Brésil : les ONG et l’industrie agroalimentaire s’allient pour envoyer à Bolsonaro des mesures contre la déforestation

, par  DMigneau , popularité : 0%

Brésil : les ONG et l’industrie agroalimentaire s’allient pour envoyer à Bolsonaro des mesures contre la déforestation

Une coalition de 230 organisations et entreprises a envoyé au gouvernement fédéral six propositions pour contenir la destruction de l’Amazonie ; les mesures comprennent un contrôle accru et l’adoption de critères socio-environnementaux pour l’obtention de financements.

BRASILIA - Une coalition de 230 organisations et entreprises liées aux domaines de « l’environnement » et de « l’agroalimentaire » a envoyé au gouvernement fédéral un ensemble de six propositions pour mettre fin à la déforestation qui détruit l’Amazonie.

Le document, auquel le journal " Estadão " a eu un accès exclusif, a été envoyé au président Jair Bolsonaro et au vice-président Hamilton Mourão, outre les ministères de " l’agriculture ", de " l’environnement ", de " l’économie " et des " sciences et technologies ".

Les propositions sont également parvenues aux dirigeants et aux parlementaires de la Chambre et du Sénat, du « Parlement européen » et des ambassades des pays européens.

La « Coalition brésilienne pour le climat, les forêts et l’agriculture » rassemble des noms du domaine de l’environnement tels que " WWF Brasil ", " WRI Brasil ", " TNC ", " Imazon " et " l’Institut de recherche environnementale de l’Amazonie " (Ipam).

Du côté des entreprises de « l’agroalimentaire » et de l’industrie, on trouve des sociétés telles que " JBS ", " Klabin ", " Marfrig ", " Amaggi ", " Basf ", " Danone ", " Natura " et " Unilever ".

Comme le définit la coalition elle-même, le groupe est " l’un des rares forums de dialogue entre l’agroalimentaire et les environnementalistes ".

La première des six actions proposées pour réduire de manière permanente la déforestation est la reprise et l’intensification des inspections, avec des sanctions pour les « crimes environnementaux » identifiés.

« Pour reprendre et intensifier les mesures d’application, il est nécessaire de soutenir et d’étendre l’utilisation des renseignements et de l’expertise de l’Ibama (" Institit Brésilien de l’Environnement "), de " l’Institut Chico Mendes de Biodiversité " (ICMBio) et de la Funai (" Fondation Nationale de l’Indien "), avec la responsabilisation des crimes environnementaux par le biais de punitions rapides, importantes et efficaces des contrevenants.

En ce sens, il est important de respecter pleinement la législation en vigueur, y compris la destruction des équipements utilisés par les criminels environnementaux » , indique le document.

Selon les entreprises et les organisations, les notifications et les embargos de zone peuvent être effectués simplement et presque automatiquement en croisant les données sur la déforestation avec les informations provenant des bases de données officielles, telles que le « Système de cadastre environnemental rural » (Sicar) ou les registres fonciers qui permettent d’identifier le propriétaire, ainsi que les « Autorisations de suppression de la végétation » (ASV).

« Il existe déjà plus de 70 000 rapports qui appliquent cette méthodologie dans le système " MapBiomas Alert ", qui a été développé en coopération avec Ibama. La reprise de l’opération de contrôle à distance de l’Ibama, mise en œuvre avec succès en 2016 et 2017, doit être fortement envisagée », déclarent les institutions.

Une deuxième mesure prévoit la suspension des registres du « Cadastre environnemental rural » (CAR) qui portent sur les forêts publiques et sur la responsabilité de déforestation illégale.

Il y a dans le système plus de 11 millions d’hectares déclarés sur les forêts publiques qui finissent par être utilisés pour légitimer des processus de déboisage illégal. Le fait de classer ces dossiers « CAR » sur les forêts publiques comme " suspendus " permettra à tous les acteurs des secteurs public et privé de distinguer clairement dans ces dossiers ceux classés " en attente ", qui seraient soumis à l’approbation ou à la confirmation par le système.

La troisième action prévue prévoit l’affectation de 10 millions d’hectares à la protection et à " l’utilisation durable ", l’objectif étant de sélectionner, dans un délai de 90 jours, dans le registre national des forêts publiques, les terres qui peuvent être désignées comme " zone protégée à usage restreint et à utilisation durable " dans les régions soumises à une forte pression de la déforestation.

C’est le cas, par exemple, de la création de 24 millions d’hectares de zones protégées dans la région de Terra do Meio, dans l’État du Pará.

Une quatrième proposition prévoit que l’offre de financement adoptera des critères sociaux et environnementaux. L’idée est que, lorsqu’une déforestation a été observée après 2008 dans les registres de l’environnement rural, les opérations de crédit seront bloquées jusqu’à ce que le responsable présente à l’institution financière l’autorisation délivrée par l’organisme responsable du site déboisé.

Dans une cinquième action, les entreprises et les associations demandent une transparence et une efficacité totales des " permis de suppression de végétation ". Ils demandent aux agences environnementales de « l’État » de rendre publiques les données relatives aux autorisations de coupe qu’ils délivrent, par le biais du système " Sinaflor ", de l’Ibama.

La sixième et dernière proposition exige la suspension de tous les processus de régularisation des terres des propriétés ayant subi une déforestation après juillet 2008, jusqu’à ce que les zones soient entièrement récupérées.

" Quiconque déboise dans une zone non réglementée commet des crimes environnementaux et ne devrait pas bénéficier de la régularisation des terres ", affirment les entreprises et les organisations.

Selon le directeur exécutif de l’Ipam, André Guimaraes, représentant de la « Coalition Brésil », ce sont des mesures qui s’attaquent aux causes de la déforestation et qui peuvent être mises en œuvre immédiatement, avec des résultats permanents.

" La déforestation incontrôlée est une mauvaise affaire pour le pays dans son ensemble. Elle crée de l’instabilité pour le pays, le climat, l’environnement, les entrepreneurs. Ce sont les personnes qui opèrent illégalement qui en tirent profit ", dit Guimarães.

" Ce dont nous avons besoin au Brésil aujourd’hui, c’est de voix plus sensées et plus équilibrées, pour une société qui construit des réponses et change les attitudes du secteur privé lui-même. Nous sommes en train de construire un consensus ".

Pour Marcelo Brito, président de « l’Association brésilienne de l’agrobusiness » (Abag), qui fait également partie de la « Coalition brésilienne », la déforestation incontrôlée de l’Amazonie est confirmée comme l’un des plus grands risques pour l’économie brésilienne, car " l’agrobusiness " responsable risque d’être lésé dans ses exportations si le pays ne lutte pas contre les crimes environnementaux en Amazonie.

En outre - selon Brito - sa production peut être extrêmement préjudiciable, car elle dépend fortement du régime des pluies que la forêt lui fournit.

" Le travail de la coalition renforce les différentes initiatives en cours. Ces mesures ne réinventent pas la roue, elles se contentent d’exiger que les actions déjà possibles soient mises en pratique ", commente Brito.

" Nous ne cherchons pas la confrontation ou le contrepoint avec le gouvernement. Nous cherchons un message concret. Il est clair que nous avons un effet de changement climatique sur le monde. C’est l’agrobusiness sérieux, avec toutes ces entreprises, qui demande une action ".

Priorité aux investisseurs

La déforestation n’est plus une préoccupation de la société ou des organisations environnementales, mais plutôt une priorité pour les investisseurs. La préservation de l’Amazonie est à l’ordre du jour des principales banques privées brésiliennes, telles que " Bradesco " et " Itaú ", qui ont mis en garde contre les conséquences des impacts économiques causés par la destruction de la forêt.

Depuis l’année dernière, lorsque le Brésil a atteint des volumes records de déforestation, le gouvernement a subi de fortes pressions, y compris de la part de l’industrie agroalimentaire, pour prendre des mesures efficaces afin de lutter contre les « crimes environnementaux ».

La réponse officielle, cependant, a été basée sur des rejets répétés de données scientifiques par les agences gouvernementales, des attaques directes contre les ONG du secteur, le vidage des programmes et partenariats de « protection de l’environnement », et le discours conspirateur de prétendus " intérêts étrangers " pour nuire à l’image nationale.

Sans pouvoir donner une réponse efficace aux demandes de préservation de la nature, le gouvernement Bolsonaro est maintenant contraint de donner une réponse aux taux alarmants de destruction des forêts.

André BORGES

Source : https://economia.estadao.com.br/noticias/geral,ongs-e-agronegocio-faze...

Le Grand Soir