« Avoir de la pub est une décision politique » – Entretien avec Eric Piolle

, par  DMigneau , popularité : 0%

« Avoir de la pub est une décision politique » – Entretien avec Eric Piolle

Eric Piolle, maire de Grenoble. © Ville de Grenoble

Depuis 2014, Grenoble, jusqu’alors bastion du " Parti socialiste ", est dirigée par une majorité EELV-PG qui compte plusieurs militants des mouvements sociaux.

Malgré cette victoire, la ville fait toujours face à une situation budgétaire difficile et les leviers du pouvoir municipal ont de nombreuses limites.

Alors qu’arrivent bientôt les prochaines élections municipales, nous avons interrogé Eric Piolle, le maire de Grenoble, sur certains enjeux marquants de son mandat afin de mieux comprendre le potentiel d’une gestion municipale « progressiste ».

Le Vent Se Lève – Commençons par les élections municipales de 2014 : qu’une liste du courant municipaliste portée par les citoyens qui se revendique de la gauche et de l’écologie politique, parvienne à gouverner une des plus grandes villes de France, c’était exceptionnel. Comment avez-vous vécu les choses à l’époque et pourquoi n’était-ce pas le cas ailleurs ?

Eric Piolle – Je pense qu’à Grenoble, comme ailleurs, l’écologie politique est ancrée dans la citoyenneté locale et avait démontré sa capacité à porter l’intérêt général, sa capacité de travail, d’ouverture et d’exigence.

D’abord, cela était porté par des listes d’une écologie politique locale, « Ecologie et solidarité » de manière autonome depuis 1977, sauf en 1983, qui reste un mauvais souvenir pour la gauche et les écologistes à Grenoble avec l’élection du maire corrompu

[Alain Carignon devient maire RPR de Grenoble, jusqu’alors " bastion de la gauche ", et sera condamné à de la prison ferme en 1996, il prépare son retour pour 2020, ndlr].

La reconquête de la remunicipalisation de l’eau à la fin des années 1990 est devenue emblématique, après sa privatisation liée à la corruption de Carignon et de ses équipes, puis l’atermoiement du PS lors de la victoire de 1995.

Une eau pure et non traitée, des investissements triplés, une baisse du prix pour l’usager, un « Comité d’usagers »… cette vraie exigence de bonne gestion du bien commun a marqué le territoire.

Évidemment, il y a eu la rupture de 2008 quand les " sociaux-démocrates " ont préféré s’allier avec des anciens adjoints de Carignon, avec le président des amis de Nicolas Sarkozy pour l’Isère en 2007, tout ça pour ensuite se débarrasser de ces partenaires exigeants en 2008.

On avait également le succès de « la Caserne de Bonne », premier " écoquartier " de France qui avait été porté par l’adjoint de l’urbanisme qui était la tête de liste de 2001.

Des succès concrets qui parlent au quotidien, une exigence autour de l’intérêt général qui parlent aux gens, donc. Ça existe ici, mais aussi sans doute dans bien d’autres endroits , parce que ces mouvements écologistes et citoyens ont cette caractéristique d’un travail des dossiers, d’un engagement etc.

Là où nous avons porté une vision politique nouvelle, c’est qu’au lieu de voir ces différents contre-pouvoirs comme des victoires particulières ou une " corde de rappel " sur un pouvoir " social-démocrate " déviant, notre parti pris a été le suivant : nous étions potentiellement en capacité de proposer un projet qui corresponde à une majorité culturelle et nous permettant, nous, de devenir les leaders de cette majorité pour la mettre en acte.

Je crois que c’est ça le gros travail qui a été fait.

Bien sûr, nous étions beaucoup à faire depuis longtemps le diagnostic d’un effondrement du bipartisme. Avec Macron, il s’est trouvé un avatar supplémentaire, mais qui est la fusion d’un bipartisme qui s’effondre parce qu’il n’y a plus de différences idéologiques et de capacité à apporter un progrès sur à peu près tout…

Ce sont devenus des syndicats d’élus, de simples gestionnaires, incapables de saisir les défis de la société d’aujourd’hui.

On a aussi un pôle de repli sur soi autour de l’extrême-droite qui a une stratégie de prise du pouvoir par les élections et qui l’a déjà fait dans l’Histoire, et de l’autre côté un champ potentiellement important mais qui n’arrivait pas à accéder au pouvoir parce qu’il se vivait comme contre-pouvoir, comme une constellation de petits contre-pouvoirs et n’était pas capable de se mettre au service d’un projet qui dépasse les formations politiques.

C’est ça, notre aventure.

De fait, ce pari a été couronné de succès. Ça a changé notre structure mentale de devoir proposer un projet de majorité et non pas un projet de négociations, à la marge, entre les deux tours.

Nous avons pensé une façon d’aborder l’exercice du mandat, de rassembler en amont et ça a rencontré un souffle parmi les citoyennes et les citoyens, d’abord pendant la campagne, puis après les élections.

Pour moi, ce n’est pas une surprise. J’ai travaillé à cela pendant trois ans quand même. Le plus compliqué, le plus long, c’est ce changement culturel au préalable, mais on s’inscrit dans une Histoire. Et cette Histoire, elle existe différemment ailleurs. Ceux qui me disent « Oui, mais à Grenoble, c’est très spécifique… », je leur rappelle que les écolos ont fait 15 % à l’élection de 2008.

Or, il y a d’autres grandes villes où les écolos font autour de 15 % et où il y a eu des grandes victoires symboliques. Donc, il y avait ces conditions ici mais elles existent aussi ailleurs.

L’écoquartier de la Caserne de Bonne © Alain FISCHER 2013, Ville de Grenoble.

LVSL – Au moment où vous récupérez la gestion de la ville, Grenoble est confronté à des difficultés financières graves. La dette de la ville la met sous la menace de la tutelle de l’État, les impôts locaux sont d’ores-et-déjà assez élevés, et en plus les dotations de l’État diminuent. Comment maintenir une gestion budgétaire correcte dans cette situation ? Quels arbitrages avez-vous fait ?

EP – D’abord on peut se battre politiquement contre le choix qui a été fait par les présidents successifs, et encore plus par l’actuel, de se soumettre à l’emprise de la finance.

Il faut rappeler qu’en l’espace de moins de 5 ans, 3 000 milliards d’euros ont été créés dans la « zone euro » et que personne n’a vu la couleur de cet argent, ni les États pour leurs politiques publiques, ni « l’Europe » pour la transition énergétique et sociale, ni les collectivités qui ont vu leurs ressources baisser.

Cet argent est parti dans la spéculation et prépare " une bulle " qui va finir par éclater. Il y aura une nouvelle crise financière, sauf que celle de 2008 a été contenue par les pouvoirs publics via une hausse de 20 points de l’endettement dans tous les États, cette fois-ci ils auront moins d’outils pour lutter contre.

Donc, on est plus exposé et c’est plus dangereux.

Après, une fois que ce choix-là est fait au niveau national, nous, en tant que collectivité, on a des « règles d’or » à respecter. Or, il était clair qu’il y avait un ressentiment face à notre succès de 2014, comme si c’était un jeu de ping-pong entre " la droite " et " la gauche " et qu’on leur avait piqué la balle.

Il y avait vraiment une " union sacrée " pour venir nous taper dessus et pour nous faire rendre la balle.

Dans ce cadre-là, il était clair de notre point de vue qu’ils ne nous feraient aucun cadeau. Nous avons donc fait le choix délibéré de garder le contrôle politique de la situation.

Dans les derniers comptes administratifs disponibles, ceux de 2012, on découvre une épargne nette négative et deux éléments qu’on connaissait : nous avons les impôts les locaux les plus hauts des villes de plus de 5 000 habitants et nous sommes dans le " top 5 " de la dette par habitant des villes de plus de 5 000 habitants, plus de 50 % au-dessus de la moyenne.

Nous nous sommes fixés le prérequis suivant : « On garde le contrôle de la situation, on ne s’expose pas à une mise sous tutelle ou un pilotage de l’extérieur  ».

Deux semaines après notre élection, Valls annonce la baisse de dotations de l’État et nous perdons 20 millions d’euros sur un budget de fonctionnement de 240, un mois de budget !

Donc, il nous faut à la fois retrouver une épargne nette positive pour respecter les deux règles des collectivités locales qui empêchent la mise sous tutelle et absorber cette baisse de 20 millions.

Les premières mesures sont des mesures de sobriété dans le " train de vie " de la mairie, qui conviennent finalement à tout le monde ou presque, ça allait très bien avec le fait qu’on voulait " casser le mur " entre les citoyens et les élus, donc on baisse nos indemnités.

Il faut rappeler qu’en 2008, la réaction du PS face à la crise, c’était de se voter une hausse d’indemnité de 25 % en 2008 et d’augmenter les impôts de 9 % !

Nous, on baisse les indemnités ; on rend les voitures de fonction, de toute façon on se déplace à vélo, à pied ou en transports en communs et on applique aussi une sobriété dans les notes de restaurants, qui ont été divisé par trois c’est quand même notable.

D’ailleurs, les restaurateurs ont senti passer la pilule, mais ces genres de restaurant ont retrouvé une clientèle.

Sobriété et efficacité aussi dans les modes de gestion : on peut souligner la régie du téléphérique qui perdait de l’argent et qui, sous l’impulsion de son président Pierre Mériaux, en regagne.

On peut citer « Alpexpo » qui était un gouffre financier à plusieurs millions d’euros par an et qui est revenu à l’équilibre sous l’impulsion de son président Claus Habfast.

On peut citer le palais des sports qui coûtait 1,7 millions d’euros d’argent public pour une gestion par une association privée qui organisait à peu près 10 événements publics par an.

Maintenant, ils nous coûtent 700 000 €, on a économisé 1 million d’euros et on l’a ouvert en termes de nombre et de diversité d’évènements, ce lieu emblématique des Jeux olympiques de 1968 est redevenu un endroit fréquenté par toute sorte de Grenoblois et de Grenobloises.

Pour les 50 ans des JO, on a mis en place une patinoire gratuite pendant plusieurs semaines, on a fait des galas, des entreprises privés le loue, il y a des concerts de 7 000-8 000 spectateurs, il y a de tout.

Tout ça nous a permis de survivre, de passer le cap des premières baisses de dotations. Et puis derrière, nous avons lancé une réflexion autour du périmètre de l’action publique pour avaler les deux autres tiers de baisses des dotations.

On l’a fait dans un format original, pas dans un pouvoir hiérarchique concentré au niveau du maire et ensuite descendant dans les services via le directeur général des services, mais dans un système de réseaules élus et les directeurs travaillent ensemble pour questionner le périmètre d’action de la ville au regard de trois axes :

D’abord, un axe d’efficacité de bonne gestion autour du patrimoine, des tarifs, etc.

Ensuite un axe autour des compétences, sur ce qu’on fait alors que ce ne sont pas nos compétences ou comme " opérateur des autres ", mais avec des écarts de financement colossaux entre ce qu’on nous donne et ce qu’on dépense.

Enfin, un troisième axe autour de la culture urbaine est de repenser la ville.

On est la troisième ville-centre la plus dense de France, il faut repenser les questions de " coutures urbaines " pour éviter cette fermeture latente qui s’est fait avec les années.

Autour de chaque quartier, il doit y avoir " tout ", comme c’est un petit monde. Il faut une école primaire tout près de chez soi où l’on va à pied, avec les enfants, mais un collège ou une piscine ça peut être un peu plus loin.

Par exemple, quand vous faites votre passeport une fois tous les cinq ans, si c’est dans trois lieux au lieu de sept, c’est possible.

C’est un plan qui se déploie depuis mai 2016 et qui est train de se terminer. Ça ne nous permet pas de retrouver une situation financière très réjouissante, mais de " rester à flot ", de garder le contrôle politique et d’avoir quand même des moyens d’action.

LVSL – Grenoble est parfois dépeint comme le « Chicago français » en raison de l’insécurité. Récemment, des violences urbaines ont eu lieu suite à la mort tragique de deux jeunes sur un scooter volé. Cette question de la sécurité en pose beaucoup d’autres :

- la légalisation du cannabis que vous portez mais qui n’avance pas dans le débat politique en France,

- la question de la Police de sécurité du quotidien dont l’expérimentation vous a été refusée par Gérard Collomb,

- la vidéo-surveillance…

Comment répondez-vous à cette demande de sécurité légitime qu’ont les citoyens, même si elle est parfois utilisée à mauvais escient à des fins politiques ?

EP – Dans ce débat sur la sécurité, il me semble d’abord important de ne pas se faire enfermer uniquement sur la question de la sécurité physique qui s’est tendanciellement quand même largement améliorée en France et partout en Europe : les homicides ont fortement baissé et désormais la catégorie majeure dans les chiffres de la criminalité, ce sont les vols de voitures et les vols d’objets dans les voitures, qui ont aussi fortement baissé.

Même les cambriolages de commerces sont en forte chute, parce qu’il y a moins d’argent liquide qui circule. Et en parallèle, on a une montée générale de la violence dans la société, on le voit évidemment dans les mouvements sociaux : la parole disparaît et on se retrouve coincé entre une violence d’État et une violence sociale pour s’exprimer.

La sécurité, c’est donc un champ assez large. Nous, notre objectif est de garantir des sécurités en matière de biens communs, de liberté de contribuer, de garantir la sécurité du logement, de l’alimentation, de l’accès à la mobilité

Si l’on oublie cela, on masque des enjeux relatifs à la sécurité.

Nous avons donc une vue globale sur la sécurité.

Maintenant, évidemment la sécurité physique à Grenoble est une question latente et réelle depuis des décennies. Nous sommes à la fois là pour assurer la tranquillité des publics via notre police municipale, l’une des plus importantes de France numériquement, et en coopérant avec l’État dans ses missions régaliennes.

Dans le cadre de cette coopération, nous disons : notre politique de lutte contre la drogue est en échec total, en matière de santé publique, en matière de sécurité avec la violence entre trafiquants et de violence de ceux qui sont sous l’emprise de la drogue.

Mais c’est aussi un échec dans la capacité de la République à avoir des pouvoirs régaliens en situation acceptable : il y a une violence pour les policiers dans leur travail à être exposés à des trafiquants au vu et au su des habitants sans pouvoir y répondre.

C’est extrêmement violent pour les policiers de passer devant des dealers qui sont assis dans des canapés à 100 mètres du commissariat et ne pas avoir, objectivement, les moyens humains et techniques, les outils législatifs pour lutter contre cela.

Donc, ils sont interpellés par les habitants qui leur disent : « Regardez, vous voyez bien ! Et vous ne faîtes rien ? ».

Au lieu d’avoir une police au milieu des habitants, qui est là pour les protéger, on a surtout une police d’intervention, qui est en plus mise en accusation par les habitants.

Sous Sarkozy, on a perdu 120 policiers, c’est colossal.

Face à cet échec, la légalisation du cannabis est une solution, on le voit maintenant : plus de dix États américains l’ont légalisé, le Canada depuis l’automne, le Portugal il y a fort longtemps.

Je suis convaincu qu’on le fera, parce que tous ceux qui ont mené des politiques ultra-répressives se sont " cassé les dents " sur leur propres échecs.

Au-delà de la drogue, notre volonté est d’avoir une police municipale qui est connue et reconnue des habitants, qui connaît le territoire et qui coopère avec d’autres acteurs en matière de sécurité.

C’est ce travail que l’on fait tous les mois lorsque l’on fait des « Conseils de quartiers », des « Conseils de prévention de la délinquance » dans chaque secteur de la ville.

On étudie des cas très concrets de jeunes qui sont en train de " basculer " et on voit comment on peut les récupérer. C’est un travail de vigilance de terrain qui est porté par des élus tous les mois, avec différents acteurs, un travail de fond sur l’éducation.

C’est aussi un travail sur la parole : dans le cadre de la « Biennale des villes en transition », il y avait pour la deuxième fois un concours d’éloquence avec des entraînements pour des jeunes issus de quartiers populaires qui n’ont pas forcément les codes de la parole publique ou en tout cas pas de celle qui est acceptée par les institutions.

Pour nous, faire émerger la parole, c’est lutter contre les inégalités sociales, c’est aller chercher des compétences, des talents qui ne peuvent pas s’exprimer, mais aussi une forme de lutte contre la violence.

C’est dans la disparition de la parole que naît la violence.

Après, on a pris des mesures très concrètes : on a rajouté une équipe de nuit au printemps dernier, on a équipé nos équipes de nuits de pistolet à impulsion électrique, adaptés à réguler la vie nocturne et à répondre au développement de cette violence au couteau.

C’était important pour les conditions de travail des policiers et l’exercice de leurs missions. Nous avons acheté des " caméras piétons " pour clarifier l’interface entre notre police municipale et les citoyens.

Là encore, c’est amusant : l’État nous dit : « Vous ne faîtes rien », alors qu’en fait, on attendait le décret d’application depuis presque un an, il vient de sortir.

On a aussi donné des moyens d’entraînement solides avec un nouveau dojo.

Nous faisons donc ce travail là, mais sans oublier les dimensions de prévention, d’une police au milieu des citoyens. Maintenant, c’est frappant mais c’est symptomatique, la présence policière ne rassure pas : aujourd’hui, quand vous voyez des policiers, vous vous dites « Je suis au mauvais endroit, c’est dangereux ! Il se passe un truc grave, il faut que je me cache ».

C’est sidérant. Je le vois même avec les enfants : les parents avec des poussettes, s’ils voient un camion de police, ils pourraient se dire « Je suis en sécurité, il y a la police », or c’est l’inverse. On a totalement retourné la logique d’avoir une police parmi les habitants, qui est là pour la protéger.

on a seulement une police d’intervention. Evidemment, ça amène des limites au dialogue.

C’est aussi ce qu’on voit dans les quartiers à la suite du drame de la mort de Fathi et Adam, il y a une colère qui s’exprime. Ce qui ressurgit à ce moment-là, c’est la discrimination reçue, réelle et perçue.

Pourtant, l’ensemble des acteurs de terrains, des salariés, des associations, des bénévoles ont été à l’écoute. Les parents ont été extrêmement forts et dignes. Ils sont sortis de leur deuil pour faire un appel au calme et demander à ce qu’il n’y ait pas de drame rajouté au drame.

Nous avons été, moi y compris, à l’écoute et déterminés à continuer de tisser des liens dans ce quartier et dans les autres quartiers pour éviter cette propagation fondée sur le sentiment de l’injustice.

Le procureur de la République a lancé une enquête pour connaître exactement les faits. C’est important parce que l’aspiration à la justice est grande.

En définitive, je crois qu’il faut donc élargir cette thématique de la violence. On le voit avec le mouvement des " gilets jaunes ". c’est du jamais vu, une telle violence dans les manifestations. C’est important de le dire, ce n’est pas cantonné à des jeunes de quartiers relégués, loin de là.

Il y a une " sur-angoisse " dans la société et peu d’espace de dialogue.

LVSL – Pour rebondir là-dessus justement : À la mairie, pour développer la " démocratie participative ", vous avez mis en place un " budget participatif " comme d’autres villes en France, mais aussi essayé quelque chose qui s’apparente au « Référendum d’initiative citoyenne » revendiqué par les " gilets jaunes ", mais celui-ci a été retoqué il y a quelque temps.

Que mettez-vous en place au niveau de la " démocratie directe " ou " participative " à Grenoble et plus précisément via ce « Référendum d’initiative citoyenne » ?

EP – Pour nous, il faut s’entraîner à la démocratie ; ça s’apprend.

Pour les " budgets participatifs ", plus de 1 000 personnes ont participé au dépôt des projets. Donc, ça mobilise et c’est le cas dans tous les quartiers de la ville, à tous les âges.

On l’a ouvert à l’ensemble des résidents, mais également aux mineurs et on voit que ça se diversifie.

C’est réjouissant comme exercice de la démocratie , mais ça transforme aussi complètement notre ville. Ca évite d’avoir des villes aseptisées où tout est partout pareil.

Par définition, ce sont des projets spécifiques qui sont portés par les habitants, jamais vous retrouverez " la Dragonne " de la place Saint Bruno dans une autre ville.

Dans les " budgets participatifs ", il y a aussi ce changement de rapport entre les citoyens et le service public : on n’est plus dans une consommation.

C’est important autant pour les agents de la ville que pour les citoyens. Sur l’idée d’Antoine Back, un des élus de secteurs, on a lancé il y a un an des chantiers « ouverts au public », comme pendant des chantiers " interdits au public ".

Ca marche extrêmement bien. Beaucoup de gens viennent, portent des idées d’aménagement d’espaces publics délaissés ou en friche et les transforment avec des agents à nous qui ont plaisir à transmettre et partager leurs savoirs.

C’est un entraînement qui passe évidemment par les phases d’aménagement urbain que nous avons lancées nous, avec des diagnostics partagés et de la co-construction en amont, des phases d’informations, de concertation sur des projets déjà très cadrés.

Nous avons cette volonté d’expliciter quel est l’enjeu. On a lancé des « Conseils citoyens » indépendants qui reçoivent aussi une formation certifiée par « Sciences Po ».

Les « Conseils citoyens » sont indépendants. Ils sont en capacité de poser des questions orales, des questions d’actualités au début des « Conseils municipaux », ce qu’ils font assez largement.

On a aussi lancé des formations pour les citoyens sur le budget municipal organisées par nos services financiers, qui ont attiré beaucoup de monde initialement.

C’est la première fois qu’un service « finance » va au contact des citoyens. C’est très intéressant pour eux : ils mettent en valeur leur métier, se questionnent sur le sens de leur métier, sur comment on l’explique « à l’extérieur », aux citoyens.

Maîtriser comment fonctionne un budget municipal, c’est de l’éducation populaire.

Sur le référendum, dans notre cas c’était une « votation citoyenne ».

On avait deux objectifs : d’abord pouvoir, par un droit de pétition, amener un sujet de débat au « Conseil municipal » qui n’est pas dans " le radar des élus " et ou qui est connu mais remis à plus tard alors que l’enjeu est en fait immédiat.

La deuxième chose, c’était la « votation citoyenne » comme droit de veto par rapport à une équipe : durant les élections, les citoyens choisissent un maire et une équipe avec un projet, un style, une méthode mais il se peut que sur telle ou telle propositions, les citoyens ne soient pas d’accord.

Nous, on avait 120 propositions et si les citoyens veulent faire différemment, on se plie à cette décision.

Effectivement, ça a été attaqué en « première instance », où nous avons perdu. Nous sommes maintenant " en appel "… On a été attaqué à la fois parce que l’État gouvernant, Macron en l’occurrence, continue les attaques lancées par Valls, à qui cela posait problème de déléguer la décision aux habitants et parce que c’était interdit de faire voter les mineurs et les résidents qui n’étaient pas inscrits sur les listes électorales.

C’est totalement anachronique quand on voit maintenant les thèmes du " Grand débat " et le besoin d’expression dans le mouvement des " gilets jaunes "… Il y a une surdité.

C’est assez marrant parce que pleins de gens sont venus nous voir pour ces expériences, pour mener des « missions parlementaires » et " dans le même temps ", on se fait attaquer, casser par le gouvernement Macron.

Mais je pense que le débat va forcément revenir sur la table grâce à la mobilisation des " gilets jaunes ".

LVSL – Sur votre politique de transport : vous avez limité la place de l’automobile en ville en limitant la vitesse, en instaurant " la piétonisation " dans certaines rues et avec une politique différente sur les parkings.

Se pose alors la question du niveau de développement des transports en communs, parce qu’il faut bien proposer des alternatives.

Parmi les 120 propositions sur lesquelles vous avez été élu, l’une était la gratuité des transports publics pour les jeunes de moins de 25 ans.

Aujourd’hui la gratuité des services publics progresse comme idée. En France, on a l’exemple de Dunkerque pour les transports en commun. Quel regard avez-vous sur cette question de la gratuité des transports public ? Rappelons qu’il y a une enquête préliminaire sur le sujet lancée par le SMTC.

Avec Strasbourg, Grenoble est la ville où la part du vélo dans les déplacements est la plus forte en France : plus de 15 % en 2017 © Sylvain Frappat – Ville de Grenoble 2017

EP – Il y a effectivement une étude lancée par le SMTC. Tout à l’heure, nous parlions de garantir des sécurités : nous, ce qui nous intéressait dans la gratuité pour les « 18-25 ans », c’est que les dépenses de la mobilité sont une des contraintes de revenu les plus importantes pour cette catégorie d’âge, donc c’était pertinent.

Deuxièmement, c’est le moment où le jeune on prend son indépendance. Donc, il ne faut pas que son imaginaire par rapport à la mobilité soit « J’ai besoin d’une voiture », mais plutôt : « J’ai des solutions de mobilités qui s’offrent à moi : les transports en commun et l’auto-partage, par exemple. Donc, mon objectif premier n’est pas d’avoir une voiture ».

On a donc divisé par deux les tarifs, puis on s’est retrouvé coincés parce que c’est un vote administratif des transports en communs, où il y a 17 membres, et il n’y a plus eu de majorité pour aller plus loin.

Bien qu’une étude du SMTC ait montré que c’est bien sur cette catégorie-là que porte la dépense contrainte en matière de mobilité.

Sur la mobilité " en général ", cette étude est lancée : la question c’est le financement et le développement de l’offre.

Par rapport à Dunkerque, je connais bien Patrice Vergriete. J’ai eu l’occasion d’en parler avec lui. Les ressources usagers c’était 4 millions d’euros, et en pratique il n’y avait presque pas de réseau de transports et il était peu utilisé.

Les enjeux sont différents dans une métropole où on a 90 millions de voyages, donc plus de 200 voyages par habitants par an, et un réseau qui est problématique.

Aujourd’hui, il faut rajouter des transports urbains et essayer de désengorger les lignes actuelles en proposant des alternatives de cheminement.

Il y a toute une section, dans le centre-ville notamment, où les trams sont " blindés ", ils sont " à la queue leu leu ". Donc, la question de la gratuité est aussi celle de l’impact du report modal : quand c’est voiture versus « transport en commun », c’est super !! Si c’est piéton versus « transports en communs », il faut faire attention.

A Dunkerque, ça a coûté 4 millions. La gratuité des « 18-25 » c’était 3 millions et quelques, mais toutes les recettes « passagers » c’est plus de 30 millions. Dont une partie très significative est financée par les entreprises parce que les abonnements de ces passagers sont pris en charge, au moins à moitié, par les entreprises.

Donc, en pratique, avant de " faire une croix " sur cette recette de plus de 30 millions financée en partie par les entreprises, il faut identifier quel est l’autre modèle économique que l’on propose.

Donc les études, et notamment celles sur la gratuité ciblée et ce qu’elle permettrait comme " bascule ", nous donneront des éléments d’indication.

LVSL – Pour l’instant, vous préférez donc continuer à avancer vers une gratuité " ciblée " pour des question de faisabilité ?

EP – Oui.

LVSL – Un projet est problématique pour de nombreux Grenoblois : celui de l’élargissement de l’A480

[autoroute périphérique de Grenoble, qui va être élargie de 2 à 3 voies dans chaque sens, ndlr].

Bien que la mairie ne soit pas entièrement compétente et entièrement responsable de cet aménagement, comment voyez-vous les choses par rapport à ce genre de projet ?

EP – D’abord, ce projet fait partie du plan de relance des autoroutes de Valls qu’il faut combattre et qui est d’ailleurs combattu au tribunal sur sa légalité

LVSL – Oui, c’est un cadeau aux sociétés d’autoroute qui augmentent les prix des péages…

EP – Exactement. C’est une gabegie totale en terme d’argent public et en termes de vision.

Ce plan, nous continuons donc de le combattre au plan national. Nous disons que ce projet ne peut se faire qu’à condition qu’il soit un pas vers " la mobilité de demain ", qu’il soit connecté à notre plan de déplacement urbain et c’est pour ça que nous demandons une voie de covoiturage qui serait une première en France.

Nous avons demandé et obtenu le passage à 70km/h.

On demande aussi une voie réservée aux transports en commun depuis l’axe Sud. On avait été le premier territoire à le faire il y a une dizaine d’année pour l’axe Nord-Ouest.

Deuxièmement, il faut que cela améliore les conditions des riverains, d’où le 70km/h pour le bruit, des murs anti-bruit, des mesures autour de la pollution sur la nature des revêtements pour agir sur le bruit etc.

Et puis il y a un troisième volet autour de la préservation de la nature. Donc, on coupe des arbres parce que c’est nécessaire, mais on en replante deux pour un sur site etc.

Enfin, je pense qu’il y a une demande tout à fait légitime qui monte pour évaluer l’impact en matière de circulation puisqu’on a gardé " les verrous " Nord et Sud, parce que nous avons aussi demandé à abandonner le projet de l’A51, ce qui a été fait.

Le département a clairement énoncé qu’il ne soutenait plus l’A51.

[autoroute non-terminée devant relier Grenoble à Marseille en passant par Gap, ndlr]

Sinon on était en train de faire une deuxième " vallée du Rhône " en fait, c’est une victoire. Et le fait de garder " les verrous " Nord et Sud évite d’aspirer plus de voiture depuis l’extérieur et de continuer cette folie humaine dans laquelle nous sommes engagés depuis des décennies.

Il faut garder cette exigence pour que le projet amène quelque chose.

De même, nous avions affirmé la nécessité de faire des travaux autour du Rondeau et de passer ce contournement à 2 fois 2 voies contre 2 fois 1 voie aujourd’hui, où les deux autoroutes se connectent dans un entonnoir, un goulot d’étranglement géant, et cela également fait partie du projet.

Il faut garder une exigence extrêmement forte pour que ce projet à 300 millions, s’il doit se faire, se fasse pour améliorer les choses dans ces trois domaines, surtout qu’on ne va pas y revenir avant longtemps.

C’est pour ça qu’on " bataille " beaucoup. On a obtenu les 70km/h mais on continue de se battre pour le covoiturage et la voie réservée parce que c’est un impératif.

LVSL – Donc si le projet se fait, autant qu’il soit fait correctement ?

EP – Il faut retourner la question : il ne peut pas se faire si toutes ces conditions ne sont pas remplies. Sinon, c’est vraiment de la gabegie, un non-sens de la part de l’État. Et pour le territoire, ça n’a aucun intérêt non plus.

LVSL – Quelque chose de très différent dont on entend jamais parler dans le débat public en France c’est la question de la publicité. Aujourd’hui, à Grenoble, à l’exception des vitrines de magasins et des abris-bus, il n’y a plus de publicité. Pourquoi avoir pris cette décision ?

EP – D’abord réduire la place de la publicité, c’était dans nos engagements. Il y a eu l’opportunité pour faire très vite puisque la concession de " JCDecaux " arrivait à son terme en 2014 et on ne l’a pas renouvelée.

On a leur quand même laissé 6 mois pour enlever leurs panneaux, ce qui n’est pas prévu dans le contrat, normalement ils devraient les enlever dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier.

Ça montre à quel point ces contrats sont faits pour ne jamais être rompus. C’est intéressant à pleins de titres. D’abord parce que le premier retour qu’on a eu c’est « Ah mais, c’est possible ! », parce que c’est une décision politique d’avoir de la pub.

Je trouve que c’est important parce que ça redonne du pouvoir et de la légitimité au politique, qui n’est pas seulement là pour organiser " la disposition des chaises sur le pont du Titanic " en quelque sorte. En réalité, nous sommes une communauté, nous avons des moyens de décider comment nous voulons vivre, même s’il y a des contraintes et qu’on ne peut pas tout faire.

Donc, cette symbolique autour de la décision politique était très forte.

Ensuite, c’est intéressant parce que c’est le genre de mesures qui appartiennent à pleins d’imaginaires différents : ça satisfait aussi bien l’imaginaire de grands-parents qui amènent leurs petits enfants à l’école et que ça ulcère de passer devant des panneaux de pub pour des bagnoles, de la lingerie féminine et de l’alcool.

L’image de la femme véhiculée est d’ailleurs assez marquée. Ça satisfait donc cet imaginaire des grands-parents qui n’ont pas envie de voir ça quand ils amènent leur petits-enfants à l’école, mais aussi l’anticapitaliste qui lutte contre la sur-consommation, " l’environnementaliste " pur et dur qui veut mettre des arbres à la place des panneaux, le commerçant de proximité qui - de toute façon - ne pouvait se permettre de faire de la publicité sur ces affichages vu le prix

Si on avait dû se mettre d’accord avant sur les raisons pour lesquelles on prend chaque décision, jamais on y arrive. On s’engueule sur les raisons, que ne partageons pas tous, alors que l’action nous réunit tous.

On a quand même enlevé plus de 320 panneaux, plus de 2 000 mètres carrés de publicité !

Nous sommes maintenant en train de revoir le règlement local des publicités, qui est intercommunal désormais.

Il y a également le renouvellement de la concession pour les transports en commun qui arrive, où je pense que nous allons enlever à nouveau à peu près le même nombre de panneaux [depuis l’interview, une forte réduction de la pub a été prévue sur ces deux terrains, voir ici et ici, ndlr].

Il n’y aura pas de suppression totale mais on va continuer la trajectoire de forte baisse de la pub. C’est important, puisqu’on dit avec raison qu’on est une société de la « surconsommation », que notre espace public soit un espace public de projets, où l’on fait de l’agriculture, où l’on plante des arbres

L’espace public peut amener des conflits d’usage mais c’est aussi un espace de rencontre, un espace social. Pour une ville qui n’a été construite qu’avec des rues, qui ne sont pas des rues mais des routes, des axes de circulation, avec de la surexcitation de consommation un peu partout, c’est un enjeu majeur.

Ce changement de pied est donc central.

LVSL – Pour finir, je voulais savoir ce que vous pensez de 2020 et des enjeux de l’élection municipale à venir.

EP – Je pense que la dernière fois, l’enjeu finalement c’était : il y a des propriétaires du système, est-ce qu’on a une alternance à proposer à cela ?

Pour 2020, est-ce que tout cet appétit de transition sociale et environnementale, par exemple le fait qu’on ait mis tous nos tarifs en tarifications " solidaire ", même pour l’eau etc., sera encore là ?

Notre démarche a été de dire : « Non, on n’est pas obligé de faire comme d’habitude juste parce que c’est comme ça, nous sommes une majorité à avoir des aspirations qui sont autres  ».

Et cette majorité, si elle change de stratégie, peut gagner et conduire les affaires publiques.

Je pense que les électeurs ont confirmé leur vote en faveur de cette expérience. On l’a vu aux cantonales, aux régionales, aux législatives, aux présidentielles, même s’il n’y a pas eu de scrutin depuis maintenant deux ans.

Nous exerçons le pouvoir dans l’intérêt commun autour d’un projet de démocratie, de boucliers sociaux, environnementaux, d’une ville à taille humaine.

Plein de décisions que nous prenons viennent heurter des changements, sont mal comprises ou sont parfois des erreurs. Evidemment, on en fait aussi. Ça peut donc créer un petit questionnement : « Oh oui, mais ça va m’embêter en bas de chez moi ça, c’est plus compliqué ainsi » ou « Telle décision je ne la comprends pas » etc.

Donc est-ce qu’on tient ce cap déterminé, exigeant, cohérent, courageux, plutôt que d’être face au mur du dérèglement climatique et des enjeux sociaux et de se dire en permanence : « Bon, c’est pire que l’année dernière, ça veut dire qu’il faudra qu’on fasse plus dans l’avenir » ?

Nous, on a changé de pied. On agit partout. On va s’entraîner pour cette transition et on y prend plaisir : en termes de déplacements, en fait c’est agréable, un centre-ville plus piéton, avec plus de vélos.

Aller au boulot en vélo, même sous la pluie, c’est agréable.

Le plan que nous avons mis en place pour couvrir les besoins en électricité des Grenoblois en 2022 avec une énergie 100 % verte, c’est-à-dire ni nucléaire ni fossile, n’est possible que parce qu’on a une entreprise publique locale, GEG, qui est en capacité d’investir pour cela.

Nous allons réaliser la transition énergétique, qui est aussi une transition sociale : il y avait 1 000 personnes qui bénéficiaient des tarifs sociaux quand on est arrivé, il y en a maintenant 7 000, parce qu’on a poussé l’accès au droits.

On a lutté contre la précarité énergétique, mais on travaille aussi sur la santé, sur l’alimentation etc.

Au final, on gagne en confiance dans notre capacité à être collectivement à la hauteur des enjeux qui nous font face plutôt que de se dire " qu’on va dans le mur " et qu’on y va de plus en plus vite.

Même s’il y a des choses qui ne plaisent pas à tel ou tel et qu’il y a des problèmes de communication, la question est : est-ce que l’on fait le pari de continuer ce changement-là ?

Pour nous, ce cap là est pertinent. On veut continuer à porter cette co-gestion. Sinon, il y aura " En marche ! ", voilà. Et on voit la traduction concrète des politiques " En marche ! " sur le terrain, que ce soit sur les contrats aidés, sur le logement et le logement social, sur la politique de la ville, sur le prix de l’énergie, sur l’accès au soin, énormément de choses…

William Bouchardon

LeVentseLève.fr