Catalogne : retour sur une journée de violences

, par  DMigneau , popularité : 0%

Catalogne : retour sur une journée de violences

Le souvenir de l’unité de façade, imposée par les attentats de Barcelone en août dernier, semble bien lointain. Et le slogan « No tinc por », réactivé sur les réseaux sociaux en cette journée de vote, résonne de manière cinglante.

En effet, comme annoncé ces derniers jours par les autorités espagnoles, la police est intervenue ce dimanche matin pour empêcher la tenue du référendum organisé par le gouvernement catalan, face à des milliers de Catalans bien déterminés à voter.

2 315 bureaux de vote devaient être ouverts pour accueillir les 5,3 millions d’électeurs catalans, dont plus de 80 % étaient en faveur de la tenue de ce référendum.

Au total, « 1 300 ont déjà été mis sous scellés » par la police catalane, annonce le préfet, la veille du vote.

L’interdiction de ce vote a donc été préméditée et organisée consciencieusement par le gouvernement espagnol, usant de tous ses pouvoirs et de la bénédiction du Tribunal constitutionnel, pour empêcher les Catalans de s’exprimer démocratiquement sur la volonté de créer une République catalane, indépendante de Madrid.

Une répression extrême qui suscite l’indignation

Des vidéos et des photos, partagées " viralement " sur Twitter avec le " hashtag " #CatalanReferendum, témoignent de la violence des affrontements entre manifestants, pour la plupart pacifiques, et membres de la Garde civile et de la Police nationale.

Dès 6h00 du matin, des policiers s’emparent des urnes dans les bureaux de votes catalans.

Vers 17h00, le gouvernement catalan annonce déjà près de 460 blessés.

Pablo Iglesias, secrétaire général de Podemos, s’en prend directement au gouvernement de Mariano Rajoy. Il s’est également adressé au PSOE, demandant au Parti socialiste de « cesser son soutien » au gouvernement, et l’invitant à déposer une motion de censure.

S’ils ont auparavant critiqué la démarche unilatérale de la Généralité de Catalogne dans l’organisation de la consultation du 1er octobre, les dirigeants de Podemos n’en souhaitent pas moins la tenue d’un véritable référendum d’autodétermination pacté entre l’Etat espagnol et le gouvernement catalan.

Une position à laquelle fait écho un tweet d’Iñigo Errejón, fustigeant le chef du gouvernement.

« Cherchant à humilier les Catalans. Rajoy fait honte à nous autres, Espagnols démocrates. #Pas en mon nom. »

Carles Puigdemont a, quant à lui, tweeté :

« J’ai voté à Cornellá. Votre dignité contraste avec l’indignité des violences policières. »

Dans certaines villes, comme à Gérone, des pompiers catalans ont créé un cordon de sécurité pour protéger les manifestants de la police.

Autre événement à noter : les policiers catalans des " Mossos d’esquadra ", en plus de refuser de suivre les consignes de Madrid, se sont parfois opposés à la police nationale, quand d’autres pleurent dans les bras de manifestants, suscitant l’enthousiasme de ces derniers.

Ils ont, par ailleurs, été accusés de désobéissance par la juridiction espagnole.

Le football catalan, levier de l’indépendantisme ?

Le FC Barcelone a annoncé dans un communiqué que le club « condamn[ait] les actions perpétrées aujourd’hui dans diverses localités à travers la Catalogne contre le droit démocratique et la liberté d’expression de ses concitoyens. Face au caractère exceptionnel de ces événements, le Comité de Direction a décidé que l’équipe première de football jouerait son match d’aujourd’hui à huis clos, suite au refus de la Ligue Professionnelle de Football de reporter la rencontre. »

Le 20 septembre, le club de la capitale catalane avait déjà fait savoir que « fidèle à son implication historique dans la défense du pays, de la démocratie, de la liberté d’expression et du droit à décider, [il] condamnait toute action qui puisse empêcher l’exercice de ces droits ».

De même, le joueur du FC Barcelone Gérard Piqué, favorable à l’indépendance catalane, a annoncé sur Twitter être allé voter, quand Xavi Hernandez et Carles Puyol, anciens joueurs très populaires du Barça, faisaient des déclarations de soutien au référendum d’auto-détermination.

Ce soir, le Barça a gagné 3-0 contre Las Palmas.

Maigre consolation…

Le fantôme de la Guerre civile et du franquisme ?

Le vice-secrétaire général du PP, Fernando Martínez-Maillo, a concentré ses attaques sur Carles Puigdemont, estimant que « les seuls responsables de ce qui se passe en Catalogne sont Puigdemont, le gouvernement de la Generalitat et ses partenaires parce qu’ils ont mis en place un référendum illégal ».

De nombreux manifestants, certains assez vieux pour avoir connu le franquisme, n’hésitent pas à faire une analogie entre la brutalité de la répression engagée aujourd’hui contre un acte démocratique et la dictature de Franco au siècle dernier, brimant les libertés et la culture catalanes.

Aux cris de « fascistes » ou de « Rajoy, Franco serait fier de toi », les tensions s’accentuent.

Au même moment, des milliers de madrilènes se réunissent dans la rue pour défendre l’unité nationale espagnole. Parmi eux, de nombreux manifestants entonnent des chants franquistes et font le salut fasciste, sans susciter l’indignation autour d’eux.

Comment ne pas y voir la réactivation d’un imaginaire franquiste contre des Catalans en mal de République ?

La société espagnole reste en effet traversée par le souvenir du " Generalísimo ", parfois invoqué avec une certaine nostalgie, y compris dans les rangs du Parti Populaire, à la baguette de la répression du référendum catalan et, s’il faut le rappeler, fondé par d’anciens franquistes.

La Guerre civile ne fut-elle pas, d’ailleurs, un soulèvement militaire, soutenu par Hitler et Mussolini contre un gouvernement démocratiquement élu ?

Selon Jean Ortiz, une telle tension a été accentuée par « des partisans d’une Espagne réactionnaire, excluante, repliée sur elle-même, [qui] marquent des points, notamment dans le reste de l’Espagne où le gouvernement fait régner un climat anti-catalan hystérique. L’extrême-droite instrumentalise les courants identitaires : on entend reparler de " l’anti-Espagne ", de " l’unité menacée ", de " l’Espagne Une ", d’ " ennemis de la patrie ", de " sédition ", de " séparatistes ". »

De même, le gouvernement catalan a-t-il pu mobiliser à plusieurs reprises cet argument historique de la Guerre civile, rendant régulièrement hommage aux martyrs républicains catalans, notamment Lluís Companys fusillé en 1940.

" Esquerra Republicana de Catalunya " (" Gauche républicaine de Catalogne "), parti de Companys et membre aujourd’hui de la coalition " Junts pel si " au pouvoir, est le parti historique de l’indépendantisme catalan de gauche et joue un rôle central dans l’évocation de cette histoire.

On pourrait également citer Lluís Llach, chanteur très populaire en Catalogne, auteur de " L’estaca " et symbole de la continuité des engagements anti-franquiste puis indépendantiste, étant lui-même député de " Junts pel si ".

Le souvenir de la Guerre d’Espagne et les ambigüités de la " Transition démocratique " se révèlent ainsi violemment aujourd’hui.

Affiche de ERC en hommage à Lluis Companys. « Pour la Catalogne ! »

Pourtant, face à la violence de ces images dans un pays dit " démocratique ", l’Union européenne, si habituée à l’indignation – à géométrie variable – observe un silence assourdissant.

L’eurodéputé conservateur Mark Demesmaeker, présent à Barcelone au sein d’une commission d’observation, « demande à la commission européenne de s’exprimer et de dire à Rajoy que ce genre de pratiques n’est pas autorisé dans une union de pays démocratiques attachés aux valeurs de la démocratie ».

Mais les déclarations de soutien au gouvernement espagnol de Jean-Claude Juncker, il y a quelques jours, laissent présager une absence de condamnation de la violence mise en œuvre.

De même, à la mi-journée, L’Élysée n’avait toujours pas réagi à la répression en cours de l’autre côté des Pyrénées, le président Macron ayant - lui aussi, il y a quelques jours - assuré Mariano Rajoy de sa solidarité.

En revanche, de nombreux hommes politiques, à gauche essentiellement, n’ont pas tardé à exprimer leur condamnation de la violence anti-démocratique employée en Catalogne.

Ian Brossat (PCF) a directement mis en cause l’Union européenne, déclarant : « Magnifique Union européenne, si loquace pour nous pourrir la vie, si mutique sur la Catalogne ».

Benoît Hamon, l’un des premiers à s’être exprimé, a estimé qu’« Au cœur de l’Europe, ces images de violences pour empêcher les gens de VOTER en Catalogne sont lourdes de sens et de menaces. »

Même son de cloche du côté de la " France insoumise ", Jean-Luc Mélenchon déclarant que « L’État espagnol perd son sang froid. La nation ne peut être une camisole de force », quand Alexis Corbière juge que « La brutalité policière qui se déroule actuellement en Catalogne est scandaleuse, choquante, insupportable ».

Une chose est sûre, si le gouvernement espagnol cherche à maintenir l’unité de l’Espagne de cette façon, il ne parviendra qu’à radicaliser les indépendantistes et rallier à leur cause ceux qui jugent inacceptable qu’un pays qui se dit " démocratique ", appartenant à l’Union européenne, agisse de façon aussi violente et anti-démocratique.

Un défi pour les démocrates unionistes.

Leo Rosell

LeVentseLève.fr