Elysée : Alexis Kohler bloque-t-il la proportionnelle ?

, par  DMigneau , popularité : 0%

Elysée : Alexis Kohler bloque-t-il la proportionnelle ?

Ludovic MARIN / AFP

Emmanuel Macron ne se prononce toujours pas sur le respect de sa promesse de campagne. Le refus du « Secrétaire général » de l’Elysée serait l’un des facteurs bloquants.

Des mois que le sujet traine.

Emmanuel Macron décidera-t-il de la mise en place d’une forme de " proportionnelle " pour les prochaines « législatives » ?

C’était l’une de ses promesses de campagne, l’une des bases de l’accord signé avec le " Modem " de François Bayrou en février 2017 en échange d’un soutien pour la présidentielle.

Ce mercredi matin, Richard Ferrand, président de « l’Assemblée nationale » a semblé " enterrer " la mesure" sans fleurs ni couronnes ".

" Je crains que ce ne soit trop tard ", a soufflé dans le micro de Jean-Jacques Bourdin celui qui était pourtant un défenseur de la mesure, favorable à une dose de " proportionnelle ".

Avant d’ajouter : " Mais ce n’est pas moi qui décide. C’est encore possible. "

Au passage, le député du Finistère a ressorti un " élément de langage " clamé sur tous les tons par la " Macronie " en " on " et en " off " depuis des semaines : « Personne ne me parle de ça. Est-ce que vous croyez que les Français se disent : " il serait temps que les députés réforment leur mode de scrutin ? " Je n’ai pas le sentiment que cela les obsède. »

Les regards se tournent une nouvelle fois vers « l’Elysée » et Emmanuel Macron qui ne se prononce toujours pas. L’un de ceux qui échangent avec le président pense avoir trouvé l’explication.

« On était tous plutôt favorables, mais Alexis Kohler (le Secrétaire général de l’Elysée), ne veut pas en entendre parler. Il a dégainé son fusil " anti-proportionnelle " », explique-t-il.

Au risque d’agacer fortement François Bayrou.

Tensions

La querelle est essentielle dans la guerre d’influence qui se profile pour la prochaine présidentielle. Le président du " Modem " fera-t-il toujours figure " d’allié préféré " de " LREM " ?

Quoique très incertaine, l’hypothèse qui circule d’une consigne de vote de Nicolas Sarkozy pour Emmanuel Macron avec derrière l’idée d’une coalition " LREM-LR ", n’est pas de nature à rassurer le Béarnais.

Pour ajouter à la tension ambiante, pendant ce temps-là, les troupes du " Modem " refusent de faire alliance avec " LREM " dans certaines régions, préférant assurer leur place " bien au chaud " auprès des sortants " LR ".

En ce qui concerne la " proportionnelle ", Richard Ferrand a rappelé la règle : " Il faut le décider un an avant juin 2022. Si ça doit être fait, c’est maintenant. "

Il est donc plus que temps pour les deux camps de tirer les dernières cartouches.

Soazig QUEMENER

Marianne.fr