Carnage inimaginable, Fukushima tuant l’océan pacifique

, par  DMigneau , popularité : 64%

Carnage inimaginable, Fukushima tuant l’océan pacifique

Çà brise le cœur. C’est dévastateur. Comment nettoyer un océan qui est en train de mourir ?

La tragédie prévisible de la centrale nucléaire de Fukushima, en mars 2011, continue à détruire les poissons, les mammifères et les écosystèmes d’une importance cruciale dans l’Océan Pacifique. TEPCO et le gouvernement japonais ont permis un des plus grands crimes contre l’humanité en répandant la dévastation et la destruction, non seulement pour le peuple japonais dans la région qui subit d’importants taux de cancers, des maladies et la perte de leurs moyens de subsistance, mais, pour un océan qui nous affecte maintenant, que vous viviez sur la Côte Est ou à San Francisco.

Pourquoi la catastrophe de Fukushima est-elle pire que celle de Tchernobyl ?

« Certains scientifiques disent que Fukushima est pire que l’accident de Tchernobyl, en 1986, avec lequel il partage le maximum de niveau 7 sur l’échelle mobile des catastrophes nucléaires. » Un des plus importants d’entre eux est le Dr Helen Caldicott, un médecin australien et un activiste anti-nucléaire depuis longtemps, qui met en garde contre les « horreurs à venir » à Fukushima.

Chris Busby, un professeur à l’Université d’Ulster connu pour ses opinions alarmistes, a suscité une controverse lors d’une visite au Japon le mois dernier quand il a dit que la catastrophe se traduirait par plus d’un million de décès. « Fukushima est encore bouillant de ses radionucléides dans tout le Japon » a-t-il dit. « Tchernobyl est monté en une seule fois. Donc, Fukushima est pire. »

« La ligne officielle est que l’accident de la centrale tire à sa fin et que les niveaux de radiations à l’extérieur de la zone d’exclusion et désignés comme les " points chauds " sont sécuritaires. »

Mais, de nombreux experts avertissent que la crise ne fait que commencer. Le professeur Tim Mousseau, un scientifique biologique qui a passé plus d’une décennie sur des recherches sur l’impact génétique des radiations autour de Tchernobyl, a dit craindre que beaucoup de gens à Fukushima « enterrent leurs têtes dans le sable ».

Ses recherches à Tchernobyl ont conclu que la biodiversité et le nombre d’insectes et d’araignées avaient diminué à l’intérieur de la zone irradiée et que la population d’oiseaux démontrait des preuves de défauts génétiques, y compris les plus petites tailles des cerveaux. « La vérité est que nous ne disposons pas de données suffisantes pour fournir des informations précises sur l’impact à long terme », dit-il. « Ce que nous pouvons dire, cependant, c’est qu’il y a très probablement un impact très significatif sur la santé à long terme à une exposition prolongée. »

Des radiations de Fukushima détectées dans les thons rouges sur la côte de la Californie, le 29 mai 2012, CNN.

https://www.youtube.com/watch?v=P6LsOKpnDps&feature=player_embedded#t=0

Cela se passait en 2012.

En 2013, Fukushima déversait 300 tonnes d’eau contaminée dans l’océan tous les jours. Je me demande ce qu’un test actuel démontrerait pour le thon rouge et les autres espèces de poissons populaires ? Les Américains ont le droit de savoir, même si les nouvelles sont mauvaises.

Fukushima : 300 tonnes de fuites d’eau radioactive tous les jours (Août 2013)

Le tritium se déversant dans l’eau à l’usine n° 1 (Juillet 2013) :

« Un officiel de l’Autorité de la Réglementation Nucléaire a récemment déclaré que les eaux souterraines contaminées de l’usine où des eaux de refroidissement proviennent de l’extérieur, peuvent s’infiltrer dans l’océan et que la question doit être abordée avec soin, car les données sont limitées. » Le tritium est un isotope radioactif de l’hydrogène.

Il n’y a pas de " peut-être " à ce sujet : Les eaux souterraines toxiques atteignent la mer : NRA (Juillet 2013).

La Commission de réglementation de l’énergie nucléaire a déclaré mercredi soupçonner fortement que de l’eau hautement radioactive de l’usine n° 1 de la centrale nucléaire de Fukushima s’infiltrait dans le sol et contaminait l’Océan Pacifique. « Nous devons trouver la cause de la contamination … Et nous devons mettre la plus grande priorité à la mise en œuvre des contre-mesures » a déclaré le président de la NRA, Shunichi Tanaka, à une réunion des commissaires de l’organisme après avoir examiné des études récentes effectuées sur des échantillons d’eaux souterraines de l’usine qui ont détecté des niveaux élevés de césium, de tritium et d’autres contamination radioactive.

Cauchemars radioactifs : Le gouvernement ferme les yeux alors que les retombées de Fukushima se dirigent vers nous, le 5 juillet 2012.

Tous ces éléments sont après Fukushima.

Est-ce simplement une coïncidence ?

Pourquoi tant de mystères après Fukushima ?

Les scientifiques confirment des radiations de Fukushima dans le varech de la Californie, le 7 février 2014 (ce qui est juste un peu moins de trois ans après que la fusion a commencé vers le bas)

Wikistrike