Ce " Brexit " qui disqualifie toujours plus l’UE

, par  DMigneau , popularité : 0%

Ce " Brexit " qui disqualifie toujours plus l’UE

Le " Brexit " est une redoutable épreuve pour l’UE, qui se construisait comme une organisation dont on ne partait pas. Longtemps, une partie de l’UE et certains " Bremainers " espéraient pouvoir passer outre le vote du peuple britannique, pratique malheureusement coutumière.

Non seulement la « Grande-Bretagne » a persisté, mais les trois derniers mois apportent " de l’eau au moulin " des opposants à l’UE, en démentant bien des prévisions de ses partisans, de plus en plus décrédibilisés

La calamité économique, la " droitisation " et le danger sanitaire, c’est l’UE…

Petit retour en arrière : il suffit de lire les commentaires faits sur le blog pour retrouver l’argumentaire des Bremainers " UE-philes ". La sortie de l’UE devait être une calamité économique pour le « Royaume Uni », ce serait un " Brexit " de droite dure. Et pour couronner le tout, " The Guardian " publiait il y a un an une étude d’experts qui annonçait que le « Royaume Uni » aurait toutes les difficultés du monde à sécuriser son approvisionnement en vaccins en faisant " cavalier seul " et en ne passant pas par l’UE.

S’opposer au " Brexit " parce que ce serait un Brexit de droite était un des arguments les plus ridicules du lot. D’abord, le " Brexit " étant mené par le parti à la droite du spectre politique britannique, il n’était pas illégitime que les politiques menées soient plutôt " de droite ".

En revanche, l’intérêt du " Brexit " est de laisser une plus grande latitude d’action pour l’avenir, y compris pour une vraie gauche.

Mais en plus, la politique économique menée par Boris Johnson est très loin du fantasmé " Singapour sur la Tamise ".

Macron refuse tout " coup de pouce " au SMIC ?

" BoJo " l’augmente de 6,2 %, plus haut qu’en France !

La France coupe 11,7 milliards dans le budget des hôpitaux de 2010 à 2019 ?

" BoJo " y investit par dizaine de milliards.

Macron baisse l’impôt sur les bénéfices des sociétés ?

" BoJo " le remonte de 19 à 25 % !

Et alors que la France se prépare à privatiser le transport ferroviaire, la « Grande-Bretagne » renationalise des lignes qui avaient été privatisées !

Et il faut aussi noter que l’entreprise en charge du réseau britannique d’électricité a mis la main sur le premier distributeur, alors que Bruxelles veut nous imposer d’aller encore plus loin dans le charcutage d’EDF, avec le projet " Hercule "…

Bien sûr, le contraste est amplifié par l’écart qu’il y avait entre nos deux pays. Mais il est assez révélateur de constater que " BoJo " mène une politique plus à gauche que Macron, ridiculisant les procès en " biais droitier " du " Brexit "…

Un peu rapidement, les statistiques du commerce extérieur de janvier ont été prises à partie pour démontrer la nocivité du " Brexit ".

D’abord, il est profondément absurde de tirer des leçons d’un seul mois à une telle période, en plein confinement très strict outre-Manche, et juste après la réalisation du " Brexit ". Il faudra attendre la fin de l’année pour avoir une vue plus complète de la réalité économique " post-Brexit ".

Et si les exportations britanniques vers l’UE ont baissé de 41 %, contre une baisse de seulement 29 % des importations, en réalité, le déficit commercial de la « Grande-Bretagne » à l’égard de l’UE s’est réduit d’1 milliard, les importations ayant davantage reculé en valeur que les exportations

Et plus globalement, le déficit britannique s’est réduit de 3,6 milliards en janvier, au contraire du déficit commercial français, qui a battu des records en 2020, au plus haut de notre Histoire…

Tout aussi gênant, une enquête réalisée par " PwC " indique que, loin d’être moins attractive après le " Brexit ", la « Grande-Bretagne » a gagné une place dans le classement des pays les plus attractifs pour investir, à la 4ème place mondiale, derrière les Etats-Unis, la Chine et l’Allemagne.

D’ailleurs, " The Economist ", radicalement hostile au " Brexit ", finit par reconnaître qu’il créé des opportunités pour le « Royaume-Uni », comme le montre la campagne de vaccination de Londres, pragmatique et rapide, quand l’UE a été aussi bureaucratique que lourde et lente.

Et pour couronner le tout, le rebond économique outre-Manche sera sans doute bien plus fort, entre un déconfinement plus rapide, du fait de la réussite de la " stratégie vaccinale " et un plan de soutien plus important que le plan chétif et extrêmement tardif de l’UE.

Face aux fiascos de l’UE, il est assez surréaliste de voir à quel point ses défenseurs refusent totalement d’admettre la réalité, d’Emmanuel Macron à Clément Beaune. Mais ce faisant, ils pourraient bien accélérer la prise de conscience des vertus du " Brexit " et de la faillite de l’UE, et ainsi, accélérer la fin de cette construction, dont les dysfonctionnements sont tous les jours plus clairs.

Laurent HERBLAY

AgoraVox.fr