En Inde, le clivage gauche-droite est dans l’assiette

, par  DMigneau , popularité : 69%

En Inde, le clivage gauche-droite est dans l’assiette

Les végétariens sont nettement plus nombreux dans les Etats dirigés par la droite, les carnivores dans ceux dirigés par le centre et la gauche.

Dis moi ce que tu manges et je te dirai pour qui tu votes. Pendant que la France en campagne présidentielle s’interroge, déboussolée, sur l’avenir du clivage " gauche-droite ", la situation semble très claire en Inde, ainsi que le révèle une analyse d’Anil Sasi, rédacteur en chef au quotidien " The Indian Express ".

En croisant les données alimentaires collectées en 2014 par le bureau national du recensement et les résultats des élections de ces cinq dernières années dans chaque Etat de l’union indienne, ce dernier a mis en exergue ce que tout le monde supputait sans en avoir la preuve : c’est dans les régions dirigées par le BJP (Parti du Peuple Indien) de Narendra Modi - soit directement, soit en coalition - que les végétariens sont les plus nombreux.

Une réalité qui fait naturellement écho à l’activisme actuel de la droite nationaliste hindoue en faveur de la protection des vaches et de l’interdiction de consommer de la viande de boeuf.

Si les végétariens représentent environ 30 % du total de la population indienne, ils ont la majorité absolue au Rajasthan (75 %), au Gujarat (61 %) et au Madhya Pradesh (51 %), trois fiefs électoraux de longue date du BJP, ainsi qu’en Haryana (69 %), conquis en 2014 par le parti au pouvoir.

Ils sont également plus nombreux que la moyenne nationale au Maharashtra (40 %) qui a, lui aussi, basculé à droite en 2014 et en Uttar Pradesh (47 %), Etat le plus peuplé de l’Inde qui a été submergé en mars par la vague nationaliste et où les abattoirs de bovins ont aussitôt été fermés.

A l’inverse, dans les régions qui résistent à l’effet Modi, les Indiens mangent majoritairement de la viande. C’est le cas dans le dernier grand Etat encore tenu par le parti du Congrès, le Karnataka, où les végétariens ne représentent que 21 % de la population.

Même chose dans les Etats où des partis régionaux à dominante " socialiste " ont défait le BJP dans les urnes en 2015 et 2016 : au Bihar, les végétariens ne sont que 7 %, au Tamil Nadu 2 % et au Bengale Occidental 1 %. Au Kerala, où les marxistes ont fait leur retour l’an dernier, ils ne sont que 3 %.

Anil Sasi met, par ailleurs, en exergue quelques rares exceptions que les partis de gauche comme de droite devraient méditer.

L’Andhra Pradesh, par exemple, compte moins de 2 % de végétariens alors qu’il est dirigé par une coalition de droite.

Le Pendjab, au contraire, compte 67 % de végétariens, ce qui ne l’a pas empêché de repasser aux mains du parti du Congrès le mois dernier.

La religion sikh, à laquelle appartiennent les deux tiers de la population, y est-elle pour quelque chose ?

Pour clarifier le paysage politique français, on devrait demander à l’Insee de chercher le lien entre les intentions de vote à la présidentielle et les préférences des électeurs pour la choucroute, le cassoulet, le bœuf bourguignon... ou le caviar, comme le suggère un lecteur malicieux.

Parions que ceux qui vont voter pour Emmanuel Macron aiment forcément les quatre.

Guillaume DELACROIX

MediaPart