Centre commercial occupé : " Extinction Rebellion " remporte une première victoire

, par  DMigneau , popularité : 0%

Centre commercial occupé : " Extinction Rebellion " remporte une première victoire

Derrière le rideau

Samedi 5 octobre 2019, le mouvement écologiste " Extinction Rebellion " a occupé le centre commercial parisien " Italie 2 ". Prélude à une semaine d’actions de « désobéissance civile » à travers le monde entier, cette opération s’est inscrite sous le signe de la convergence entre différents « mouvements sociaux ».

La tactique d’occupation du millier d’activistes présents a laissé les « forces de l’ordre » relativement désarmées et incapables de reprendre les lieux.

Retrouvez le récit d’une démonstration de force qui s’est déroulée dans une atmosphère bouillonnante et conviviale.

« Mais vous êtes qui vous, bordel ? » s’exclame Michel, commerçant au visage sanguin, lorsqu’il découvre un groupe de jeunes gens qui bloquent sa galerie commerciale alors qu’au loin monte le tumulte d’une fanfare.

La scène se déroule le matin du 5 octobre 2019, un samedi pluvieux, à l’abri du centre commercial " Italie 2 " dans le XIIIe arrondissement de Paris.

Un jeune homme souriant et chevelu, « écologiste » aisément détectable avec son écharpe et son pull délavé, commence à expliquer la démarche d’" Extinction Rebellion " au vendeur.

« C’est quoi encore ces guignols, vous êtes des sortes de " gilets jaunes " ? » s’étrangle Michel alors que dans le hall, un millier d’activistes multicolores chante toujours plus fort.

Dying des membres de XR, sous les yeux d’une version virtuelle de Raphaël Varane.

Né à Londres en novembre 2018 et lancé en France en mars 2019, " Extinction Rebellion " ou XR est un mouvement international de « désobéissance civile » exprimant ses revendications écologistes par l’action non-violente.

Il est mieux connu du grand public depuis " l’affaire du Pont de Sully " qui a vu ses militants écologistes et non-violents, gazés par les « forces de l’ordre » le 28 juin 2019 dans un contexte caniculaire dans tous les sens du terme.

Avec la montée en puissance de la " conscience écologique " au sein des opinions et le développement croissant de ses effectifs, XR entre dans une nouvelle étape de sa lutte pour l’environnement avec la " Rébellion internationale d’Octobre " (RIO).

La RIO est une semaine d’actions fortes coordonnées dans plusieurs grandes métropoles du monde et menées par les différentes antennes nationales de XR.

Quelques jours après avoir publié une tribune de « convergence des luttes » – " Nous ne demandons rien à l’État, nous voulons tout reprendre : la joie, la liberté, la beauté, la vie ", publiée sur " Reporterre ", et à quelques heures du lancement de la RIO, " Extinction Rebellion France " est passée à l’action avant l’heure en réunissant ses cosignataires dans une opération de blocage qui vraisemblablement fera date.

Lancement de l’action de blocage dans le hall du centre commercial " Italie 2 "

" Extinction Rebellion " affirme la convergence autour de la question écologique

Il est environ 10h00 quand le collectif pénètre dans le hall du centre commercial, entame ses chants et déploie ses banderoles.

L’action a été préparée en toute discrétion, le lieu et l’heure précises ayant été dévoilés au dernier moment.

Les journalistes ont été invités sur les lieux par le biais de canaux sécurisés.

Autour de XR qui compose le gros des effectifs de cette opération, plusieurs mouvements cosignataires de la tribune précédemment évoquée et aussi variés que " Youth for Climate ", le " Comité Adama ", " Cerveaux non disponibles ", ou encore, plusieurs groupes de " gilets jaunes " sont présents.

Médusés ou agacés pour certains, amusés pour la plupart, les passants continuent à déambuler entre les scènes de " dying " et les chants " anti-Macron ", alors que les magasins qui venaient tout juste d’ouvrir commencent à fermer.

Des militants de " XR " et de " Youth for Climate "

À l’aube de cette journée d’occupation qui commence dans une ambiance très festive, on rencontre Lorette, membre de " Youth for Climate ", qui se retrouve tant dans la radicalité des objectifs de XR que dans le principe de désobéissance civile : « Il faut souvent désobéir à ses parents pour désobéir au gouvernement. Mais on le fait pour une bonne raison : on veut embarquer le maximum de gens dans une révolution sociale et écologique. »

L’objectif, nous explique un membre de " Extinction Rebellion ", qui répond au pseudonyme de " Soir ", « C’est de mobiliser 3,5 % de la population pour bloquer le pays. Des études ont montré que c’est la part de la population qu’il fallait en général pour qu’un mouvement populaire entraîne un changement de système.

C’est ce qu’il faut pour obliger le gouvernement à agir face au désastre écologique face auquel il reste inactif de manière criminelle. »

Le homard, symbole politique fort depuis la démission de François de Rugy

Dans la foule, on retrouve également des membres de mouvements dont les premières revendications n’étaient pas forcément orientées sur « l’écologie ».

Le lien avec les " gilets jaunes ", mouvement plutôt représentatif de " la France des petites villes et de la ruralité ", on le retrouve bien dans le témoignage de Guillaume, la quarantaine qui porte le fluo : « La convergence, c’est devenu l’évidence parce que ce qui fait du mal à l’humain fait du mal à demain, et vice-versa ! ».

Quant à Assa Traoré, porte parole du " Comité Adama " – du nom de son frère, elle estime que le " monde écologique " doit parler des quartiers populaires, mais aussi de l’Afrique et de l’Asie dont les populations sont - et seront - les premières victimes du système productiviste.

« C’est important de dire que quand on parle d’écologie ou de violence policière, on ne peut pas le faire sans parler des quartiers populaires.

Nous avons tous ce même système répressif face à nous : l’État, la police, les gendarmes, cette machine de guerre que nous avons en face de nous, c’est la même !

Nous sommes devenus soldats malgré nous, ils ont construit en nous des soldats, face à cette machine de guerre qui n’a ni sentiment ni états d’âmes ni remords. Mais cette machine de guerre, il faut la renverser. »

La « machine de guerre », elle ne tarde pas à se mettre en place puisque juste après 11h00 commence le siège du bâtiment par les « forces de l’ordre » qui tenteront de premières incursions légères aux alentours de 12h20, sans succès : le blocage semble alors parti pour au moins quelques heures.

Un centre commercial transformé en village : l’affirmation d’une culture alternative commune

Alors qu’il semble acquis que le blocage durera au moins jusqu’en fin d’après-midi, les militants écologiques de XR commencent à mettre en place l’organisation auto-gérée des lieux dans une atmosphère radicalement conviviale et festive.

En plus des toilettes du théâtre de la ville dont on s’assure du bon usage, on construit des latrines supplémentaires, bricolées sur place, afin de répondre du mieux aux besoins.

Rapidement, aux côtés des boutiques fermées, on voit apparaître des échoppes qui fabriquent des cookies dans de petits fours amenés pour l’occasion, qui distribuent des vivres et qui parviennent du dehors par de petites trappes et portes dérobées : tout le monde est nourri gratuitement ou " à prix libre ", et seul le café aura véritablement manqué.

Atelier de préparation de tartines pour les bloqueurs

On trouve même une librairie improvisée avec la présence des éditions du Goéland, dont l’un des membres, Camille, qui nous présente un ouvrage qui semble avoir du succès aujourd’hui :

« Il s’agit d’un texte critique de l’écologie du renoncement. On ne renonce pas, on créé un nouveau monde en détruisant l’ancien.

L’écologie c’est des nouveaux lieux, de nouveaux liens. Ça marche pour une ZAD comme pour un rond-point où se rencontrent des êtres humains.

On veut sortir d’une écologie un peu chiante pour amener une écologie plus souriante. »

Des sourires justement, on en lit de nombreux sur les visages, notamment ceux de Jeanne et Sara : « Jamais on a été autant d’écologistes dans un centre commercial, ni si longtemps, et c’est pas si nul que ça finalement ! » lance la première en riant.

« Plus sérieusement, reprend Sara, vu l’impact de la consommation sur le réchauffement climatique, c’était intéressant de venir bloquer un centre commercial aujourd’hui et montrer qu’on a pas besoin d’eux. »

Affichage de la communication d’" Exctinction Rebellion " sur les vitrines

En lieu et place de la logique du « centre commercial », on voit naître une petite " Cité éphémère " avec ses institutions : très régulièrement, une « Assemblée générale » se réunit au sous-sol pour traiter des " affaires communes ", des questions de principes aux enjeux les plus pratiques (gestion des entrées et sorties, élaborations de nouveaux messages et de banderoles communes, etc.).

Sur l’esplanade située tout en haut, à côté de " l’Hippopotamus " désormais fermé, on trouve une assemblée plus ouverte où chacun est invité à prendre la parole librement sur des sujets au choix : on trouve autant un " gilet jaune " syndicaliste qui parle " d’éco-féminisme " qu’une habitante de « quartier populaire » qui fait le constat du relatif manque de diversité sociale et ethnique du mouvement.

Au loin, on entend toujours le bruit d’un tambour, un chant " anti-fasciste " ou encore un « Extinction, rébellion ! ».

Ainsi semble naître une culture collective dans ce village naissant au cœur de Paris.

Une militante de " XR " rebaptise les lieux

Tout autour de cette partie du centre commercial qui est au main des occupants « écologistes », on voit des visages curieux tendre l’œil par une vitre ou échanger quelques mots par une grille.

On voit se dessiner la frontière entre deux mondes qui fonctionnent de manière radicalement différente et pourtant, de part et d’autres, on ne peut s’empêcher d’échanger, de se raconter ce qui se passe.

Du côté d’" Italie 2 ", on assiste à une séance de méditation improvisée de part et d’autre de la grille.

De l’autre côté, les gens chantent et dansent de chaque côté des grandes baies vitrées. Tout est ainsi comme un jeu et une fête, jusqu’à ce qu’aux alentours de 18h00, les sentinelles « écologistes » annoncent l’arrivée de " fourgonnettes bleues " en renfort des troupes déjà présentes autour du bâtiment.

On se rappelle alors pourquoi on est là : il y a bel et bien une lutte entre deux visions du monde et la RIO est un affrontement, une bataille de l’image et des corps pour l’occupation politique d’un espace.

Séance de méditation organisée de part et d’autre du rideau de fer

La question de la violence : entre " bataille de l’image " et " réalité terrain "

En ce début de soirée, l’excitation et l’amusement font bientôt place à une certaine forme de nervosité : cela fait maintenant près de huit heures que dure l’occupation et le crépuscule se mêle à la fatigue.

Au moindre mouvement des « forces de l’ordre », des " bloqueurs " sont appelés de part et d’autre de la zone occupée, de sorte que les activistes courent beaucoup ce qui entraîne de petits mouvements de foules, jamais dangereux mais certainement énergivores.

Pendant ce temps, de jeunes gens masqués et vêtus de noir s’occupent de neutraliser les caméras : la présence et l’action de probables membres du " Black bloc " crée forcément le débat au sein d’" Extinction Rebellion " dont la non-violence fait partie des principes les plus fondamentaux.

Mais la violence reste un concept flou et le débat envahit les discussions, bien résumé par Marwan : " Si je frappe qui me frappe, suis-je violent ? Si je casse quelque chose qui casse le monde, suis-je violent ? Si je dessine ou j’écris sur ce qui n’a aucun sens, suis-je violent ? Personne n’a la même réponse. »

Le siège par la gendarmerie, du centre commercial occupé

Si la non-violence est un enjeu si important pour XR, nous explique Adrien, « c’est qu’on a besoin d’un certain seuil de population qui nous soutient si on veut pouvoir battre le gouvernement. Et on a besoin de la non-violence pour conserver une bonne image.

C’est une bataille de l’image et si on la perd, il nous arrivera la même chose qu’aux " gilets jaunes ". »

On recroise Camille, le libraire qui cette fois s’exprime en son nom propre :

« On a pas de ligne politique aux éditions du Goéland mais on met à disposition un texte qui dit comment la non-violence protège l’État.

La désobéissance civile oui, mais ce n’est pas la question qu’elle soit violente ou non-violente. Moi je suis favorable à une convergence entre les différentes stratégies de désobéissance civile.

Pour détruire le système, la désobéissance civile est nécessaire, la non-violence a une utilité certaine qui fait venir les gens en nombre mais il faut articuler les différentes tactiques. »

« On ne négocie pas avec les pyromanes »

« Violence » ou « non-violence », l’horloge indique bientôt 20h00 et avec la lassitude de l’attente se fait sentir chez chaque activiste. On repense à " Hommage à la Catalogne " de Georges Orwell où l’auteur qui s’est embarqué aux côtés des milices anarchistes espagnoles contre Franco, se retrouve dans une guerre longtemps dénuée d’affrontement et d’héroïsme, à regretter que cette « guerre manque si cruellement de vie ».

Et au centre-commercial " Italie 2 " où une faim et une fatigue se font sentir, l’arrivée continue de ravitaillement constitue le principal événement avant l’orage.

Et puis une " street medic " arrive au milieu d’une « Assemblée générale » avec un talkie-walkie, expliquant qu’elle capte la fréquence des unités de gendarmerie et que ces dernières disent se regrouper avant l’assaut.

Les " bloqueurs " se préparent alors plus activement et forment des groupes compacts, debout ou assis, autour des points d’accès au bâtiment afin d’empêcher la pénétration des « forces de l’ordre ».

Les groupes de bloqueurs se préparent en équipe

Victoire tactique, questions stratégiques : XR sait remporter une bataille, qu’en est-il de la guerre ?

Autour de 20h30, des membres « forces de l’ordre » viennent tenter de débloquer une grille séparant la partie du centre commercial occupée par " Extinction Rebellion " et ses alliés.

Au même moment, un autre groupe des « forces de l’ordre » tente une incursion par une porte dérobée et non bloquée par les activistes « écologistes ».

Rapidement les activistes non-violents de XR doivent reculer devant le choc et ce sont bientôt des membres d’autres collectifs qui vont " au contact ".

Les personnes présentes sont largement intoxiquées par les gaz lacrymogènes. Des jets de mobilier urbain opposent les deux forces autour de la porte et ce sont finalement les activistes qui ont le " dernier mot " puisqu’ils parviennent à bloquer l’issue après environ une demi-heure d’affrontements.

De l’autre côté du centre commercial, les « forces de l’ordre » ne parviendront jamais à débloquer la grille et partout ailleurs, elles renonceront à intervenir devant le dispositif de blocage des membres de XR.

La plupart des unités se replieront après cet échec.

Porte bloquée à l’issue de l’affrontement avec les forces de l’ordre

Au-delà de la non-violence, le succès de cette action de blocage tient probablement à la pluralité des modalités tactiques de « désobéissance civile » des différents mouvements et collectifs présents : comme dans les écosystèmes, c’est la diversité qui fait la résilience, la résistance et la pérennité du milieu.

Le débat sur le sujet de la compatibilité entre ces différentes modalités d’action au sein de XR - et entre XR et ses alliés - n’a probablement pas fini d’agiter les organisations concernées.

Se pose également la question de la portée d’une telle action dans l’opinion publique, car si " elle prend aux tripes " ses participants, il faut être également être capable de l’exploiter médiatiquement pour " massifier ". Or pour cela, il faut dépasser le microcosme des collectifs militants et donc développer une communication centralisée notamment.

L’effervescence contamine bientôt l’ensemble des bloqueurs qui font redoubler leurs chants à travers un centre commercial " Italie 2 ", dont le visage a bien changé en quelques heures.

Cyprien, militant de XR nous parle avec enthousiasme : « la RIO ça peut être un déclic, parce qu’avec plusieurs jours d’actions, la réflexion pourrait amener un nouvel élan. Parce qu’en bloquant un bâtiment avec un peu de monde, on montre que c’est possible de le faire partout ailleurs. »

On a bientôt la sensation étrange que cette victoire a surpris jusqu’à celles et ceux qui l’ont orchestré : plus personne ne semble savoir exactement ce qu’il convient de faire de ce lieu acquis mais qui semble désormais sans enjeu.

Il sera finalement décidé de l’évacuer aux alentours de 4h30 mais cet apparent vide stratégique sera certainement un point de réflexion à aborder pour l’avenir du mouvement. Maharbal, général de la cavalerie qui servait le célèbre Hannibal l’avait ainsi averti : « Tu sais vaincre Hannibal, mais tu ne sais pas tirer profit de la victoire. »

Débat-graffiti sur la thématique de la violence

" Extinction Rebellion France " peut toutefois se satisfaire tant de la convergence qu’elle a orchestré avec ses alliés que de cette première action victorieuse qui lui permet de se lancer dans la RIO, plus sûre de ses ambitions et de sa capacité à mettre en échec les « forces de l’ordre ».

Catfish Tomei

Le Vent se Lève.fr