Dans la dernière ligne droite, six points pour comprendre les élections de demain au Brésil.

, par  DMigneau , popularité : 0%

Dans la dernière ligne droite, six points pour comprendre les élections de demain au Brésil.

Photo principale : PAULO WHITAKER / REUTERS

Voici 6 points pour comprendre les élections brésiliennes, marquées par une polarisation importante.

1° ) Quand le vote aura t-il lieu ?

Dimanche prochain (7 octobre), à partir de 13 heures, les bureaux de vote vont ouvrir leurs portes et les brésiliens pourront s’y rendre jusqu’à 22 heures.

Il faut tenir compte que le pays a 3 fuseaux horaires différents, les derniers bureaux à fermer seront donc ceux de l’Amazonie (à minuit heure française).

2° ) Qu’est-ce qui est voté ?

Toute l’attention est centrée sur l’élection présidentielle, polarisée entre l’extrême droite représentée par Jair Bolsonaro et le candidat du « PT » Fernando Haddad, annoncés par les sondages comme " favoris " pour le second tour.

Les autres élections restent - quant à elles - dans l’obscurité, il s’agit pourtant de postes clés.

Il y aura au total 27 213 candidatures, dont 13 qui vont se disputer la présidence de la république, 202 pour un poste de gouverneur dans un des 27 états, et 358 postulent pour le Sénat.

La justice nationale en a interdit 1 888, parmi lesquelles la candidature de l’ex-président Lula.

Au Sénat, vont se renouveler deux sièges par état, pour un total de 54 postes vacants. Le Sénat brésilien compte 81 sénateurs – 3 dans chaque état – élus pour des mandats de 8 ans.

Ainsi ne se renouvelle que les deux tiers de la chambre.

La chambre nationale des députés - quant à elle - renouvellera l’intégralité de ses 513 places, disputées par 8 595 candidats.

En ce qui concerne les députés régionaux des 26 assemblées législatives, ce seront au total 17 950 qui seront en compétition pour 1 035 sièges.

3° ) Qui va voter ?

142,8 millions de brésiliens résidant dans les 27 états, ainsi que ceux vivant à l’extérieur, sont autorisés à participer aux élections.

Le vote au Brésil est obligatoire pour les personnes entre 18 et 70 ans qui savent lire et écrire, et optionnel pour les analphabètes.

Cependant, une récente décision tout à fait arbitraire du « Tribunal Électoral », confirmée par le « Tribunal Suprême », interdit à 3,4 millions de participer aux élections.

Le choix du Tribunal touche surtout des personnes habitant dans le Nord et Nord-est du pays (54 % des interdictions de vote), où le « PT » de Lula a un importante soutient. Ainsi, 2,4 % des potentiels votants ne pourront pas se rendre aux urnes, parmi lesquels 1,5 millions vivant dans les états du Nord-est.

4° ) Combien de voix un candidat doit-il avoir pour être élu président ? Y a-t-il un bulletin de vote ?

Pour les postes de président et de gouverneur, les candidats ont besoin de 50 % + 1 des voies pour être élu au premier tour.

Si aucun candidat à la présidence n’atteint ce pourcentage, les deux candidats en tête s’affrontent au cours d’un second tour, qui se tiendrait le 26 octobre.

5° ) De quel pays héritera le prochain président ?

Avec un PIB stagnant, l’économie brésilienne a accumulé deux trimestres négatifs consécutifs et les prévisions du marché laissent à penser que cette année l’économie ne se développera que de 0,30 %.

L’inflation reste - quant à elle - en hausse, atteignant 6,5 % ces 12 derniers mois, alors que " le plafond " fixé par le gouvernement Temer était de 4,5 %. Le " real " (monnaie brésilienne) s’est déprécié ces trois dernières années, passant de 1,55 unités par dollar en 2011 à 2,45.

Il s’agit de son niveau le plus bas depuis 2008.

La plupart des candidats à la présidentielle ont axé leurs promesses sur la création de millions d’emplois afin d’en finir avec l’actuel taux de chômage très élevé (12,1 %).

Ils se rejoignent également tous sur le fait que le Brésil a un problème fiscal et sur la nécessité d’une réduction des dépenses publiques.

Les comptes publics brésiliens ont dernièrement accumulé un déficit nominal – incluant le payement des intérêts de la dette - d’environ 503 milliards de " reals " (soit environ 123 200 millions de dollars), ce qui représente 7,45 % du PIB.

6° ) Que prédisent les sondages ?

En ce qui concerne les élections présidentielles, les derniers sondages publiés continuent de montrer à l’extrême droite Jair Bolsonaro du « PSL » comme favorite au premier tour, avec environ 31/32 % des intentions de vote, tandis que Fernando Haddad, le candidat « PT » soutenu par Lula reste à la deuxième place avec 21 % d’électeurs potentiels.

Dans un scénario possible de second tour entre ces deux candidats, les estimations oscillent entre une égalité à 42 %, et un léger avantage de 43 % pour Haddad, avec Bolsonaro à 41 %.

Cela correspond à la marge d’erreur de 2 % prévue par " Ibope " dans cette enquête, qui a été réalisée auprès de 3 010 électeurs.

La Izquierda Diario.ar

revolutionpermanente.fr