" France insoumise " : ce qui se cache derrière la prise de large de Charlotte Girard

, par  DMigneau , popularité : 0%

" France insoumise " : ce qui se cache derrière la prise de large de Charlotte Girard

Longtemps très proche de Jean-Luc Mélenchon, Charlotte Girard a pris ses distances en constatant le manque de démocratie interne à LFI. - Alfonso Jimenez/Shutter/SIPA

Longtemps proche de Jean-Luc Mélenchon, la juriste Charlotte Girard a de longue date décidé de prendre du recul au sein du mouvement de " la France insoumise ". Ses critiques sur l’organisation interne rejoignent celles des nombreux membres ayant quitté LFI ces derniers mois.

Le départ de Thomas Guénolé avait été " tintamarresque ", le retrait de Charlotte Girard est feutré et discret.

Le 18 avril, le politologue annonçait par un communiqué fracassant qu’il quittait " la France insoumise ", dénonçant une " dictature " gouvernée par un Jean-Luc Mélenchon devenu " autocrate ".

Ce 29 avril, c’est un article du " Point " qui nous a appris que Charlotte Girard se retirait " de la coresponsabilité de l’Avenir en commun ", le programme de LFI.

Une annonce aussitôt suivie d’un communiqué publié par l’intéressée sur sa page " Facebook " : protestant contre une publication n’ayant selon elle " qu’un but : nuire à la France insoumise et en particulier à Jean-Luc Mélenchon ", la professeure de droit précise que la réorganisation interne du secteur du programme - et donc sa prise de distance - avait été annoncée dès la convention du mouvement à Bordeaux en décembre.

Elle affirme avoir fait le " choix " d’être " moins visible dans les médias " et présente l’abandon de sa " fonction d’animation du travail programmatique " comme une conséquence de cette décision qui supposerait " une exposition médiatique ".

Auprès de l’AFP, Charlotte Girard ajoute ne " pas avoir le temps de (s)’investir comme l’exigerait la fonction ".

https://www.facebook.com/Charlotte.Girard.Delapierre/posts/550344818828214

On n’a donc pas affaire ici à un « claquement de porte » spectaculaire, comme cela a été si souvent le cas ces derniers mois parmi les cadres de " la France insoumise " quand François Cocq, Djordje Kuzmanovic, Corinne Morel Darleux ou encore Liem Hoang Ngoc ont " mis les voiles " en critiquant sévèrement le mouvement.

L’épisode Charlotte Girard est cependant loin d’être anodin.

D’une part, la quadragénaire fait partie des " très proches " de Jean-Luc Mélenchon ; de surcroît, son éloignement progressif est loin de se résumer à des questions de vie privée mais fait écho aux difficultés soulevées par les autres exilés de LFI.

Charlotte Girard, historique de LFI

Cette spécialiste de droit public, très appréciée par les militants, est " une historique " au sein de LFI : entrée au Parti " socialiste " en 2002, elle y rencontre Jean-Luc Mélenchon par l’intermédiaire de François Delapierre.

Ce dernier, décédé en 2015, est à la fois devenu le compagnon de Charlotte Girard et le " fils spirituel " de Mélenchon, qui le regardait comme son successeur.

Après avoir participé à la fondation du « Parti de gauche » en 2008, cette juriste passionnée par « la Révolution française » devient la co-rédactrice du programme de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle 2017, intitulé " L’Avenir en commun ".

Très présente pendant la campagne, elle était pressentie pour être la " tête de liste " de LFI aux élections européennes.

Jusqu’à son recul progressif.

L’effacement se produit en plusieurs étapes.

A l’origine, Charlotte Girard s’inquiète de plus en plus des dérives d’organisation au sein de LFI. Censé se structurer après l’élection présidentielle, le mouvement reste " gazeux ", selon la définition donnée par Jean-Luc Mélenchon… et trop opaque aux yeux de nombreux cadres.

La veuve de François Delapierre désapprouve également l’importance croissante de Sophia Chikirou dans le dispositif, et le fait savoir en interne.

Très proche de Mélenchon, la communicante a en effet quitté la tête du " Média " au début de l’été 2018 pour s’investir dans la campagne des européennes de LFI, au grand déplaisir de Charlotte Girard.

En août dernier, fait rarissime, cette dernière exprime ses griefs dans la presse, auprès du " Monde ", en critiquant le retour de Sophia Chikirou : " J’ai une crainte de parasitage de la campagne, c’est vrai. Son arrivée n’a jamais été discutée, son poste n’est pas encore fixé ", explique-t-elle.

Eloignement de Mélenchon

Signe de la difficulté d’émettre des critiques dans l’appareil de LFI, cette prise de parole médiatique marque l’accélération de la dégradation des rapports entre Jean-Luc Mélenchon et son ancienne protégée.

En novembre 2018, Charlotte Girard indique qu’elle renonce à prendre la tête de la liste " Insoumise " aux européennes.

Deux mois plus tard, elle envoie à LFI une lettre interne cosignée par trois camarades pour dénoncer la mise à l’écart brutale de François Cocq, qualifié de " nationaliste identitaire " par Jean-Luc Mélenchon.

Cet épisode, d’après le courrier divulgué dans " Le Monde ", " pose à nouveau la question fondamentale de la structuration du mouvement qui, s’il doit demeurer distinct dans son principe d’un parti politique classique, ne doit pas se retourner contre les perspectives révolutionnaires qu’il s’est lui-même données. "

En mars, la décision de Charlotte Girard de se retirer de la coresponsabilité du programme est actée.

Bien qu’elle continue de rester solidaire de " la France insoumise ", les griefs exprimés par la juriste rappellent ceux formulés par Thomas Guénolé lors de son départ.

Le politologue dénonçait un " fonctionnement autocratique ", où les discussions ne seraient qu’" apparence ", les prises de décision étant " cadrées et verrouillées " par Jean-Luc Mélenchon et Sophia Chikirou.

Cette dernière était accusée de " faire peser sur le mouvement un risque judiciaire extrêmement grave ", du fait de " sa proximité avec Jean-Luc Mélenchon " et de son implication dans les " campagnes électorales passées et actuelles de la France insoumise " via sa société " Mediascop ".

Un signe que le " manque de démocratie interne " et le rôle de Sophia Chikirou sont ressentis comme des problèmes parmi de nombreux cadres du mouvement.

Pourquoi Charlotte Girard ne quitte-t-elle pas LFI ?

" Charlotte ne parvient pas à se décider, estime Djordje Kuzmanovic, proche de la veuve de François Delapierre, qui a - lui - annoncé son départ de LFI en novembre. Elle est déçue et partage mon " ras-le-bol " concernant les louvoiement programmatiques et l’organisation du mouvement mais a toujours de forts scrupules à exprimer publiquement ses désaccords ".

Malgré les dérives, Charlotte Girard reste en effet fidèle à la cause portée par Jean-Luc Mélenchon et " les Insoumis ", et s’inquiète des répercussions médiatiques provoqués par ses états d’âme.

La dimension affective est également forte, dans un mouvement très soudé, pour une femme qui a longtemps été la compagne du " fils spirituel " du leader du mouvement.

Lassée de ne pouvoir peser en interne, également désireuse de consacrer davantage de temps à sa famille, Charlotte Girard a donc décidé de " prendre du champ ", sans insulter l’avenir.

Hadrien Mathoux

Marianne