Erdogan, la mégalomanie aux temps du " coronavirus "

, par  DMigneau , popularité : 0%

Erdogan, la mégalomanie aux temps du " coronavirus "

La construction d’un nouveau complexe présidentiel pour le président Recep Tayyip Erdoğan à Ahlat près du lac de Van dans l’est de la Turquie est toujours en cours malgré l’épidémie de COVID-19 en Turquie et les problèmes financiers que le pays connaît depuis, selon un politicien d’opposition [1].

En réalité, rien n’est trop beau pour satisfaire le « néo-sultan » d’Ankara, qui souhaite laisser son empreinte non seulement sur la politique turque mais aussi sur le paysage du pays…

Les épidémies ou la vie d’ouvriers ne comptent pas devant la « grandeur » de l’autocrate islamiste.

La Turquie lutte contre la nouvelle pandémie de " coronavirus " qui a - jusqu’à présent - coûté la vie à plus de 500 personnes dans le pays depuis le premier cas signalé le 11 mars.

Le président de la région de " Bitlis ", le principal parti d’opposition du " Parti républicain du peuple " (CHP), Veysi Uyanık, a " tweeté " samedi une photo du nouveau complexe présidentiel en construction.

" La construction du complexe présidentiel à Ahlat, Bitlis, avance à toute vitesse ", a-t-il " tweeté ".

Le député du CHP d’Istanbul, Gürsel Tekin, a récemment soumis une requête au bureau du président du « Parlement » pour savoir si la construction de nouveaux complexes présidentiels à Ahlat et à Okluk Bay dans la station balnéaire de Marmaris se poursuivait malgré l’épidémie de " coronavirus ".

Tekin a déclaré qu’il serait honteux pour le gouvernement que l’un des ouvriers travaillant dans les complexes présidentiels meure à cause du " coronavirus ".

Il a également appelé le gouvernement à suspendre la construction des complexes présidentiels, si elle se poursuivait, et à renvoyer les travailleurs chez eux en congé payé.

La construction du complexe présidentiel à Ahlat progresse malgré une décision de la « Cour constitutionnelle », qui a annulé le 25 juillet un article d’une loi autorisant la construction du complexe, déclarant que le littoral devait être placé sous la tutelle de « l’État », qu’il ne peut pas être le lieu d’une résidence privée et qu’il doit être ouvert au public.

Erdoğan a alors contesté la décision et a déclaré : " Nous construirons cette résidence à Ahlat malgré les obstacles de ceux qui sont mécontents. "

Nous rappelons que le principal complexe présidentiel construit sous Erdogan, à Ankara a également été au centre des critiques lors de sa construction en raison de son budget démesuré, de ses intérieurs luxueux, de plus de mille chambres ainsi que de l’abattage d’arbres à l’endroit où il a été construit.

Lorsque Erdoğan a emménagé dans le palais en novembre 2014, plus d’un demi-milliard d’euros avaient été dépensés pour celui-ci, soit le double de l’estimation initiale.

J’avais déjà écrit sur ce sujet :

https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/turquie-le-sultan-erdogan-en-son-159648

PETINOS

AgoraVox

Note :

[1] D’après les informations du site :

https://www.turkishminute.com/