Front Anti-CFA : Onde de désobéissance monétaire et financière

, par  DMigneau , popularité : 20%

Front Anti-CFA : Onde de désobéissance monétaire et financière

Sous l’impulsion du Front Anti-CFA en Afrique aura lieu le 11 février prochain une série d’activités coordonnées dans 25 pays et 3 continents pour dénoncer le colonialisme financier et monétaire et avancer des alternatives.

Vers un front intercontinental pour un nouveau système financier et monétaire ?

Le monde est en pleine convulsion et ne cesse d’exhiber presque tous les maillons de son archaïque architecture politique et économique. L’économie n’y échappe pas et le séisme financier de 2007-2008 nous a révélé à quel point la logique néolibérale continue profondément à " hégémoniser " les agendas politiques et à évacuer ses contradictions sous forme de projets réactionnaires, néocoloniaux et excluants.

Les chiffres portant sur les inégalités mondiales (1) fournis par le dernier rapport d’OXFAM reflètent en grande partie cette réalité.

Pourtant, la transition vers un monde multipolaire et les contradictions du capitalisme elles-mêmes provoquent un retour du politique dans le domaine du système financier et monétaire.

Ces systèmes ont suivi un encastrement continu dans la mondialisation à partir de l’ordre économique scellé à Bretton Woods, en 1945, et au cours des quarante dernières années de globalisation néolibérale.

Une vague de désobéissance citoyenne, depuis les bases sociales, mais aussi au niveau national et régional se développe et promeut une " re-signification " des systèmes monétaires en les réorientant vers de nouveaux horizons sociaux et géostratégiques.

Un exemple s’inspirant de ce mouvement voit le jour depuis fin 2016 dans un ensemble de pays de la zone centrale et occidentale de l’Afrique, zone dans laquelle régit une sorte de système monétaire « fossilisé » depuis l’époque coloniale.

Différents groupes d’activistes et secteurs de la diaspora africaine ont décidé de reprendre le débat autour de la « Coopération Financière en Afrique » actuellement configurée par trois blocs économiques (2).

Quinze pays ont intégré cette architecture monétaire à partir de 1945, avec la promesse de parvenir à une stabilité monétaire et une transition accélérée vers le développement économique.

Deux mécanismes, bien connus sous d’autres latitudes, sont à la base de ce colonialisme économique :

- l’endettement – en lien avec main mise sur les budgets nationaux par le FMI et la Banque mondiale,

et

- la « servitude » monétaire,

toutes deux légitimées par un subtil dispositif d’influence communicationnelle et institutionnelle, dispositif que l’économiste africain Nicolas Agbohou (3) n’hésite pas à comparer à un « nazisme » monétaire.

Les faits montrent que le mécanisme de contrôle qui a été mis en œuvre dans cette zone de " coopération financière " au cours des 70 dernières années est semblable à celui que le régime nazi a imposé au cours de la 2e guerre mondiale dans les pays européens occupés.

En quoi cela se traduit-il aujourd’hui dans ces blocs économiques en Afrique ?

En substance, il s’agit d’une architecture de contrôle technique, institutionnel et juridique, qui lie d’un côté l’émission monétaire effectuée en dehors de la juridiction des pays africains sous la manne de la diplomatie française et de l’autre, la maîtrise des flux monétaires sur la base de quatre mécanismes :

- la parité fixe entre l’euro et le franc CFA qui agit comme levier d’austérité et dévaluation programmée ;

- la centralisation des changes et les comptes d’opération placés sous tutelle du Trésor français permettant de capter les devises africaines ;

- la libre convertibilité du Franc CFA en euro pour neutraliser la capacité d’émission monétaire sans qu’il y ait de convertibilité interne du franc CFA entre les trois blocs économiques africains ;

et enfin

- la libre transférabilité des capitaux africains en Europe qui, en définitive, normalise la fugue de capitaux sur le plan institutionnel.

Sans aller dans les détails de cette ingénierie, les résultats sont éloquents et contrastent de toute évidence avec les questions de fond auxquelles sont confrontés les peuples d’Afrique subsaharienne : à savoir sortir de la marginalité économique et intégrer le monde multipolaire avec un projet africain et donner un avenir à un continent dont la population double tous les 25 ans et qui se compose à 70 % de jeunes de moins de 35 ans.

Beaucoup de ces quinze pays figurent aujourd’hui en bas de l’échelle de l’indice mondial de développement humain et sont pris dans la toile d’une spirale d’appauvrissement ou plus exactement d’une spirale sophistiquée d’extraction de richesse et de subventions aux économies des pays développés.

Rappelons que dans les années 60, le PIB par habitant de ces pays était au même niveau que celui de la Corée du Sud, du Cambodge ou du Vietnam.

On estime que 50 milliards de dollars sont extraits de l’Afrique chaque année (l’équivalent de 3 % du PIB du Mali, 1 % du Sénégal, 6 % de la Côte-d’Ivoire) (4), dépassant le volume de l’aide publique au développement fournie par les pays industriels.

Par ailleurs, les économies de l’Afrique subsaharienne sont fortement « primarisées » et balkanisées, prisonnières du dogme orthodoxe préconisant le contrôle de l’inflation, peu aptes à consolider des relations commerciales intra-régionales (15 % des transactions économiques se font régionalement) et à donner une plus grande cohérence au projet naissant de bloc continental esquissé par l’Union Africaine.

En fin de compte, comme le rappelle les activistes de ce mouvement citoyen africain, le troc d’une souveraineté politique pour une soumission économique au moment des indépendances a fini par saboter la base même de la souveraineté nationale.

Le cycle actuel de la déflation mondiale et de la dévalorisation des matières premières ouvre d’ailleurs de nouvelles brèches dans ce schéma économique.

Comment cette servitude monétaire ait-elle pu perdurer au cours du temps alors que d’autres pays africains ont su emprunter d’autres voies ?

La stabilité monétaire établie sur l’euro a été un facteur important.

Le poids de la " realpolitik post coloniale " et du pacte d’allégeance en échange de protection diplomatique est également une variable significative. Mais rappelons que bien que plusieurs pays soient temporairement sortis de l’union monétaire – comme le Mali, le Togo, la Guinée Conakry et la Mauritanie (cette dernière l’ayant quitté définitivement) - les dirigeants africains qui se sont rebellés contre l’ordre colonial ont été renversés par la force militaire ou des pressions de tout ordre.

Les derniers exemples en date sont ceux de l’ancien président Mouammar Kadhafi en Libye, promoteur d’une monnaie et d’un projet panafricain, et Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, moteur d’une nationalisation du système financier dans un pays qui participe à hauteur de 40 % de la masse monétaire du bloc sous-régional.

Mais il faut aussi reprendre l’analyse des économistes Nicolas Agbohou et Bernard Lietaer lorsqu’ils soulignent que les systèmes monétaires avaient été conçus le siècle dernier dans la claire conscience de constituer un facteur d’homogénéisation et de création de monopoles au service du pouvoir central, conscience qui - aujourd’hui - semble avoir été fortement diluée au cours du temps pour différents acteurs sociaux et pour la citoyenneté en général.

La monnaie est bel et bien un « fait social total », relationnel, économique, politique, spirituel, comme le suggère l’anthropologue Marcel Mauss. Pourtant, elle est construite aujourd’hui comme un « objet institutionnel non identifié » dans les sociétés africaines, c’est dire comme un élément abstrait, privatisé et autoréférentiel, très éloigné de la sphère civique et politique.

Cette question n’est pas vraiment nouvelle dans la vie politique africaine. Depuis la conférence de Bandung avec les pays non-alignés jusqu’aux processus d’indépendance et de libération nationale, la souveraineté monétaire a toujours été mise à l’ordre du jour et s’est heurtée aux rapports de force du moment.

Mais la jeunesse africaine, mobile et transnationale, apparaît aujourd’hui porteuse d’un nouvel imaginaire. Beaucoup de jeunes Africains formés en Europe ou en Asie, de la même façon que les protagonistes du printemps arabe en 2011, ont appris à relativiser les dogmes, à ne pas se conformer de la fatalité des jeux géopolitiques et tentent d’explorer les failles d’un système confiscateur de futur et de richesses.

Ce panorama africain nous offre une matrice féconde pour comprendre les réalités d’autres zones centrales ou périphériques de l’économie mondiale.

Dans le cas de l’Amérique latine, un profond phénomène d’exclusion monétaire, d’instabilité financière et d’abus de position dominante du dollar sur les monnaies nationales est en vigueur, phénomène qui paradoxalement n’a pas pénétré plus profondément dans l’agenda des projets politiques progressistes de la dernière décennie, en dépit des multiples crises qui ont secoué la région dans les années 1990 et 2000.

Les pays latino-américains disposent dans leur majorité d’un droit constitutionnel à l’émission monétaire à travers leurs banques centrales et l’approbation par les Parlements des décisions budgétaires.

Les blocs d’intégration politique et économique comme le MERCOSUR se sont consolidés et avec eux les échanges intra-régionaux. Mais le nœud du problème se pose en termes de dépendance à l’égard du dollar comme monnaie étrangère pour les transactions et l’accès au marché mondial (en l’absence d’une alternative monétaire régionale), et de perméabilité des structures financières vis-à-vis des monopoles productifs, commerciaux et communicationnels.

Concrètement, ces monopoles ont le pouvoir de définir et légitimer les prix de l’économie dans les principaux secteurs économiques, de convertir leurs bénéfices en devises étrangères et de les fuguer à l’étranger dans un réseau de 52 paradis fiscaux.

Ils peuvent mettre en œuvre tout cela avec la complicité ou la résistance de l’Etat, en fonction de la nature des forces politiques, de certaines nuances formelles et du niveau de politisation de la question financière. Mais en fin de compte, une trame systémique d’extraction économique et d’érosion de justice sociale opère sur le plan factuel et formel, sur un mode similaire à celui que nous avons vu dans le cas africain.

Historiquement, les économies latino-américaines ont connu des cycles de crise bancaire qui ont affaibli les devises nationales et ont engendré une concentration en monnaie étrangère, avec un net impact sur la " dé-bancarisation ", la perte d’épargne nationale, la difficulté d’accès au crédit et la spéculation financière.

Ces écueils ont amené à consolider les monopoles économiques.

Là aussi, le volume de fugue des capitaux au niveau régional défie les limites de l’imaginaire : près de 430 000 millions de dollars quittent chaque année le continent (5).

A titre de comparaison, durant l’année 2015 environ 158 000 millions de dollars entraient en investissement étranger. Ramené à une période de 40 ans en Argentine, champion régional de ce bi-monétarisme néocolonial, il s’agit d’une somme équivalente à 900 milliards de dollars qui a quitté le territoire national réduisant d’un facteur 12 le montant des recettes fiscales de l’Etat (6).

Alors que les gouvernements populaires étaient parvenus à confronter - dans une certaine mesure - les monopoles financiers et économiques après la rupture de l’Accord de libre-échange des Amériques (ALCA) en 2005, l’extraction systémique de capitaux a continué à opérer comme un profond facteur profond d’érosion de l’Etat et du dynamisme économique.

Quand la « prospérité des commodities » a décru avec la chute du cour des matières premières, les pouvoirs économiques concentrés ont relancé un plan de déstabilisation des trois pays de l’axe Caracas-Brasilia-Buenos Aires et tentent à présent de réinstaller de vieux schémas néolibéraux.

Dans la pratique, les monnaies régionales ont été dévaluées de plus de 30 % en moyenne en 2014 et maintiennent un rythme soutenu de dépréciation par rapport au dollar. De grandes masses d’endettement extérieur ont été souscrits et l’appel aux investissements étrangers reconfigurent un contexte de dépendance économique.

C’est dans ce sens que l’onde de monnaies locales et complémentaires émergentes dans différentes régions et amplifiées par la crise financière de 2007-2008, devient un mouvement significatif pour contester l’ordre " unimonétaire " dominant.

Des milliers de monnaies locales et de systèmes d’échange prospèrent actuellement en Europe et dans le monde, occultées par les médias hégémoniques et s’opposant à l’unitarisme monétaire en vigueur dans les cadres nationaux.

Une récente étude publiée dans la revue " Alternatives Economiques " portant sur environ 40 expériences de monnaies locales en Europe nous montre comment se redéfinissent ici et maintenant les imaginaires assignés à la monnaie.

Cette étude montre que celles-ci s’orientent vers la reconstruction et la réparation territoriale (78 % des expériences), la consolidation des liens sociaux (61 %), la consommation responsable et la transition productive (51 %), la démocratisation de la monnaie (49 %) et la stabilisation de la finance (49 %).

Les communautés d’échange qui sont créées autour de ces monnaies sont relativement délimitées, localisées et parfois fragiles dans leur capacité à conduire dans le temps un projet monétaire.

Bien que les volumes économiques en circulation soient à des années lumières de ceux brassés dans la finance internationale, le saut qualitatif qu’elles proposent est fondamental.

Elles confrontent les monopoles de l’imaginaire, du sens commun et les fonctions classiques de la monnaie.

L’un de leurs défis est clairement de renforcer la capacité de mobilisation populaire et de construire des articulations institutionnelles, notamment de payer des impôts ou des services dans la monnaie locale. Ce mouvement micro-monétaire n’a pas de leadership centralisé, mais il possède déjà des formes flexibles d’interconnexion théoriques, sociales et territoriales.

D’autres mouvements liés à cette désobéissance citoyenne prennent forme avec des initiatives d’occupation des banques (" Occupy Wall Street " ou les « Faucheurs de chaises »), dans le boycott de certains groupes financiers impliqués dans des scandales fiscaux ou dans l’économie noire des énergies fossiles, ainsi qu’à travers la filtration des secrets financiers (LuxLeaks, Swissleaks, Panama Papers) et la résistance aux accords de " libre-échange ".

Ces initiatives sont nécessairement voués à se développer dans l’avenir. Ce que nous observons à la lumière des luttes des mouvements pour une autre économie qui se sont développés au cours des 30 dernières années, est que la somme d’une multitude d’expériences alternatives est loin de produire un changement systémique.

Dans la transition géo-économique actuelle où la " dé-dollarisation " de l’économie mondiale constitue l’un des épiphénomènes de cette transition, les réseaux civils et les mouvements sociaux sont appelés à promouvoir un nouvel horizon de débat sur la production et la circulation des richesses.

La situation actuelle est celle d’une capture du système financier par les groupes concentrés et les puissances coloniales qui organisent tant légalement qu’illégalement le transfert de volumes faramineux d’une richesse mondiale qui n’a jamais cessé de s’accroître au fil des années.

Ce système opère en particulier sur la population du Sud global où se distribue environ 80 % des ressources naturelles de la planète et sur la classe moyenne transnationale plongée depuis plusieurs décennies dans un cycle de récession.

Rappelons à ce titre que 42 millions de personnes sont sorties de la classe moyenne dans les pays industrialisés depuis la fin de la Guerre Froide et qu’en 30 ans, la part des salaires dans le PIB de tous les pays occidentaux s’est réduite en moyenne de 10 %.

Outre l’accumulation de niveaux sans précédent de concentration de la richesse, le colonialisme financier fait en sorte que les peuples supportent 98 % de la charge totale des impôts alors que le capital n’y contribue qu’à hauteur de 2 %.

Toutes les sociétés sont physiquement dotées de plus en plus de richesse et simultanément appauvries par un système monétaire fondé sur le dollar et géré par 8 banques étrangères et 200 sociétés transnationales.

Comme l’a à nouveau affirmé avec audace le Pape François et la diaspora africaine dans sa désobéissance monétaire contre le Franc CFA, la monnaie est un instrument central de souveraineté et de justice sociale. Il est temps de remettre à l’ordre du jour la construction d’un nouvel ordre monétaire et financier mondial, en mettant au centre le débat sur les principaux outils de répartition des richesses : les budgets nationaux, les impôts et l’émission monétaire.

Auteurs :

François Soulard – Forum mondial démocratique ;

Guillermo Robledo, Eduardo Murua, Clelia Isasmendi – " Observatoire de la Richesse Pedro Arrupe ".

Source : http://observatorio-riqueza.org/onde-de-desobeissance-monetaire-financ...

Notes :

(1) Rapport " Une économie des 99 % "

https://www.oxfam.org/es/informes/una-economia-para-el-99 , janvier 2017.

(2) L’Union Economique et Monétaire d’Afrique de l’Ouest (UEMOA), la Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC) et l’Union des Comores (UC).

(3) " Le Franc CFA et l’Euro contre l’Afrique ", Nicolas Agbohou. Editions Solidarité mondiale, 1999.

(4 ) Selon le rapport Thabo Mbeki, présenté et adopté lors du 24e sommet de l’Union africaine les 30 et 31 janvier 2015 à Addis-Abeba, l’Afrique a perdu au cours des cinquante dernières années, plus d’un milliard de dollars à travers les flux financiers illicites.

http://www.francophonie.org/IMG/pdf/fluxfinanciersillicites_rapport_francais.pdf

(5) Le montant de l’évasion fiscale s’élève à 350 000 millions de dollars par an selon les études de la Commission Économique de l’Amérique Latine (CEPAL), auxquels s’ajoute 180 000 millions de dollars de transfert pour les balances de paiement par voie légale.

(6) Selon le calcul de la Commission économique pour l’Amérique latine – CEPAL.