Déroute " chaviste ". Tous les médias sont consternés.

, par  DMigneau , popularité : 0%

Déroute " chaviste ". Tous les médias sont consternés.

Mieux vaut en sourire...

Le " chavisme " enfin dans les choux ?

Mais une érection peut en cacher une autre.

Les " chavistes " ont perdu aux présidentielles du 20 mai 2018. Ils n’ont obtenu " que " 67,7 % des voix, contre deux candidats de droite, dont le redoutable Henri Falcon ; il fut jadis " chaviste " et gouverneur d’un État.

L’abstention a été de près de 54 %, beaucoup plus élevée qu’en France où, pour être élu président, il faut - c’est bien connu - 99 % des votants et 98 % des voix...

Qu’importe après tout le résultat.

Des révolutionnaires ne peuvent organiser que des élections truquées, frauduleuses.

Donc illégitimes.

Il--gi-ti-mes.

Le " chavisme " en a organisé 24 en 19 ans et en a gagné 22. Et à partir de là, l’intervention de Washington, à venir, pour " rétablir la démocratie " et " libérer " enfin le Venezuela, va s’accélérer.

Même combat : Trump, Macron, Union Européenne !

Contre le « dictateur » Maduro. Celui qui a donné à chaque électeur un bon de 8 dollars pour qu’il vote " chaviste ".

Scandale non avéré, mais coutumier dans une « république bananière ».

On relève dans le scrutin et le dépouillement, réalisés à l’abri des bananiers, des milliers d’anomalies que l’on n’a pu démontrer pour l’heure, mais que Trump, spécialiste en tromperies, lui, a décelées.

Comme toujours, il en a les preuves. L’expertise, c’est lui. Les « terroristes » de Gaza l’ont renforcé dans ses convictions : un bon démocrate est un démocrate mort.

La vraie démocratie passe par l’obéissance aveugle au maître du monde : l’impérialisme « yankee ».

Macron l’a compris. Combien de fois a-t-il bisouillé le « satrape » (relevé dans un journal) pendant son voyage " au Centre de la terre ".

Partout, près des bureaux de vote, des milliers de « points rouges » ont filé « la rougeole » aux électeurs pour qu’ils votent " chaviste ". Aucun « observateur international » ne les as vus, (ils s’étaient vaccinés contre la rougeole) ; le régime, lui, n’avait invité que des " agents de Moscou " et des observateurs " presse-myopes ".

L’armée et la police ont tiré sur la foule pacifique des électeurs et sur les enfants, ils attendaient pour voter " américain " et manifestaient " en même temps " contre le transfert de l’ambassade soviétique en Colombie.

Bilan : plus de 50 terroristes en moins.

Notre petit Macron s’est comporté en " toutou " renvoyant " dos-à-dos " les fauteurs de violence.

De véritables " caniches ", ces autoproclamés « défenseurs de la démocratie » ! En Espagne, on les gratifie du doux nom de « hijo de puta ».

Aujourd’hui, ils ont reçu un " nième " coup de pied au cul. Au Venezuela, « no pasarán ». Pour passer, il faudra beaucoup de sang versé.

Le " chavisme " vit et " il remue la queue " (« está vivito y coleando »).

Jean ORTIZ

" L’Humanité ", 21 mai 2018.

Source : https://www.humanite.fr/blogs/deroute-chaviste-tous-les-medias-sont-co...

Le Grand Soir