Déclaration de " Wikileaks " sur l’état de santé de Julian Assange

, par  DMigneau , popularité : 0%

Déclaration de " Wikileaks " sur l’état de santé de Julian Assange

" WikiLeaks " est très préoccupé par l’état de santé de notre éditeur, Julian Assange, qui a été transféré au service de santé de la prison de Belmarsh.

La santé de M. Assange s’est déjà considérablement détériorée après sept ans à l’ambassade de l’Équateur, dans des conditions incompatibles avec les « droits de l’Homme ».

À deux reprises, les Nations unies ont conclu qu’il avait été détenu arbitrairement et ont demandé au Royaume-Uni d’honorer ses engagements en vertu du droit international et de le libérer.

Le refus du Royaume-Uni de se conformer aux décisions de l’ONU et le traitement qu’il a réservé à M. Assange depuis son arrestation soulèvent de sérieuses questions quant au statut du Royaume-Uni en tant que " nation respectueuse des droits de la personne ".

Au cours de sa dernière année à l’ambassade, alors que les États-Unis finalisaient leurs plans d’extradition, Julian Assange était - à la demande des autorités américaines - totalement isolé et bâillonné ; une situation conçue pour lui rendre la vie aussi difficile que possible.

Pendant les sept semaines passées à Belmarsh, son état de santé n’a cessé de se détériorer et il a perdu beaucoup de poids. La décision des autorités pénitentiaires de le transférer au « service de santé » parle d’elle-même.

Nous condamnons fermement le refus de la cour suédoise de reporter une audience le 3 juin sur la base de l’état de santé de M. Assange. Per Samuelson, avocat de la défense d’Assange, a déclaré que l’état de santé de Julian Assange vendredi dernier était tel " qu’il n’était pas possible de mener une conversation normale avec lui ".

Demain, le 30 mai, se tient une audience formelle à la « Cour de Westminster » sur la demande d’extradition de l’administration Trump.

Le mandat d’arrêt américain initial a été élargi pour inclure une peine d’emprisonnement à perpétuité ou la peine de mort potentielle en vertu de " la Loi sur l’espionnage ", annoncée la semaine dernière dans " l’acte d’accusation " qui l’a remplacé et qui contient 17 accusations supplémentaires, portant la peine potentielle à 175 ans de prison.

Ces actes d’accusation ont été largement condamnés par les organisations de défense de la liberté de la presse comme étant l’attaque la plus grave contre les activités de publication des temps modernes ; l’administration Trump criminalise essentiellement l’acte même de « journalisme ».

L’acte d’accusation s’appuie sur la loi archaïque sur l’espionnage de 1917 pour inculper pour la première fois dans l’Histoire un éditeur, dans une escalade sans précédent de la guerre de l’administration Trump contre la presse libre.

Kristinn Hrafnsson, rédacteur en chef de " WikiLeaks " :

" L’affaire Julian est d’une importance historique majeure. On se souviendra de cette attaque comme de la pire atteinte à la liberté de la presse de notre vivant.

Le peuple doit exprimer sa condamnation ; ce sont ses politiciens, ses tribunaux, sa police et ses prisons qui sont abusivement employés pour laisser cette tache noire sur l’Histoire.

Agissez maintenant pour faire cesser cette honte ".

MISES À JOUR :

defend.wikileaks.org

twitter.com/wikileaks

Traduction par VD pour " le Grand Soir " avec probablement toutes les faute et coquilles habituelles

Source : https://www.facebook.com/wikileaks/posts/2197329480302152

Le Grand Soir