Cambodge  : chronique d’une dictature annoncée

, par  DMigneau , popularité : 64%

Cambodge   : chronique d’une dictature annoncée

portrait Hun Sen, ©T. Ehrmann, Flickr

À l’approche des élections qui se tiendront en juillet 2018, les dernières répressions au Cambodge semblent avoir eu raison de la liberté d’expression.

Journalistes condamnés, médias fermés, opposants assassinés

Dans un rapport de 26 pages paru cette semaine, l’ONG " Reporters sans frontières " alerte la communauté internationale.

Depuis des années, le pays bascule toujours plus vers l’autocratie, de manière exponentielle ces derniers mois avec un musèlement total de l’opposition. Après une ère de semblant de " démocratie ", le temps d’une génération, la partie est finie.

À la fois dans l’ombre et la lumière, Samdech Hun Sen avance. Depuis plus de 30 ans, c’est lui qui mène la danse, le pays dans ses pas. ONG et médias l’augurent, il est aujourd’hui prêt à tout pour rester en place.

Depuis six mois, le pouvoir entend bien éteindre les quelques dernières voix médiatiques qui s’élevaient contre sa politique. Pour ce faire, il n’hésite pas à élever un arsenal législatif afin de paralyser les médias d’opposition.

Des pressions financières ubuesques poussent de grands journaux et radios à la faillite.

En septembre 2017, le journal " The Cambodia Daily " mettait la clé sous la porte, contraint de payer une taxe de 6,3 millions de dollars. Une facture que le titre conteste.

Deborah Krisher-Steele, la fille du fondateur et directrice du journal, explique n’avoir reçu aucun avertissement avant la présentation de ce qu’elle nomme un « faux avis de taxation ».

D’après elle, le pouvoir «  vise à intimider et à harceler " The Cambodia Daily " et ceux qui osent dire la vérité ».

Aucune échappatoire, «  Descente en pleine dictature  » sera leur dernière " une ". La chute en enfer du journal indépendant est rapidement suivie par celle de " Radio Free Asia ", le même mois.

En quelques jours, ce sont plus de trente radios cambodgiennes qui cessent d’émettre sur les ondes.

Un avertissement brutal au spectre médiatique cambodgien

Lors d’une conférence de presse, quelques mois auparavant, le premier ministre n’avait pas hésité à déclarer à deux journalistes   : «   Maintenant, vous deux… Qui travaillez pour " Radio Free Asia " et " The Cambodia Daily "… Notez bien ce que je vous dis. Vous pourrez vous en souvenir. Inutile de chercher plus loin quelles sont les bêtes noires du pouvoir  ».

À l’échelle nationale comme à l’internationale, Hun Sen est habitué aux déclarations " mordantes ". Malheureusement, ses paroles sont souvent suivies par des actes.

Le 3 et le 4 septembre 2016, deux journalistes du " Cambodia Daily " sont arrêtés à Phnom Penh, dont le premier lors d’un raid de la police en pleine nuit.

Accusés « d’incitations au crime », « d’espionnage » mais aussi, par Hun Sen lui-même, de participer à une machination américaine pour renverser l’État. Une charge que le premier ministre réitérera contre des opposants politiques. Pour cette raison, il a fait adopter au parlement un amendement permettant au gouvernement de dissoudre ses rivaux politiques.

En outre, au moins 3 opposants politiques ont été arrêtés  ; d’autres sont partis en exil, à l’image de Sam Rainsy, ancien président du parti d’opposition « Parti du Sauvetage National » et actuellement réfugié en France.

Le premier ministre et chef du « Parti du Peuple Cambodgien » n’hésitera pas à se justifier au sujet de ces nouvelles mesures lors de son discours pour l’anniversaire de la chute des Khmers rouges, le 7 janvier 2018  : pour celui qui est au pouvoir depuis 33 ans, cette politique vise tout simplement à «  protéger la démocratie  ».

Dès novembre 2017, face au risque de sanctions internationales, Hun Sen rend visite à son plus gros donateur, la Chine. Il faut savoir que le Cambodge est un des pays qui reçoit le plus d’aides au développement   ; mais que ces dernières années, ce pays encore pauvre malgré une croissance toujours plus forte (+ 7  %) s’est détourné de ses donateurs historiques : la France et les États-Unis.

Un virage économique qui s’accompagne d’un alignement sur la politique internationale menée par Pékin, notamment dans le dossier sensible des mers méridionales.

Pour Samdech Hun Sen, qui est de plus en plus souvent surnommé «  Sadam Hun Sen  » en référence au dictateur irakien, l’opposition populaire grandissante est un problème non négligeable qui exige des solutions radicales.

En juillet 2016, le commentateur politique Kem Ley, opposant politique au « Parti du Peuple Cambodgien », est tué de deux balles dans une station-service à Phnom Penh. Un assassinat politique qui générera un grand émoi à travers le pays, des dizaines de milliers de personnes participant à une grande marche.

Un marcheur interviewé par le " Phnom Penh Post " dira :

«   Kem Ley était l’homme le plus important du Cambodge car il parlait de ce qui était noir et de ce qui était blanc. La liberté, c’est quand les gens s’expriment, et il était un exemple pour nous.  »

Depuis 2000, trois activistes ont été assassinés au Cambodge, dont un activiste écologique et un leader syndicaliste.

En 2017, 40 % du peuple khmer s’informait via " Facebook ". Dans ce pays où la moitié de la population a moins de 20 ans, l’information a toujours trouvé un chemin grâce aux réseaux sociaux.

Des pages et médias alternatifs ont émergé, leur salut revenant notamment aux journalistes-citoyens qui offraient un regard neuf et indépendant. Mais, pour des raisons bassement lucratives, ces outils de libération sont aujourd’hui devenus les garde-fous du régime autoritaire.

" Facebook " est-il conscient de faire le jeu des dictatures  ?

Lors d’un test à travers 5 autres pays (Bolivie, Guatemala, Serbie, Slovaquie et Sri Lanka), la « plateforme » a décidé d’instaurer la fonctionnalité «  Explore  ». Sur le fil d’actualité principal, seuls les organes officiels et sponsorisés persistent, reléguant les contenus d’information indépendante dans un espace dédié et peu accessible, une sorte de «  second fil d’actualité  ».

Une véritable catastrophe pour la presse libre. Ainsi, depuis l’arrivée « d’Explore », le " Phnom Penh Post ", dernier média indépendant du pays, a perdu 45 % de ses lecteurs et vu son trafic baisser de 35 %.

Le journal parle de «  mauvaise nouvelle pour le Cambodge  ».

Cette fonctionnalité va «  pénaliser les ONG et journaux indépendants même si on les " like " (…) alors que les élections approchent   »

Ainsi, pour avoir accès à la même audience qu’avant, il faut dépenser de grosses sommes d’argent, ce qui est impossible pour un média indépendant. Résultat   : 85 % des lecteurs de journaux cambodgiens sont aujourd’hui aspirés par quatre titres, dont les dirigeants sont tous affiliés au clan Hun Sen.

Malgré les effets d’annonce, la mise à jour de " Facebook " ne semble pas non plus lutter contre les faux comptes. En 2018, la page du premier ministre cambodgien a généré près de 60 millions de clics avec des pics de " like " à 10 millions, ce qui le place en troisième position mondiale derrière Donald Trump et le premier ministre indien Narendra Modi.

Une popularité forcément factice puisque le petit pays ne rassemble que 15 millions d’habitants, et que l’accès à internet concerne surtout les jeunes. Afin de prouver que Hun Sen a acheté des millions de « j’aime » à des fermes à clics en vue des élections, l’ancien chef de l’opposition a déposé un recours au tribunal fédéral de San Francisco contre " Facebook ".

Le Cambodge est au 132ème rang sur 180 pour la liberté de la presse, selon le classement de RSF en 2017. Une place qui devrait fortement reculer cette année, voir le rapport ici :

https://rsf.org/fr/actualites/rsf-publie-un-rapport-sur-les-attaques-contre-la-presse-libre-au-cambodge

Au pouvoir depuis 1985, l’ancien soldat khmer rouge a placé sa famille à la tête des plus grandes entreprises publiques et privées du pays. Ainsi, sa fille Hun Mana règne sur 22 firmes et détient un capital évalué à 66 millions de dollars en 2015 selon le " Phnom Penh Post ".

Alors que dans le pays on estime à 50 % la part de la population vivant sous le « seuil de pauvreté » (1 $ par jour), la famille Hun Sen est officiellement à la tête d’un empire capitalisant au moins 200 millions de dollars.

Pour le journal, il ne s’agit que de la partie émergente de l’iceberg, car elle disposerait de nombreux prête-noms.

https://youtu.be/SxXj3N0HPk0

Des chiffres qui indignent le peuple  : Manifestations fortement réprimées, contestation grandissante, la jeunesse s’organise

«   Est-ce que quelqu’un oserait lancer une révolution de couleur avec moi  ? Un jour, dans un futur proche, je lancerai une révolution de couleur pour changer ce régime vulgaire. Même si je suis emprisonné ou si je meurs, je dois le faire  », avait écrit un étudiant cambodgien sur " Facebook ".

Il sera condamné à 1 an et demi de prison ferme. D’autres, étudiants eux aussi pour la plupart, subiront le même sort pour leurs publications sur des réseaux sociaux. Les plus jeunes sont particulièrement visés   : en 2013, ils avaient voté majoritairement en faveur de l’opposition aux législatives.

Élections remportées frauduleusement par le parti de Hun Sen selon cette même opposition.

En 2016, un sénateur cambodgien issu de ses rangs a écopé de sept ans de prison pour avoir publié sur " Facebook " un faux document sur la frontière entre le Cambodge et le Vietnam, dont les limites restent aujourd’hui encore controversées. Hong Sok Hour, qui est aussi citoyen français, a été condamné pour «   falsification de documents publics, utilisation de faux documents et incitation au chaos  ».

Le Roi est mort, vive le premier ministre  !

2012 reste dans l’histoire du pays l’année de décès du monarque Norodom Sihanouk, figure charismatique qui représentait le Cambodge depuis plus de 50 ans à l’international.

Pour certains historiens, ce qui le liait au premier ministre était une alliance politique   : Hun Sen dirigeait le pays, Sihanouk siégeait sur le trône.

À la mort de ce dernier, le fils Sihamoni est rentré de France où il était ambassadeur à l’UNESCO, son père ayant abdiqué quelques années avant de mourir.

Totalement apolitique, passionné de danse et nostalgique du Marais, c’est à contrecœur que le nouveau monarque Sihamoni siège aujourd’hui dans le Palais.

Pour David Chandler, historien spécialiste du Cambodge, «  Sihamoni n’a aucune liberté d’action (…) Il est admirable et astucieux mais sans ambition. Il n’a jamais voulu être roi. Hun Sen, par précaution, l’a grosso modo enfermé dans une boîte   ».

Et Virak, président du « Centre cambodgien pour les droits de l’Homme » (CCHR), souligne   : «  Hun Sen est maintenant plus puissant que jamais   ». Selon l’historien Hugues Tertrais, «   Hun Sen pourrait être une sorte de Sihanouk sans titre. Il a résisté à toutes les époques et toutes les transformations   ».

Une démarche royaliste que le premier ministre assume   : il n’hésite pas à se faire représenter par un de ses deux fils à certains événements politiques. Car avec ces derniers, pour Hun Sen, la relève est assurée : Hun Manet est général et Hun Mani est député.

Le premier ministre avait déjà annoncé que le pays allait sombrer en guerre civile s’il n’était pas réélu, aujourd’hui il espère encore rester au moins une dizaine d’années au pouvoir, et ensuite imposer sa dynastie.

Dans ce petit pays d’Asie où tous les intellectuels ont été massacrés par les Khmers rouges, l’espoir démocratique n’aura pas longtemps survécu. Missionnaire du peuple et contre le peuple, Samdech Hun Sen avance. Avec pour meilleur allié politique la Chine et pour plus fidèle serviteur " Facebook ".

Les médias en laisse, il n’a rien à craindre. Au Cambodge, le monarque absolu, c’est lui.

Matis Fez-Nury

LeVentseLèbe.fr

Navigation