Biélorussie : plongée dans l’extrême droite du changement de régime et ses soutiens (et de l’ " Axe Pologne-Etats-Unis ")

, par  DMigneau , popularité : 0%

Biélorussie : plongée dans l’extrême droite du changement de régime et ses soutiens (et de l’ " Axe Pologne- Etats-Unis ")

[Le 10 septembre, le " New York Times " a intitulé son éditorial principal de façon éloquente : " Soutenez les courageux manifestants du Biélorussie " [*] Alors que le pays est en pleine crise, " FOIA Research ", notre groupe de recherche européen, explore les personnes et les entités qui sont derrière les récentes manifestations et révèle les actions secrètes qui ne sont pas rapportées dans les médias occidentaux. ]

Dans les " grands médias " occidentaux, les manifestations actuelles en Biélorussie sont présentées comme une évolution naturelle, dans laquelle les citoyens pacifiques du pays se dressent enfin contre un dictateur vieillissant qui s’accroche au pouvoir après les élections prétendument frauduleuses du 9 août.

Cependant, en regardant de plus près les personnages et les entités derrière les troubles, un tableau beaucoup moins simpliste se dessine : des militants d’extrême droite pour le changement de régime soutenus par des bailleurs de fonds étrangers qui ont intérêt à (1) enfoncer " un coin " dans la dépendance de plusieurs décennies de la Biélorussie vis-à-vis de la Russie, (2) intégrer le pays dans une " zone tampon " entre « l’Europe occidentale » et la Russie qui se tourne de plus en plus vers les États-Unis comme allié et (3) coopter le dernier État d’ « Europe de l’Est » à prédominance russe dans le cadre de l’OTAN.

Les manifestations de 2020 en Biélorussie montrent tous les signes d’une nouvelle " révolution de couleur " en Europe de l’Est soutenue par l’étranger.

Ce n’est pas non plus la première tentative soutenue par « l’Occident » pour se débarrasser du gouvernement du président Alexandre Loukachenko, qui a réussi à rester au pouvoir depuis 1994.

En 2006, le pays a connu la " révolutiondeJeans " (19-25 mars 2006), une courte série de manifestations qui, comme les manifestations actuelles, ont éclaté le soir des élections.

À l’époque, les protestations étaient menées par l’ " opposition démocratique " biélorusse, dont la " figure de proue " était alors le candidat présidentiel Alaksandar Milinkievič, soutenu à l’époque comme aujourd’hui par « l’Occident ».

(Gauche) Armoiries de la République populaire de Biélorussie, connue sous le nom de Pahonia. (Droite) Drapeau de la République populaire de Biélorussie.

Comme pour les manifestations actuelles, pendant la période précédant la " révolution des jeans " de 2006, des drapeaux " blanc-rouge-blanc " ont été agités. Mais lorsque leur utilisation fut interdite à partir de la fin 2005, l’opposition biélorusse a adopté le « denim » comme symbole de protestation [1].

Dans l’ancienne « Union soviétique », le denim était souvent identifié à la culture occidentale et le tissu symbolisait le sentiment " pro-occidental " de l’opposition " anti-Lukashenko " de l’époque.

Le drapeau " blanc-rouge-blanc " rappelle l’Histoire de la « République populaire de Biélorussie », un État éphémère qui a vu le jour après le « Traité de Brest-Litovsk » de mars 1918, lorsque la Russie, en échange d’une trêve, a été contrainte de faire d’importantes concessions territoriales à l’Allemagne dans les pays baltes.

Bien que la Biélorussie fut officiellement déclarée " indépendante ", elle n’en était pas moins davantage un " État fantoche " allemand, puisqu’elle dépendait largement de l’armée allemande pour sa défense.

Lorsque l’armée allemande se retira de la Biélorussie en décembre 1918, après la défaite de l’Allemagne lors de la « Première Guerre mondiale », « l’Armée rouge » s’y est installa et proclama la « République socialiste soviétique de Biélorussie », qui fut incorporée à « l’Union soviétique » en 1922.

Les Biélorusses « anticommunistes » ont ensuite mis en place un " gouvernement en exil ", dont la " capitale en exil " est actuellement Ottawa, au Canada [2].

Avec les soulèvements " colorés " de 2020, il n’est pas nécessaire de chercher bien loin pour trouver quelles puissances étrangères soutiennent les protestations.

La pression sur la Biélorussie s’est accrue, en particulier de la part de la Pologne voisine, dont le gouvernement de droite s’est rapproché de plus en plus des États-Unis au cours des dernières années.

Ce n’est pas une coïncidence si la Pologne est devenue une base d’opérations privilégiée pour les exilés biélorusses qui tentent de faire " tomber " le gouvernement de Loukachenko.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo (à gauche) et le ministre polonais de la défense Mariusz Blaszczak (à droite) signent l’accord de coopération renforcée en matière de défense entre les États-Unis et la Pologne au palais présidentiel à Varsovie, en Pologne, le 15 août 2020. [Source : militarytimes.com]

Comme l’a rapporté " Covert Action ", le 15 août 2020, à peine une semaine après les manifestations en Biélorussie, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a signé un accord de coopération militaire avec la Pologne qui prévoit le stationnement de troupes américaines supplémentaires dans le pays.

Cet accord va de pair avec la décision de Donald Trump de réduire le nombre de troupes américaines en Allemagne.

Fin juillet, le « Pentagone » a annoncé le retrait de 12 000 soldats allemands, dont environ 5 600 seront transférés dans d’autres pays européens, dont la Pologne.

En outre, plusieurs commandements militaires américains quitteront l’Allemagne, y compris le quartier général du « Vème Corps » de l’armée américaine à l’étranger, qui sera transféré en Pologne en 2021.

" Piłsudski " est un concept d’ " Intermarium " de l’après-guerre qui s’étend de la Finlande au nord aux Balkans au sud. Voir l’enquête détaillée du CAM sur " l’Intermarium ". (En vert clair : les parties orientales des territoires ukrainiens et biélorusses en 1922 incorporés à " l’Union soviétique "). [Source : wikipedia.org]

Cette évolution reflète le fossé croissant dans les relations entre les États-Unis et « l’Union européenne », et en particulier entre les États-Unis et l’Allemagne, que les politiques " America First " [" L’Amérique d’abord "] de Trump ont mis en évidence.

C’est un signe clair que l’Allemagne, qui a été le premier partenaire militaire des États-Unis en Europe, cessera de jouer ce rôle dans un avenir prévisible, la Pologne étant susceptible de l’assumer.

La date de la signature de l’accord entre Pompeo et le président polonais de droite, Andrzej Duda, est significative. Elle marque le début de la victoire de la Pologne contre « l’Union soviétique » en 1920 pendant la guerre " polono-soviétique " et fait partie intégrante du calendrier des célébrations des fascistes et anticommunistes polonais.

D’après " Military Times " :

« Après la cérémonie de signature, Pompeo a rejoint Duda et d’autres dirigeants polonais sur la " Tombe du Soldat inconnu " pour marquer le centenaire de la victoire historique de la Pologne ...

Lors de la « bataille de Varsovie », souvent appelée le " Miracle sur la Vistule ", des troupes polonaises inférieures en nombre à celles du maréchal Józef Piłsudski ont vaincu une " Armée rouge " qui avançait. »

Que le nom de Józef Piłsudski soit mis en avant dans ce contexte n’est pas surprenant, puisqu’il est communément considéré comme l’initiateur de l’union " Intermarium ", l’idée de créer un " rempart anticommuniste " entre « l’Europe occidentale » et la Russie soviétique, allant des pays baltes à la mer Noire.

Les stratèges militaires américains semblent avoir repris l’idée, mais davantage pour " prendre pied " dans la région en soutenant les gouvernements de droite dans la " ceinture d’Intermarium " et en s’efforçant d’affaiblir ses concurrents - « l’Europe occidentale » et la Russie - sur le plan économique et politique.

La Biélorussie ne présente pas d’intérêt économique particulier pour les États-Unis en termes de ressources naturelles. Cependant, c’est l’un des deux derniers pays limitrophes de la Russie qui n’est ni membre de l’OTAN ni de l’UE, et le dernier pays « d’Europe de l’Est » qui est intrinsèquement lié à la Russie.

Le rôle de la Pologne dans l’actuelle opération de changement de régime en Biélorussie est assez significatif, puisque le pays est devenu la base de deux chaînes d’information populaires en langue biélorusse qui mènent une attaque de propagande contre le gouvernement biélorusse : " belsat.tv " et " Nexta ".

Nexta footage on Germany’s first public broadcasting channel, ARD. [Source : Tagesschau]

Alors qu’au cours des manifestations, le " paysage médiatique " indépendant de la Biélorussie a été pratiquement fermé, seul " Nexta " a réussi à publier en permanence des reportages de l’intérieur du pays et est devenu l’une des " sources " les plus citées dans les " grands médias " occidentaux.

Comme l’a écrit la BBC, " Nexta ... a réussi à contourner de nombreuses restrictions " et, lorsque les protestations ont commencé à s’intensifier, la visibilité de " Nexta " a tout simplement explosé : " En quelques heures, son audience a augmenté de 100 000 personnes le soir des élections, puis après deux nuits de protestations, elle a atteint plus d’un million de personnes. "

Si l’on en croit la BBC, " Nexta " est une initiative locale de base qui « n’a pas de site web et seulement une petite équipe éditoriale de quatre personnes à Varsovie, mais elle a une chaîne " YouTube " et une chaîne " Telegram ". »

Il est très peu probable que la " Nexta " n’ait qu’une " petite équipe ", ce qui est évident si l’on considère la masse de messages que la chaîne diffuse.

Comme l’a judicieusement commenté un utilisateur de " Twitter " :

«  L’organisation et la coordination des actions de " protestation " en Biélorussie se font depuis l’étranger, par 3 chaînes de " Télégram ". Les chaînes " Nexta " encouragent les attaques contre la police. Elle publie plusieurs publications à la minute, donc ils devraient avoir des groupes éditoriaux importants, travaillant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. »

Selon " strana.ua ", un autre média favorable aux protestations, " Nexta " a commencé en 2015 comme une chaîne " YouTube " anti-Lukashenko créée par un adolescent biélorusse, Stepan Putila, également connu sous le nom de Stepan Svetlov.

Cette année-là, Putila a déménagé de Minsk en Pologne pour étudier la production cinématographique, d’où il a continué à construire la marque " Nexta ", par exemple, en créant une chaîne sur

https://t.me/s/nexta_tvTelegram

éponyme en 2018.

Selon " strana.ua ", Putila aurait eu accès à des informations privilégiées du ministère de l’intérieur biélorusse, ce qui a contribué à créer l’image d’une plate-forme de dénonciation.

Un an après le début de ses études, Putila a commencé à travailler pour la chaîne " Belsat.tv ", basée à Varsovie, une chaîne de télévision biélorusse anti-Lukashenko financée par le ministère polonais des affaires étrangères, pour laquelle son père travaillait comme " commentateur sportif ".

Les motivations de " Belsat " semblent plus que douteuses.

En 2015, un article est paru sur la chaîne qui encourageait les gens à s’engager comme volontaires aux côtés de l’Ukraine dans la guerre du Donbass, en fournissant même une adresse e-mail et un numéro de téléphone de contact.

Dans ce contexte, la présentatrice de " Belsat ", Daroha Via, a posté une photo sur " Facebook ", le montrant avec deux combattants faisant de la publicité pour la cause.

L’image est sous-titrée [3] :

« J’essaie rarement d’atteindre les gens sur mon profil " Facebook ", mais aujourd’hui je veux non seulement les atteindre, mais aussi leur dire clairement : employés du KGB, vous ne pourrez pas nous bloquer. Vous pouvez les contacter ici : http://belsat.eu/programs/belaruskiya-vayary-na-danbase-dobraahvotniki-stvarayuts-antyrejtyng-ukrainskaj-uladze/ »

Le présentateur de " Belsat.tv ", Daroha Via, avec des militaires faisant de la publicité pour combattre dans la guerre du Donbass. [Source : Facebook]

Outre son implication dans " Belsat ", Daroha Via est également un agitateur nationaliste biélorusse en Pologne. Il a, par exemple, participé à des manifestations devant l’ambassade de Russie à Varsovie, avec Putila, le fondateur de " Nexta ", et un compagnon d’armes (Zmicier Jahoraŭ) brandissant le drapeau de la « République populaire de Biélorussie ».

(A gauche) Stepan Putila et Daroha Via manifestant devant l’ambassade de Russie à Varsovie en décembre 2019. [Source : " Facebook "]

(A droite) Ales Karniyenka dirigeant les protestations devant l’ambassade de Biélorussie à Varsovie en juin 2020. [Source : " Facebook "]

Autre exemple d’un présentateur de " Belsat.tv " et agitateur nationaliste biélorusse : Ales Karniyenka qui, comme Putila et Via, a semblé enflammer les manifestations biélorusses d’août 2020 en Pologne, à la télévision et dans la vie réelle.

Par exemple, Karniyenka a animé un " talk-show " en décembre 2019, où il a fait de la publicité pour " Nexta " et a encouragé les gens à se soulever avec l’OTAN à leur porte. Sa page " Facebook " le montre en train de diriger les manifestations devant l’ambassade du Belarus à Varsovie le 21 juin 2020.

Le fait que Karniyenka soit en contact avec des « néo-nazis » est démontré par la distribution de ses invités, dont Yanechak Yasav, qui est apparu dans l’émission en exposant ses tatouages odinistes et le « marteau de Thor » suspendu à un collier.

La seule autre personne connue comme étant associée à " Nexta ", Roman Protasevich, semble provenir du même marécage de militants nationalistes pour le changement de régime.

Il a un passé d’extrême droite et « d’anticommuniste », et a travaillé pour une station de radio soutenue par l’USAID en Biélorussie, appelée " euroradio.fm ", ainsi que pour " Radio Liberty " (" Radio Svaboda ").

Entités soutenant " Euroradio.fm ", l’ancien employeur de Roman Protasevich de " Nexta ", y compris USAID et la Fondation polonaise " Solidarnosc ". [Source : euroradio.fm]

En examinant la page " Facebook " de Protasevich, il devient clair qu’il a, ces dernières années, participé à diverses manifestations d’extrême droite et à des activités subversives.

https://www.facebook.com/pr0tez

Dans sa jeunesse, Protasevich était membre du " Front des Jeunes ", un groupe de jeunes nationalistes et militaristes basé en « République tchèque ».

Protasevich a fait partie des manifestations de Maidan à Kiev 2013/2014, comme le montre une photo sur " Facebook ", vêtu d’un drapeau de l’État populaire biélorusse, participant à la destruction d’une statue de Lénine.

Il se voit comme un " chevalier biélorusse ", comme le laissent deviner ses photos sur " Facebook ".

(Gauche) Photo d’un rassemblement néo-nazi posté par Roman Protasevich en mars 2018 sur " Facebook ". Notez la veste " Thor Steinar ", une marque très prisée des néo-nazis. [Source : Facebook] — (A droite) Roman Protasevich en " chevalier biélorusse ". [Source : Facebook]

Les liens de longue date que Protasevich entretient avec les nationalistes ukrainiens se manifestent également par ses sympathies pour le " détachement de Pahonia ", un groupe de volontaires biélorusses qui combattent dans la guerre du Donbass.

Cette milice armée de manière professionnelle a combattu aux côtés du bataillon néo-nazi « Azov » en Ukraine, qui a maintenant été incorporé à la « Garde nationale » ukrainienne.

La présence de néo-nazis au sein du " détachement de Pahonia " semble également fortement indiquée. Par exemple, une photo montre un membre du " Pahonia " en uniforme montrant ses tatouages sur le crâne d’Odinist.

(Gauche) Le " détachement de Pahonia " (insigne avec chevalier monté) commémoré dans une exposition ukrainienne aux côtés du bataillon Azov. [Source : " Facebook "]

(Centre) Photo postée par le " détachement de Pahonia " le 4 avril 2018 sur " Facebook ", sous-titrée : " En route vers le front ". [Source : " Facebook "]

(A droite) Membres du " détachement de Pahonia ". Notez les tatouages Odinist sur le cou et le visage. [Source : " Facebook "]

Le " détachement de Pahonia " s’identifie également à l’héritage historique du " Parti du peuple biélorusse ", comme en témoigne l’utilisation généralisée du drapeau " blanc-rouge-blanc " sur les comptes des médias sociaux du détachement. [Source : " Facebook "]

Autre figure ténébreuse de l’axe " Ukraine-Biélorussie-Pologne " du changement de régime, le " photojournaliste " polonais Witold Dobrowolski, qui parcourt le monde pour " rendre compte " des violents soulèvements, de Maidan à Hong Kong en passant par les récentes manifestations en Biélorussie.

Ses photos montrent qu’il est toujours à deux pas du bloc noir néo-nazi lorsqu’il assiste à des manifestations.

Dobrowolski, ancien « rédacteur en chef » du magazine néo-nazi polonais " SZTURM ", a été associé à des figures clés de la scène néo-nazie ukrainienne et à des entités connues pour leurs activités de changement de régime.

Il a participé à la première conférence du groupe de soutien " Intermarium ", qui a rassemblé des spécialistes paramilitaires du spectre d’extrême droite d’Europe centrale et orientale, en particulier des pays dont l’adhésion à " l’Union Intermarium " est prévue.

Il a également pris la parole lors de la première conférence " Paneuropa ", le 28 avril 2017, à Kiev, en Ukraine, qui a réuni des néo-nazis de toute « l’Europe » sympathisant avec le bataillon « Azov ».

Dans le protocole de la conférence, il est présenté comme " l’un des premiers à lancer la réconciliation et la coopération polono-ukrainienne avec Vladyslav Kovalchuk, du côté ukrainien " [4].

Des photos de Witold Dobrowolski prises lors de manifestations à Hong Kong (à gauche), à Beyrouth, au Liban (au centre), et à Minsk, en Biélorussie (à droite), toujours à proximité d’un « black block » violent.

En août 2020, Dobrowolski est apparu dans le contexte des " soulèvements de la couleur " en Biélorussie. Il se rendait à Minsk le 6 août 2020, selon sa page " Facebook ".

Toujours en Biélorussie, Dobrowolski semble avoir " documenté " de violents agitateurs « black block », comme le suggèrent les photos sur " Facebook ".

Apparemment, il faisait partie des nombreux manifestants qui ont été détenus et " maltraités " pendant les manifestations de la mi-août.

A sa libération, Dobrowolski a été interviewé par la BBC au sujet de sa détention, où il a simplement été présenté comme " photojournaliste ", sans la moindre mention de ses connexions néo-nazies.

Sur " Twitter ", il a écrit : " Enlevé, torturé et envoyé au goulag, mais maintenant libre et en sécurité avec des membres de la diplomatie polonaise ".

Message " Twitter " d’OzKaterji montrant Witold Dobrowolski sur la BBC. [Source : " Twitter "]

Ce lien entre les nationalistes biélorusses, polonais et ukrainiens, qui peut sembler un phénomène marginal pour certains, est en fait extrêmement pertinent avec le recul de la révolution des couleurs " réussie " en Ukraine qui a conduit à une nazification rampante du pays.

(Gauche) Olena Semenyaka (centre) soutenant les protestations biélorusses avec d’autres membres du groupe " antiféministe " et néo-nazi " Silver Rose " (" Срібло Троянди "). [Source : " Facebook "]. — (A droite) " Silver Rose " lors d’un événement en mars 2020, où elles ont symboliquement enterré le « féminisme ». [Source : " Facebook "]

Actuellement, les nationalistes ukrainiens se réjouissent, car l’intervention " américano-polonaise " risque d’éloigner la Biélorussie de l’influence de la Russie et d’amener le pays dans la " zone tampon " de " l’Intermarium ".

Des néo-nazis ukrainiens influents, comme Olena Semenyaka, ont montré leur solidarité, reproduisant les symboles des protestations biélorusses : des femmes vêtues de blanc tenant des fleurs.

Habituellement, Semenyaka passe plutôt son temps à enterrer symboliquement le « féminisme » dans les rues de Kiev avec ses amies du groupe néonazi antiféministe entièrement féminin " Silver Rose " (" Срібло Троянди ") - habillées tout en noir.

Semenyaka est apparue comme « porte-parole » du bataillon néo-nazi « Azov » parrainé par les États-Unis, comme " hôte " de la conférence néo-nazie " Paneuropa ", ainsi que du " Groupe de Soutien Intermarium ".

Bien qu’ils aient compté sur de méchants éléments nationalistes et néo-nazis pour déclencher les soulèvements biélorusses, des intervenants étrangers connus, tels que le « Conseil atlantique », ont qualifié les protestations de " généralement très douces, polies et pacifiques " et ont spéculé que " la révolution biélorusse est peut-être trop douce pour réussir ".

Ces déclarations font partie d’une campagne de désinformation claire destinée à " aseptiser " les protestations pour un public occidental et à masquer la présence de l’extrême-droite dans ces manifestations.

FOIA Research

« FOIA Research » est une plateforme de recherche à but non lucratif qui se concentre sur les relations transnationales de l’extrême droite, en particulier les structures néo-nazies et paramilitaires.

En outre, le projet cherche à identifier les projets de renseignement qui ont instrumentalisé ou soutenu les partisans de l’extrême droite.

« FOIA Research » s’est associé au magazine « CovertAction » pour fournir des informations de fond et des rapports sur l’extrême droite en Europe et au-delà.

Traduction " c’est pas comme si on ne l’avait pas flairé depuis le début " par VD pour " le Grand Soir " avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Source : https://covertactionmagazine.com/2020/09/13/covert-action-props-up-u-s...

Le Grand Soir

[*] Voir le " New York Times ", “ Support the Brave Protesters of Belarus. ” [" Soutenez les courageux manifestants de Biélorussie "] 10 septembre 2020, A22.

Notes :

[1] https://web.archive.org/web/20151222084221/http://www.charter97.org/be... против правды [Police anti-émeute contre la vérité]’, charter97.org, 16 septembre 2005, ОМОН.

[2] Selon la page " Wikipédia " de la « République populaire de Biélorussie », les lieux de la capitale en exil étaient les suivants 1919-1923 Kaunas, Lituanie ; 1923-1945 Prague, puis Tchécoslovaquie ; 1948-1970 Paris ; 1970-1983 Toronto ; 1983-aujourd’hui Ottawa.

[3] Article de Daroha Via sur " Facebook ", 3 novembre 2015

https://www.facebook.com/daroha.via/posts/1082835665074692.

[4] " 1st Paneuropa Conference Report ", Reconquista Europe (Blog), 15 juin 2017. Version archivée du 13 juin 2018.

https://web.archive.org/web/20180613133924/http://reconquista-europe.t....