Evo Morales pourra-t-il briguer un quatrième mandat présidentiel en 2019 ?

, par  DMigneau , popularité : 37%

Evo Morales pourra-t-il briguer un quatrième mandat présidentiel en 2019 ?

Le président de la république de Bolivie, Evo Morales, cherche un moyen pour se présenter à nouveau aux élections de 2019 malgré les barrières constitutionnelles qui l’empêchent de le faire. C’est ce que vient d’annoncer son « Mouvement pour le Socialisme » (MAS).

M. Morales, premier président « indigène » de l’histoire de la Bolivie, a été élu pour la première fois en 2005 et il été réélu à deux reprises, mais il a été mis en échec lors d’un référendum qu’il avait organisé début 2016 dans le but modifier la constitution en ce qui concerne le renouvellement des mandats.

Cependant, il reste populaire avec un taux d’opinions favorables de 51,3 pour cent selon des sondages récents, malgré " la campagne médiatique la plus virulente et agressive dans l’histoire politique de la Bolivie contre lui ", remarque M. Alvaro Garcia Linera, son vice-président .

Les gouvernements successifs de M. Morales ont transformé la Bolivie en investissant dans les services publics, en augmentant le salaire minimum plus que n’importe quel autre pays d’Amérique latine selon l’Organisation Internationale du Travail et en réduisant de moitié la pauvreté extrême ainsi que la malnutrition infantile.

Sous sa direction, la Bolivie est également devenue le premier pays à intégrer les « droits de la planète », y compris l’obligation pour le gouvernement de garantir à la population de lui fournir de l’air pur et de l’eau potable ainsi que de respecter la biodiversité et la pérennité des écosystèmes.

Samedi dernier 17 décembre, le mouvement MAS a adopté à l’unanimité le décision de présenter à nouveau sa candidature aux élections de 2019, tout en restant flou sur les modalités qui permettront de valider cette candidature, mais un rapprochement avec la Cour constitutionnelle et le Parlement a été opéré pour rechercher une solution et concevoir un mécanisme original.

" Nous allons vaincre la droite. J’ai une grande confiance dans notre mouvement social. Nous avons une grande responsabilité envers les générations futures - nos enfants, nos petits-enfants ", a déclaré M. Morales.

Jusqu’à présent, la Bolivie a résisté à la contre offensive de droite qui a emporté plusieurs gouvernements latino-américains de gauche : en 2015, le néolibéral Mauricio Macri a remporté la présidence argentine et au Brésil, un coup d’état déguisé a remplacé la présidente élue du Parti Ouvrier, Dilma Rousseff, par Michel Temer, « élu non élu  » en août 2016.

Au Venezuela, l’opposition a pris le contrôle du parlement en 2015 et a cherché à assassiner le président socialiste Nicolas Maduro à plusieurs reprises depuis.

Jeussey de Sourcesûre

AgoraVox