États-Unis : deux morts lors d’une manifestation pour Jacob Blake à Kenosha

, par  DMigneau , popularité : 0%

États-Unis : deux morts lors d’une manifestation pour Jacob Blake à Kenosha

La famille de Jacob Blake, un " Afro-américain " grièvement blessé par des tirs policiers, appelle au calme. - © KAMIL KRZACZYNSKI / AFP

Deux personnes ont été tuées par balle et une troisième blessée dans la nuit de mardi 25 à mercredi 26 août, à Kenosha, aux Etats-Unis. Des manifestations de colère s’y déroulent après que des policiers ont tiré à sept reprises dans le dos de " l’Afro-Américain " Jacob Blake, ce dimanche.

Deux personnes ont été tuées par balle et une troisième blessée dans la nuit de mardi 25 à mercredi 26 août, à Kenosha, aux Etats-Unis, où Jacob Blake, un " Afro-Américain " de 29 ans, a été grièvement blessé par un policier au moment de son interpellation dimanche.

La ville, située au sein de l’état du Wisconsin, est depuis trois soirs le lieu de manifestations demandant à ce que justice soit faite.

" Les tirs ont entraîné la mort de deux personnes et une troisième personne a été hospitalisée pour des blessures graves mais qui ne mettent pas sa vie en danger ", a déclaré la police de Kenosha sur " Twitter ". On dispose pour l’instant de peu de précision sur le profil des victimes et sur celui du tireur, actuellement activement recherché.

https://twitter.com/KenoshaPolice/status/1298553070729789440?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1298553070729789440%7Ctwgr%5E&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.marianne.net%2Fmonde%2Fetats-unis-deux-morts-lors-d-une-manifestation-pour-jacob-blake-kenosha

MILICE ASSURANT LA PROTECTION D’UNE STATION ESSENCE

D’après le " New York Times ", la fusillade a éclaté après une confrontation entre manifestants et un groupe d’homme armés assurant protéger une station essence. Le shérif du comté, David Beth, a déclaré au " Milwaukee Journal Sentinel " que la police recherchait un homme aperçu dans une séquence vidéo, en possession d’une arme d’épaule.

Les premiers coups de feu ont été tirés vers minuit moins le quart ce mardi. La vidéo montre l’homme armé tomber au sol, avant de tirer plusieurs balles dans une foule de manifestants.

D’après le " Milwaukee Journal Sentinel ", on peut alors voir deux autres personnes s’effondrer, l’une ayant reçu une balle dans le bras et une autre dans la poitrine.

Une seconde vidéo, particulièrement " graphique ", montre un homme avec du sang coulant sur sa nuque, des passants signalant qu’il a reçu une balle dans la tête.

" LA VIE DE MON FILS COMPTE "

Plus tôt dans la journée, Julia Jackson, mère de Jacob Blake, a lancé un appel au calme. " Mon fils se bat pour sa vie ", a-t-elle déclaré.

Jacob Blake Sr., son père, s’est lui aussi exprimé : " Ils ont tiré sept fois sur mon fils. Sept fois. Comme s’il ne comptait pas. Mais la vie de mon fils compte. C’est un être humain et il compte. "

La tentative d’interpellation de Jacob Blake a, comme celle de George Floyd, " Afro-Américain " mort d’asphyxie en mai à Minneapolis, été filmée par un témoin. On y voit le jeune homme contournant une voiture, suivi par deux policiers ayant dégainé leurs armes. Lorsqu’il ouvre la portière et tente de s’installer au siège conducteur, l’un des agents attrape son débardeur blanc et fait feu. L’enregistrement laisse entendre sept tirs, atteignant ce père de famille de plusieurs balles dans le dos.

PLAINTE AU CIVIL

" Le diagnostic médical pour le moment est qu’il est paralysé ", a affirmé l’avocat de la famille de M. Blake, Ben Crump. Un autre avocat du dossier, Patrick Salvi, a ajouté que les balles avaient causé de " graves dommages corporels, dont une section de la moelle épinière ", plusieurs organes, comme ses reins et son foie ont été touchés, nécessitant même " l’ablation d’une partie de l’intestin ".

Ben Crump a annoncé que la famille allait porter plainte au civil. Les avocats ont également affirmé qu’ils se rendraient à la marche contre les violences policières, organisée le jour du célèbre discours de Martin Luther King : " I have a dream ", ce vendredi à Washington.

Les deux policiers impliqués ont, quant à eux, été " suspendus de leurs fonctions ".

Une enquête a été ouverte.

Angéline GUILLIN

Marianne