Didier Lallement : le nouveau préfet de police de Paris bientôt convoqué par ses propres flics ?

, par  DMigneau , popularité : 0%

Didier Lallement : le nouveau préfet de police de Paris bientôt convoqué par ses propres flics ?

Didier Lallement est le nouveau patron de la préfecture de police de Paris. - GEORGES GOBET / AFP

Après le nouvel épisode de violences sur les Champs-Élysées en marge de " l’acte XVIII " des " gilets jaunes " samedi, le gouvernement a annoncé ce lundi le remplacement de Michel Delpuech par Didier Lallement à la tête de la préfecture de police de Paris. Lequel pourrait intéresser les enquêteurs dans " l’affaire des marchés " de la « Société du Grand Paris ».

« Est-ce une décision prise très vite ? En tout cas, je ne pensais pas que l’on retrouverait Didier Lallement comme préfet de police de Paris. Ce ne sont pas vraiment ses réseaux qui sont aujourd’hui au pouvoir », juge un haut fonctionnaire qui connaît bien « ce cynique froid ».

Il faut dire que la nomination, annoncée ce lundi 18 mars par Edouard Philippe, de l’actuel préfet de Nouvelle-Aquitaine au poste très convoité, est assez inattendue.

« Un frangin », selon la description qu’en font les auteurs de Bienvenu place Beauvau, qui dispose encore de " très bonnes entrées " malgré son parcours atypique dans la préfectorale où la case ENA n’est pas cochée.

Mais également de « casseroles »…

Cela a-t-il échappé à Matignon et à l’Elysée ?

Le futur patron de la « PP » pourrait bientôt être entendu dans le cadre de l’enquête sur les « soupçons de favoritisme » qui pèsent sur " les marchés " de la « Société du Grand Paris ».

Comme " Marianne " l’a récemment révélé, le « Parquet national financier » PNF a été saisi de cette affaire par le « parquet » près de la « Cour des comptes ».

Didier Lallement dirigeait la CEO du " Grand Paris "

Le plus grand chantier d’Europe, 38 milliards d’euros de travaux pour la construction du nouveau métro de la capitale, semble en effet avoir été " un peu léger " dans l’attribution de ses mégas marchés.

Marchés « pour lesquels les procédures et les grands principes de mise en concurrence n’avaient pas été respectés, soit attribuant un marché à une entreprise dont l’offre aurait dû être rejetée pour irrecevabilité, soit en modifiant en cours de procédure les modalités de calcul des offres financières, ce qui a eu pour effet de modifier l’ordre de sélection des candidats », note le rapport de la « Cour des comptes », réalisé à la fin 2017...

Autrement dit : des faits constitutifs d’un possible « délit de favoritisme ».

Au cœur des " dysfonctionnements ", on retrouve la « Commission d’examen des offres » (CEO), qui fut présidée par… Didier Lallement, alors lui-même en service à la « Cour des comptes ».

Or, note le rapport, « le fonctionnement et le rôle de la CEO sont insatisfaisants à plusieurs titres et ne permettent pas de disposer d’une assurance externe suffisante sur la régularité et les conditions d’attribution des marchés, l’équilibre concurrentiel et la préservation des intérêts économiques de la SGP  ».

Pas non plus de procès-verbaux des réunions, mais une simple feuille blanche avec une croix pour dire " oui/non ".

Selon nos informations, si la question d’une procédure disciplinaire au sein même de la vénérable institution de la rue Cambon, procédure extrêmement rare, a été évoquée, celle-ci a finalement été écartée.

Détail croustillant : le préfet de police pourrait donc se voir convoquer par la « Brigade de répression de la délinquance économique » (BRDE), l’une des sept « brigades du fric », laquelle a été saisie par le PNF.

Des flics qui sont désormais sous ses ordres….

Emmanuel Lévy

Marianne