Élections au Chili

, par  DMigneau , popularité : 0%

Élections au Chili

Demain dimanche 19 novembre, des millions de chiliennes et chiliens vont élire leur président, leurs députés et leurs sénatrices et sénateurs.

La Constitution en vigueur est cependant toujours celle promulguée par Pinochet contre vents et marées. Tous les gouvernements précédents n’ont pas su - ou pas pu - l’abroger, faute de volonté ou de majorité indispensable. A aucun moment, les gouvernants ont su entendre la clameur populaire demandant une nouvelle Constitution issue d’une Assemblée Constituante.

Le seul fait nouveau est que les chiliens " de l’extérieur " vont pouvoir participer au scrutin présidentiel bien que le million d’exilés rentrés au pays ne voient souvent pas de légitimité à participer à ce jeu de dupes où la notion de " gauche "et de " droite " n’est, en fait, que le reflet de la même idéologie néo-libérale.

Le favori, Sebastián Piñera, ex-président, incarne le rêve doré de la droite sud-américaine. Son principal adversaire, Alejandro Guillier, candidat d’une " gauche " molle héritière de Lagos et Bachelet, sans programme nouveau, dont la seule consigne est de voter pour lui en agitant le spectre du retour de la droite au pouvoir, ne semble pas en mesure de l’emporter.

Bien qu’une troisième force fasse irruption dans le paysage politique dans une coalition multiforme appelée " Frente Amplio ", elle n’est en réalité qu’une résurgence de ce que nous avons connu sous l’appellation " Front de Gauche " et qui a donné les succès que l’on connaît.

En bref, quel que soit le résultat, le Chili n’est pas sorti de l’ornière néo-libérale dans laquelle il s’est engagé sous la dictature de Pinochet et dont l’issue semble bien lointaine.

Enfin, nous adressons tous nos encouragements à nos camarades qui, envers et contre tout, se présentent aux élections législatives et sénatoriales et qui ont accompli un travail acharné dans l’espoir de ranimer la flamme d’un Chili nouveau.

Christian Rodriguez

Le Grand Soir