EPR : plus fort que le survol des drones, le super-vol de cadenas !

, par  DMigneau , popularité : 0%

EPR : plus fort que le survol des drones, le super-vol de cadenas !

Et si vous avez d’autres idées de titre j’en suis très volontiers preneur, parce qu’il est probable qu’on va vers un feuilleton.

Dès à présent je tiens à vous mettre en garde vu l’âge moyen apparent des rédacteurs " d’Agoravox " : mieux vaut prendre vos dispositions si vous voulez vous éviter une angine de poitrine, un infarctus, ou un accident vasculaire cérébral à la lecture de ce qui suit, car vous risquez de ne pas " en croire vos yeux " et le choc peut s’avérer intense.

Cette mise en garde ne concerne évidemment pas les « nucléophyles » ; pour qui le danger est une notion éminemment abstraite.

A l’automne 2014, une quarantaine connue de survol par des drones de plusieurs installations nucléaires de base avaient eu lieu en France " au nez et à la barbe " de la DCRI, supposée être l’un des services de renseignement les plus efficaces au monde.

Sans qu’aucun drone ne soit intercepté et encore moins qu’un de leurs « télé-pilotes » ne soit appréhendé. Le mystère n’a jamais été - publiquement du moins - percé.

« Citoyennes, citoyens, le nucléaire - et en particulier le nucléaire français, est sûr, croyez-nous sur parole puisqu’on vous le dit », nous serinent sous la forme d’une lancinante berceuse l’élite de nos ingénieurs que nous envie le monde entier, j’ai nommé : les « X-Mines ».

Ceux-là même qui nous ont construit un EPR mité, miteux et calamiteux, qui nous coûte à l’heure actuelle trois fois plus cher que prévu, dont la durée de construction a été multiplié par trois - et c’est pas fini avec les " nouvelles " anomalies : le couvercle qui doit impérativement être remplacé dans les plus brefs délais vu l’état de son acier, la " récente " découverte des soudures défectueuses, etc, etc… - ceux-là et celles-là même qui ont réalisé le " goodwill " du siècle en achetant pour une fortune des mines quasiment dépourvues de minerai d’uranium : la fameuse " affaire Uramin " qui n’est d’ailleurs toujours pas jugée.

Et tout aussi fort qu’eux, mais dans un autre registre, notre « Président énarque », capable, il nous l’a prouvé avec les 6 EPR à l’Inde, de vendre " des baskets à une anguille ".

« Dormeeez, dormeeez, et faites de beaux rêêêves, nous avons arrêté à nos frontières le nuage de Tchernobyl » nous avaient-ils susurré hypnotiquement au printemps 1986.

Mais le pire, d’une certaine manière, c’est que la plupart des " journalistes " français de l’époque les avaient crus sur parole !

Que vont-ils nous servir aujourd’hui ?

Que des " voleurs de poule " attirés par l’odeur du laiton des cadenas, ayant vu de la lumière sont négligemment entrés et sont parvenus à faire le " casse " du siècle par hasard en se baladant au cœur même du site qu’on imagine le plus protégé des sites nucléaires puisqu’il s’agit d’un prototype, " fleuron " du nucléaire, et censé être inviolable pour des raisons de sécurité essentielle ?

« Quoi, vous questionnerez-vous, des ados ont réussi à piquer des cadenas dans l’enceinte de l’EPR de Flamanville par jeu et par esbroufe ? »

" Des ados " - on ne sait pas - mais ce dont on est sûr - car EDF, bizarrement, a porté plainte plutôt que d’étouffer l’affaire comme à ses habitudes - ce ne sont pas " quelques ", non, (pas trois, cinq ou dix cadenas), mais 150 cadenas qui ont été sciés, sectionnés ou crochetés dans le centre névralgique de l’EPR de Flamanville !!

Oui, oui, vous avez bien lu : dans le lieu " le plus inatteignable " de la " super-Formule 1 " parmi les « Formules 1 » que sont les centrales nucléaires françaises !

Déjà, le vol de 150 cadenas au lieu de 2 ou 3 ce n’est pas rien. Car il faut tout de même un peu de temps pour parvenir à les voler, ces 150 cadenas !

Ils faisaient quoi pendant ce temps les gardiens de l’un des sites " les plus sensibles de France " ?

Ils roupillaient ?

Ou alors peut-être n’y a-t-il tout simplement pas de gardiens par souci de rentabilité ou " d’optimisation économique " ?

Pourtant, aujourd’hui, on n’est plus à un « petit » milliard d’euros près à Flamanville… Mais dites, il y a des caméras au moins dans ce lieu " hyper-sécurisé " ?

Donc, 150 cadenas se sont " volatilisés ".

Mais ce n’est pas tout.

Le pire est à venir, accrochez-vous : ces 150 cadenas servaient à rendre inaccessible le contenu des armoires qui renferment les matériels informatiques du " contrôle-commande " du réacteur nucléaire !

Oui, oui, pas moins. Je vous avais prévenu, c’est du lourd !!

Mais rassurez-vous, leur contenu, scellé, " n’aurait pas été violé ".

Le ou les cambrioleurs se sont contentés de voler les 150 cadenas ; au prix actuel du laiton, on comprend qu’on puisse prendre le risque inouï de s’introduire dans l’EPR dans ce seul but !

Sympas les mecs (sans orthographe inclusive) : ils ont respecté les scellés, et par là même tout le contenu informatique de ces armoires de " commande-contrôle " de l’EPR.

Des armoires " hyper-sécurisées ".

Par 150 cadenas.

En fait, il y en a bien plus puisque plusieurs armoires, les plus sensibles (comme par hasard...), « n’ont pas été ouvertes ». Ces " monte-en-l’air " ont pris tant de risques insensés pour seulement chouraver 150 cadenas.

" Pour le fun ", en somme.

La Grande Classe

Maintenant un peu de sérieux

En tout cas à l’heure actuelle, aucun indice n’a été découvert ou révélé à la presse, laquelle se contente de signaler sans commentaire ahuri ou ironique - comme ce fut le cas pour " le nuage de Tchernobyl " ou comme ça l’est pour la " maîtrise de la situation " à Fukushima - que des cadenas des armoires de commande informatique du réacteur ont été dérobés.

Seul " Ouest-France " dans l’immédiat indique que leur nombre est de 150. Les autres, sans " points d’exclamation " ou de propos sarcastiques, informent avec le sérieux et la neutralité très professionnels qui les caractérisent, que des cadenas ont été subtilisés.

Pas étonnant que cette même presse ne soit pas encore " vent debout " pour s’opposer " becs et ongles " au vote de la loi « sur le secret des affaires » !

La France, un pays de " clowns " et de " pieds-nickelés " ?

Alors, qui a piqué les cadenas ?

Ce pourrait-il que l’actuel Valls de Matignon puisse répondre sérieusement : « Forcément ça ne peut être que les Rroms du coin » ?

Ce n’est apparemment pas son genre.

Mais n’oublions pas qu’il a été « directeur de la communication » chez " Areva " et il va bien lui falloir trouver " dare-dare " un bouc-émissaire qui rassure.

S’agirait-il d’une nouvelle génération de " rats mutants " provenant de la centrale d’à coté, des " rats-geeks " férus de « cadenas d’armoires de contrôle informatique » ?

Plus sérieusement, quelle soupe " d’éléments de langage " les services de communication de l’Élysée vont-ils finir par nous servir ?

Qu’il s’agit de l’action irresponsable des merveilleux militants de " Greenpeace " ?

Courageux militants auxquels le gouvernement, selon certains " spécialistes " très bien informés " d’AgoraVox ", ouvre les portes des centrales ?

Quand pourtant ceux-ci sont perquisitionnés par la DGSI et qu’ils ont été condamnés pour la première fois de leur histoire à de la prison ferme par le tribunal de Thionville pour s’être introduit dans la centrale de Cattenom ?

(le procès en appel a lieu le 17 mai à Privas)

Qu’il s’agit d’un nouvel Arsène Lupin ou de son fantôme convaincu que les cadenas étaient en or et non pas en laiton vu le prix de l’EPR ?

D’une nouvelle génération " monte-en-l’air " d’antinucléaires ?

Qui ?

Il faut s’attendre à tout.

Ou bien, " divine surprise - jupitérienne " pourrait-on dire - nos dirigeants finiront-ils, à l’heure d’internet, par se convaincre qu’une attitude plus sage, plus raisonnable, plus rationnelle que celle de leurs prédécesseurs est devenue inévitable ?

Vont-ils se dire : « Et si on arrêtait le délire, les mensonges et les manipulations imposés (sans orthographe inclusive) par le lobby nucléaire français ? » ?

Car évidemment seuls des militaires d’un service secret étranger sont capables de commettre un tel " casse " (et, pourquoi pas, des agents secrets français si, par chance, il y en a parmi eux qui n’en peuvent plus de ce bordel d’EPR).

Et alors, quel service secret étranger ?

Les Russes ou les Israéliens comme pour les drones ?

Mais cette fois-ci pas de « Mistrals » que le gouvernement français se refusait en 2014 à livrer aux Russes.

L’affaire de l’accord sur le nucléaire iranien pourrait-il en être le motif ?

Ou l’attitude de la France en Syrie ?

Ou alors seraient-ce que des techniciens et/ou des ingénieurs français, au risque de leur carrière - mais qu’est-ce qu’une carrière au regard de « l’avenir de l’Humanité » ? - convaincus que seul le sabotage peut arrêter le délire de l’EPR, sont finalement passés à l’acte avant le chargement de combustible ?

Ou la femme ou l’homme de ménage de la salle de contrôle ?

Spontanément, parce qu’il y en a qui sont très bien informés (lisant " Agoravox "), intelligents et " nucléphobes " (excusez le pléonasme).

Ou à la suite de leur infiltration dans les lieux par un service secret étranger.

En tout cas, le résultat est tout bonnement génial : car un simple « vol de cadenas », dont la sanction en cas d’échec ne peut qu’être mineure vu " la nature du vol ", va produire une inévitable conflagration psychologique et politique.

Et à l’évidence ne vaut-il pas mieux qu’il s’agisse d’un acte symbolique explosif de préférence à l’explosion future d’une centrale atomique ?

Un immense merci, donc, à la ou aux personnes qui ont réussi cet exploit.

L’Humanité lui ou leur en est immensément reconnaissante.

« Champagne ! » aurait clamé Jacques Higelin.

Patrick Samba

PS : La passoire popularisée par le CANO (" Collectif Anti-Nucléaire Ouest " : https://www.can-ouest.org/), et dessinée par Vanhelle (en-tête de l’article), pour illustrer la fragilité de la cuve de l’EPR a manifestement, et désormais, un avenir qui n’était pas prévu à son origine…

AgoraVox