En pleine période de crise, la politique étrangère des États-Unis se déchaîne

, par  DMigneau , popularité : 0%

En pleine période de crise, la politique étrangère des États-Unis se déchaîne

L’administration Trump réagit au stress de la pandémie en s’attaquant aux " ennemis " internes et externes perçus. Le secrétaire d’État Mike Pompeo dirige l’attaque extérieure.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé à un " cessez-le-feu mondial immédiat " pour se concentrer sur la lutte contre le " Covid-19 ". Il a appelé à " la levée des sanctions qui peuvent saper la capacité des pays à répondre à la pandémie ".

Mais Washington n’écoute pas.

Les demandes du Venezuela et de l’Iran pour des prêts d’urgence du FMI afin d’acheter des fournitures médicales ont été bloquées par les interventions américaines.

Il y a tout juste un mois, Pompeo a annoncé un renforcement des sanctions contre l’Iran. Les sanctions bloquent les transferts d’argent. Elles rendent impossible l’importation par l’Iran de l’équipement médical dont il a besoin d’urgence pour lutter contre l’épidémie.

Alors que les États-Unis ont renouvelé la dérogation aux sanctions qui permet à l’Irak d’importer de l’électricité et du gaz d’Iran, la dérogation est maintenant limitée à 30 jours seulement. Un tiers de l’électricité irakienne dépend de ces importations d’Iran et si la dérogation n’est pas renouvelée, ses hôpitaux seront privés d’électricité au moment même où l’épidémie atteindra son apogée.

Certaines parties de l’administration Trump font même pression pour une guerre plus large contre les forces mandataires iraniennes présumées en Irak :

" Le Pentagone a ordonné aux commandants militaires de planifier une escalade du combat américain en Irak, en publiant la semaine dernière une directive visant à préparer une campagne de destruction d’une milice soutenue par l’Iran qui a menacé de nouvelles attaques contre les troupes américaines.

Mais le commandant US en Irak a averti qu’une telle campagne pourrait être sanglante, contre-productive et risquerait de provoquer une guerre avec l’Iran.

Certains hauts fonctionnaires, dont le secrétaire d’État Mike Pompeo et Robert C. O’Brien, le conseiller à la sécurité nationale, ont fait pression pour une nouvelle action agressive contre l’Iran et ses forces mandataires - et voient une opportunité d’essayer de détruire les milices soutenues par l’Iran en Irak, alors que les dirigeants iraniens sont distraits par la crise pandémique dans leur pays.

Les dirigeants militaires, dont le secrétaire à la défense Mark T. Esper et le général Mark A. Milley, président de l’état-major inter-armées, se sont montrés prudents face à une escalade militaire brutale, avertissant qu’elle pourrait déstabiliser davantage le Moyen-Orient au moment où le président Trump a déclaré qu’il espérait réduire le nombre de troupes américaines dans la région. "

Ce plan est insensé. On ne peut pas " détruire " le « Hezbollah / Kataïb » et les autres groupes chiites irakiens que l’Iran a aidé à construire pendant la guerre contre l’ISIS. Ces groupes font partie de partis politiques profondément enracinés dans la société irakienne.

La France, l’Italie et la République tchèque ont commencé à se retirer d’Irak.

Le Danemark s’en va également et le « Royaume-Uni » retire 50 % de ses forces. Il y a moins de 5 000 soldats américains en Irak et une guerre contre le « Kataïb », le « Hezbollah » pourrait mobiliser des centaines de milliers d’Irakiens pour lutter contre l’occupation américaine.

Une telle guerre impliquerait également l’Iran et les États-Unis la perdraient certainement.

Les États-Unis ont actuellement deux groupes de porte-avions dans la mer arabe pour menacer l’Iran. Mais ces navires ne sont d’aucune utilité à l’heure actuelle. Ce sont des " bateaux de croisière avec des armes ". Des " bouillons de culture " à l’énergie nucléaire, d’une valeur de cinq milliards de dollars, qui n’attendent qu’une nouvelle épidémie de " coronavirus ".

Deux groupes de porte-avions américains dans le Pacifique sont déjà hors service parce qu’ils ont des épidémies plus importantes à bord. Ce n’est qu’une question de temps avant que les autres ne suivent.

Les États-Unis ne visent pas seulement l’Irak et l’Iran. Le département d’État américain a réduit ses contributions aux soins de santé au Yémen juste au moment où les besoins étaient les plus importants :

« Des responsables de " l’Agence américaine pour le développement international " ont déclaré que la décision de mettre fin au financement, rapportée précédemment par le " Washington Post ", comprenait des exceptions pour " des activités vitales et essentielles, y compris le traitement de la malnutrition ainsi que les programmes d’eau, d’assainissement et d’hygiène visant à maintenir les gens en bonne santé et à éviter les maladies ".

Mais les responsables humanitaires ont déclaré que les exceptions de l’agence ne permettaient pas de continuer à financer les programmes de soins de santé de base qui dépendent fortement de l’aide étrangère, et ne semblaient pas tenir compte de ce qui pourrait se produire lorsque le " coronavirus " commencerait à se répandre. »

Non content d’avoir " semé la pagaille " au Moyen-Orient, le département d’État a également renouvelé son attaque contre le Venezuela.

Jeudi, le ministère de la justice a annoncé que le président Nicolas Maduro et 14 anciens ou actuels fonctionnaires étaient accusés de " narco-terrorisme, corruption, trafic de drogue et autres crimes ". Il a mis en place une récompense de 15 millions de dollars pour l’arrestation de Maduro.

Il prétend que Maduro a travaillé avec des cartels colombiens pour faire passer de la cocaïne par le Venezuela.

Mais voici une carte des itinéraires de contrebande de l’allié des Etats-Unis - la Colombie - où la majeure partie de la cocaïne est produite. Cette carte a été montrée lors d’une audition au Congrès. Ce qui passe en contrebande par le Venezuela ne représente qu’une infime partie par rapport à l’énorme flux qui passe par le Pacifique.

Celui qui a rédigé et signé l’acte d’accusation a également commis une énorme erreur. Les charges sont également portées contre Clíver Antonio Alcalá Cordones, un ancien général des forces armées vénézuéliennes, et il a mis une récompense de 10 millions de dollars sur sa tête.

Alcalá Cordones n’est pas un ami de Maduro. Il a pris sa retraite en 2013, lorsque Maduro a été élu après la mort d’Hugo Chávez.

Alcalá Cordones s’est enfui en Colombie d’où il a soutenu le clown américain Juan Guaidó qui s’est autoproclamé " président du Venezuela ".

Après l’inculpation par le ministère de la Justice, il a révélé qu’il était impliqué dans des plans de coup d’État en soutien à Juan Guaidó :

«  Alcalá est impliqué dans un récent complot visant à attaquer le gouvernement Maduro. Le 24 mars, les autorités colombiennes ont saisi un camion rempli d’armes et de matériel militaire, dont 26 fusils d’assaut, d’une valeur de 500 000 dollars.

Les services de renseignements vénézuéliens ont relié les armes à trois camps en Colombie où des groupes paramilitaires de déserteurs vénézuéliens et de mercenaires américains s’entraînent pour mener des attaques contre le Venezuela.

Selon le ministre vénézuélien de la communication, Jorge Rodríguez, ces groupes prévoyaient de profiter de la pandémie COVID-19 pour attaquer des unités militaires et poser des bombes. Il a également établi un lien entre ces groupes et Alcalá.

Ces allégations se sont avérées exactes, car Alcalá, dans une vidéo qu’il a mise en ligne quelques heures après les mises en accusation, a admis que les armes étaient sous son commandement.

Il a, en outre, admis que les armes avaient été achetées avec des fonds qui lui avaient été donnés par Juan Guaidó, avec qui il aurait signé un contrat.

En outre, Alcala a affirmé que l’opération avait été planifiée par des conseillers américains, qu’il aurait rencontré au moins sept fois.

Aclalá a également affirmé que Leopoldo López, le fondateur du parti " Voluntad Popular de Guaidó ", qui a été libéré de son assignation à résidence lors de la tentative d’insurrection du 30 avril, avait pleinement connaissance du complot terroriste.

À la suite de ces vidéos, le procureur général du Venezuela a ouvert une enquête sur Juan Guaidó pour " tentative de coup d’État ".  »

Les États-Unis ont fait capoter l’enquête en accusant le seul homme qui était prêt à aider le clown qu’ils avaient choisi et en ne l’informant pas avant la publication de l’acte d’accusation. Cet homme a alors paniqué et a donné un " coup de sifflet ". Cela menace à présent tout le plan d’opposition que les États-Unis ont concocté avec Guaidó et les hommes derrière lui.

Vendredi, Alcalá Cordones a décidé qu’il était dangereux pour lui de rester en Colombie. Il a " appelé " la « Drug Enforcement Administration » américaine et s’est rendu. Il a été extradé à New York et va maintenant devenir un " témoin " contre Maduro, auquel il s’est publiquement opposé en premier lieu.

Ce chaos a certainement été créé par Elliott Abrams, le représentant spécial « néoconservateur » des États-Unis pour le Venezuela. Abrams a un talent pour " semer la pagaille ".

La politique étrangère américaine pendant la crise a été abyssale.

Les États-Unis ont mis en colère la Chine, le plus grand producteur de masques et de médicaments dont elle avait un besoin urgent, en appelant le virus " virus de Wuhan " ou " virus chinois ", une pratique qui n’a cessé qu’après un appel téléphonique entre Trump et Xi Jinping.

Les États-Unis ont provoqué la colère de l’Allemagne lorsqu’ils ont tenté d’acheter des droits exclusifs pour un éventuel vaccin qui est en cours de développement dans ce pays.

Les demandes de soutien de plusieurs alliés européens sont restées sans réponse, tandis que la Chine et la Russie se sont mobilisées pour aider plus de 80 pays.

Pendant ce temps, Pompeo a réprimandé l’Italie pour avoir accepté les médicaments et les médecins cubains.

Il y aura un coût important à payer pour cela lorsque la pandémie sera terminée. Les États-Unis se sont exposés comme un allié peu fiable, comme un crétin belliciste même au pire moment et comme incapable d’aider ses propres citoyens.

La Chine, en revanche, a vaincu l’épidémie chez elle et contribue maintenant à la vaincre partout où elle le peut.

Ce sera son siècle.

Moon of Alabama

Traduction " nous confinés, eux cons finis " par VD pour " le Grand Soir " avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Source : https://www.moonofalabama.org/2020/03/in-a-time-of-crisis-us-foreign-p...

Le Grand Soir