Donald Trump en position de gagner : peur bleue sur les marchés

, par  DMigneau , popularité : 64%

Donald Trump en position de gagner : peur bleue sur les marchés

Le résultat provisoire de l’élection présidentielle américaine, qui laisse entrevoir la possibilité d’une victoire de Donald Trump, affole déjà les marchés financiers...

Illustration, Wall Street - Richard Drew/AP/SIPA

Le combat contre la puissance de l’argent a paradoxalement été porté par un milliardaire dans cette élection présidentielle américaine. Alors, ce mercredi 9 novembre, la possible victoire du candidat républicain Donald Trump, qui avait une nouvelle fois promis lors de son dernier meeting de mettre un terme au lobby " des groupes de pression " et qui a d’ores et déjà remporté plusieurs Etats-clés à l’instar de la Floride ou la Caroline du Nord, affole donc les marchés du monde entier.

A commencer par Wall Street, bien que les résultats définitifs du scrutin ne soient pas encore connus.

A New York, le contrat à terme sur l’indice Dow Jones a ainsi chuté à 22 heures (heure américaine) de près de 630 points, cédant 3,42 % tandis que celui sur l’indice S&P 500 perdait 4 %.

En Asie également, chute de l’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo, à - 6 % ce mercredi à une heure de la clôture, alors que l’indice avait ouvert sur une hausse modérée.

L’ombre du Brexit

Idem du côté de la Bourse de Hongkong (- 3,49 %) ou encore des devises et notamment du peso mexicain, apparu comme un baromètre de l’opinion des marchés ces dernières semaines quant à l’issue du scrutin présidentiel américain. Un baromètre qui a dévissé de quelque 13 %, son plus bas niveau historique.

" Pour la seconde fois cette année, il semble que les marchés aient livré de mauvais pronostics. En juin, ils avaient tablé sur un maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne [UE], cette fois ils pariaient sur une issue favorable [aux Etats-Unis] avec la victoire de Clinton, et ils ont peut-être eu tort ", a par conséquent relevé ce mercredi dans une note Craig Erlam, analyste chez Oanda.

Le " Brexit " n’a cependant pas conduit à l’effondrement de l’économie britannique, la croissance du Royaume-Uni ayant même atteint 0,5 % au troisième trimestre, selon les chiffres de l’Office des statistiques nationales (ONS) rendus publics fin octobre.

Comme quoi, les marchés savent s’adapter…

Magazine Marianne