De Trump à Macron, les grands cimetières sous la " Une "

, par  DMigneau , popularité : 0%

De Trump à Macron, les grands cimetières sous la " Une "

Lorsqu’il remonte ce 13 février les couloirs feutrés du Congrès jusqu’aux aux lambris du " House Committee on Foreign Relations ", Elliot Abrams, l’envoyé spécial de Donald Trump pour le Venezuela, a de quoi se réjouir.

Le leurre des caisses " à moitié vides " a fonctionné. L’opinion publique occidentale s’est aussitôt étranglée : " pourquoi Maduro refuse-t-il l’aide humanitaire alors que son peuple meurt de faim ? ".

Convoyées par l’USAID, l’ONG de la CIA, jusqu’à une région de Colombie en proie à une pauvreté extrême, ces caisses que ni la « Croix Rouge » ni « Caritas » ne veulent distribuer car elles n’y voient pas d’" aide humanitaire " (1), ne concerneraient en fait que 20 000 vénézuéliens pour quelques jours, selon l’autoproclamé " président " Juan Guaido.

Ce " cheval de Troie ", entouré d’une nuée de médias, a une fonction plus plausible : servir de décor à un incident militaire, voire à une invasion.

Depuis près de deux ans, le gouvernement bolivarien résiste à la hausse des prix pratiquée par les oligopoles privés de l’alimentation.

Via des « Comités Locaux d’Approvisionnement et de Production » (CLAP), il distribue une à deux fois par mois des caisses de nourriture à six millions de familles des classes populaires.

Le prix des aliments est symbolique : 1 % de celui du secteur privé.

Le gouvernement verse également des allocations pour tenter de défendre un salaire attaqué de toutes parts.

En fait, au grand étonnement des voyageurs, on, n’observe nulle " crise humanitaire " au Venezuela, comme l’a expliqué l’expert dépêché sur place par l’ONU, Alfred de Zayas. Pour qui " l’aide, la seule, serait de lever le blocus et de cesser la guerre économique ". (2)

Tout cela a été occulté par les médias occidentaux. Mais ce 13 février, lors de son audition par le Congrès, malgré l’avantage du " sens commun " construit par les journalistes, Elliot Abrams est " mis sur le grill " par la ténacité d’une représentante « Démocrate », issue du mouvement féministe : Ilhan Omar.

Celle-ci rappelle à Abrams son passé d’organisateur et de financeur des « escadrons de la mort » dans l’Amérique Centrale des années 80.

Elle prononce le nom qui fait mal : El Mozote.

Le 10 décembre 1981, le bataillon de réaction immédiate " Atlacatl ", formé aux États-Unis, a torturé, violé, dépecé plus de 800 civils, hommes, femmes et enfants de cette communauté paysanne du Salvador.

136 des restes identifiés par les médecins-légistes argentins correspondent à des enfants de moins de six ans. " Propagande communiste !! " s’était alors gaussé Abrams.

" Allez-vous appuyer des groupes criminels et le génocide au Venezuela comme vous l’avez fait au Nicaragua, au Salvador et au Guatemala, si cela favorise les intérêts des Etats-Unis ? " insiste la membre du Congrès.

" Je refuse de répondre à ce qui n’est pas une question " rétorque Abrams.

Ilhan Omar lui répond dans les yeux : " Savoir si, alors qu’un génocide a lieu, vous détournerez le regard car cela sert les intérêts américains, est une question légitime pour le Congrès et pour le peuple états-unien ".

La représentante du Minnesota sait de quoi elle parle : à l’âge de dix ans, elle a dû quitter la Somalie, un pays qui a subi une intervention militaire des Etats-Unis soucieux d’y acheminer leur " aide humanitaire ".

https://youtu.be/InGCmxCjaWE

Version française :

https://www.facebook.com/venesolidarite/videos/429506354461296/

Dans les années 80, lorsque le Congrès décida de ne plus leur octroyer de budget officiel aux paramilitaires antisandinistes, Abrams organisa le financement clandestin des opérations meurtrières de la " Contra " et leur fit livrer des armes camouflées en " aide humanitaire ".

Abrams mentit au Congrès à deux reprises sur son rôle, " plaidant coupable " avant d’être grâcié par George W. Bush.

Défenseur enthousiaste de l’invasion de l’Irak, il oeuvrait de nouveau à « la Maison Blanche » au moment du coup d’Etat avorté de 2002 contre Hugo Chávez.

" Je n’arrive pas à comprendre ", assène Ilhan Omar, " pourquoi les membres de ce Comité ou le peuple américain devraient considérer comme véridique tout témoignage que vous donnez aujourd’hui ".

« El Mozote : The Volumetrics of a Massacre, » Oeuvre de Romeo G. Osorio en mémoire des enfants assassinés.

Le président Macron est connu à l’étranger pour l’usage disproportionné de la force contre la population française, avec un bilan actuel d’une dizaine de morts, de centaines de personnes blessées, mutilées à vie, et des centaines de prisonniers.

Mais il faut rappeler que bien avant la nomination d’Addams par Trump, il a également reçu à l’Elysée les " fils cachés de Pinochet " du Venezuela. On le voit ainsi sourire aux côtés de Julio Borges et de Freddy Guevara, organisateurs du coup d’Etat de 2002 contre Hugo Chavez et des tentatives de coup d’Etat postérieures, non moins violentes, menées de 2013 à 2017 contre le président Nicolas Maduro (3).

Comme l’extrémiste de droite Juan Guaido, adoubé " président du Venezuela " par Trump et Macron, les hommes de Washington ont montré leur vrai visage lors de ces éphémères passages à l’acte :

- formation par les paramilitaires colombiens,

- attentats terroristes contre des transports en commun, des ministères, des maternités, des centres de santé,

- sous-traitance de violences par la pègre,

- utilisation d’enfants-mercenaires,

- assassinats et tortures.

Les photos plus bas montrent un manifestant de la droite vénézuélienne éloigner ses comparses pour brûler vif le jeune Orlando Jose Figuera après l’avoir tabassé, jeté au sol et aspergé de combustible.

Ces lynchages d’afrodescendants ont été commis par les amis de M. Macron au Venezuela en 2017. Comme leurs mentors Uribe, Duque, Bolsonaro, Abrams ou Bolton, cette faction radicale rêve aujourd’hui de s’emparer du pouvoir pour " finir le travail " : nettoyer définitivement le Venezuela de tous les microbes " communistes ".

Autour du président français Emmanuel Macron, les leaders de l’extrême droite vénézuélienne Julio Borges (gauche) et Freddy Guevara (droite), reçus à l’Élysée le 4 septembre 2017.

Julio Borges (centre) avec Leopoldo Lopez et Henrique Capriles Radonsky lors du coup d’État sanglant d’avril 2002 organisé contre le Président Chavez par le MEDEF local, les télévisions privées et des militaires formés à la School of Americas.

Freddy Guevara (en bas à gauche) et ses croisés « pacifiques », lors de l’insurrection de 2017.

Le jeune Orlando Figuera, brûlé vif dans un quartier chic de Caracas par des extrémistes transformés par les médias internationaux en « combattants de la liberté » ». Voir http://wp.me/p2ahp2-2CO

Si M. Macron se fait prendre en photo à côté d’eux, c’est aussi parce que l’écrasante majorité des journalistes a créé un sens commun : ces violateurs des droits humains seraient des " combattants de la liberté ".

Sauf que le " peuple " du Venezuela que montrent les médias, n’en est pas un.

Depuis plusieurs années, seul l’Est de Caracas, ses " beaux quartiers ", ses 10 % de « classe moyenne » et ses manifestations anti-Maduro, ont " droit de cité " à la télé.

Cette minorité sociologique et politique est constamment transformée par les " journalistes " en " peuple ". Et chaque fois que ses militants d’extrême droite cherchent l’affrontement, les télévisions du monde entier sont déjà sur place pour enregistrer l’image et inverser la chronologie au montage.

La riposte des forces de l’ordre précède alors les violences des paramilitaires et devient par « la magie de l’inversion »… la répression à priori d’un Etat contre le " peuple ".

Les éléments financés et entraînés par « l’Empire » sont repeints, une fois de plus, en " combattants de la liberté ".

Par contre, l’immense Ouest populaire de Caracas où vivent les 80 % des habitants, tout comme les zones rurales, reste invisible.

Parce qu’il est pacifique et constitue en grande partie la base sociale du processus de transformation. Ce n’est pas tout : à chaque fois, les médias imputent automatiquement au " régime " les morts causés par l’extrême droite, ce qui alimente l’énergie des tueurs.

Ceux-ci savent parfaitement que chaque mort imputé à Maduro renforcera le discours en faveur d’une intervention.

Mais qui, de " Médiapart " au " Soir ", de " France Inter " au " Monde ", de " RFI " à " El Pais ", qui, dans la vaste « zone grise » (" Primo Levi ") de l’" actu " reconnaîtra qu’il encourage des assassins ?

Comme l’explique l’ex-rédacteur en chef du " Monde Diplomatique ", Maurice Lemoine :

" Aux pages les plus honteuses de l’Histoire de France – la reconnaissance du régime franquiste en 1939 ou le maintien des relations diplomatiques avec le Chili, après le " golpe " du général Augusto Pinochet (1973) – , il convient désormais de rajouter un chapitre : l’appui d’Emmanuel Macron à la tentative de coup d’Etat au Venezuela " (4).

Il est urgent de dénoncer la complicité de Mr. Macron et des " grands médias " avec une extrême droite qui rêve de faire du Venezuela, comme la Colombie, un " grand cimetière sous la lune ".

Le symbole de la « main blanche » commercialisé pour les sympathisants de Juan Guaido à Caracas ressemble beaucoup au sigle que les escadrons de la mort du Salvador peignaient sur les portes de leurs victimes.

Thierry Deronne,

Caracas, le 15 février 2019

Notes :

(1) " El envío de productos desde EE.UU. a Venezuela : ¿Es "ayuda" o "amenaza humanitaria" ? ",

https://actualidad.rt.com/actualidad/305389-ayuda-humanitaria-eeuu-guaido-maduro-venezuela

(2) « " Il n’y a pas de crise humanitaire au Venezuela " explique l’expert de l’ONU »,

https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/12/05/il-ny-a-pas-de-crise-humanitaire-au-venezuela-explique-lexpert-independant-nomme-par-lonu/

(3) " Le Monde lâché par la BBC : Stephen Sackur démasque la droite vénézuélienne et ses rêves de coup d’Etat ",

https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/05/25/le-monde-lache-par-la-bbc-la-droite-venezuelienne-revele-son-objectif-dun-coup-detat/

(4) " Venezuela : qui reconnaît qui ? ",

https://venezuelainfos.wordpress.com/2019/02/08/venezuela-qui-reconnait-qui/