenne et Saint-Laurent-du-Maroni, pour que l’Etat " donne " à l’avenir davantage de " moyens " à la population, frappée par la vie chère, l’insécurité et le chômage.

Dans une ambiance " bon enfant ", rapporte l’AFP, en " chantant ", le cortège qui a noirci à Cayenne l’avenue De Gaulle, qui mène au centre historique, a donc scandé d’une même voix - en créole guyanais - ce slogan : " nou bon ké sa " - " ça suffit ".

Parmi les participants, le collectif des " 500 frères ", un mouvement citoyen dont les membres qui luttent contre l’insécurité apparaissent cagoulés. En groupe, ils ont ouvert la marche ce mardi après s’être fait remarquer par des actions coup de poing.

Plus tôt dans la semaine, les " 500 frères " ont de fait catégoriquement refusé de négocier avec la délégation gouvernementale envoyée en urgence, exigeant la venue des ministres en personne.

Le ministre de l’Intérieur, Matthias Fekl, et la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, ont fini par décider de se rendre en Guyane. Ils y sont attendus dans les prochaines heures, ce mercredi. Ces derniers poursuivront " le dialogue avec tous les acteurs économiques, sociaux, politiques et les représentants de la société civile ", lancé par la mission interministérielle arrivée samedi, " en vue de la conclusion d’un pacte d’avenir ambitieux " dont " la signature pourrait intervenir dans les meilleurs délais ", a annoncé le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué.

Ce " pacte ambitieux ", la population l’attend depuis des années, elle qui déplore ne pas pouvoir profiter des propres richesses de son sol.

Comment la Guyane qui accueille le Centre spatial d’où décollent les célèbres fusées Ariane se retrouve-t-elle régulièrement sans électricité, comme l’a illustré la grosse panne qui a touché l’ouest du pays en juillet dernier ?

Comment ce territoire qui possède l’une des plus grandes réserves d’or du monde, avec une capacité de production de 60 tonnes d’or par an - réserve qui contribue notamment à la grandeur de la France - voit-il encore 15 % de sa population sans accès à l’eau potable ?

A ces questions, et à toutes les autres, les autorités devront désormais apporter une réponse…

Magazine Marianne